<< Page précédente

MUSIQUE >> ANALYSE

Nicolas SABOLY et ses célèbres noëls provençaux
Plus de 400 ans déjà !

SOMMAIRE : Les chants par ordre alphabétique ou classement par thématique / La vie de N.SABOLY / Analyse de texte et musicale

44 (ou 74) noëls, en provençal

2 noëls moitié en provençal, moitié en français

et 7 noëls entièrement en français

 

Classement par Thématiques :

 

 

 

 


Introduction :

Monteux ? Qu'es acò ?

Monteux est un village provençal situé dans le Vaucluse (84170).

Environ 10 000 habitants : Montiliens et Montiliennes / Montelen e Montelenco.
Maire actuel : Christian GROS.

Blason de la ville de Monteux

Blason du Vaucluse

Qui était Nicolas SABOLY ?

Micoulau SABÒLI / Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), auteur-compositeur-interprète, organiste...

Il aurait composé 77 noëls (il est aujourd'hui prouvé que 44 noëls sont réellement de lui ; 65 ont été publiés de son vivant entre 1669 et 1674 puis en 1699 ; et 12 autres qu'on lui a attribués publiés en 1763 puis 1791, 1846, etc...)
De son vivant, il ne souhaitait pas être édité, il disait qu'il écrivait pour ses amis et son plaisir.

Parmi ses plus célèbres, on peut citer : "La cambo me fai mau / I'a proun de gènt", "Li pastourèu", "Pastre, pastresso", "Pastre di mountagno", "Pèr noun langui", "Touro-louro-louro", ...

Beaucoup de ses noëls ont été écrits sur des airs mélodiques connus déjà existants. Mais pour certains de ses noëls, il est à la fois auteur et compositeur.

NB : Néanmoins, certains noëls lui ont été attribués pendant longtemps mais ne sont pas de lui. Par exemple, "Guihaume, Tòni, Pèire" qui aurait plutôt été écrit par un certain Frère Sérapion...

buste de Nicolas SABOLY

Fontaine Nicolas SABOLY à Monteux

Résumé dates :

  • 1614 : 30 janvier, né à Monteux (France, 84), fils du Maire (Consul) de Monteux Jean SABOLY (marié à Félise MELIORAT), négociant dans l'élevage et le commerce de bestiaux. (Epoque : règne de Louis XIII) Sa famille est originaire de Montbrison (Drôme), ses aïeux étaient bergers (son arrière grand-père Claude SABOLY marié à Marguerite DANY et son grand-père Raymond SABOLY marié à Catherine CHINARD). Il avait également un frère aîné nommé Jean-Pierre et trois sœurs appelées Anne, Félicia (Felisa) et Claire.
  • 1619 : Mort de son père Jean. Il fit ses études chez les Jésuites à Carpentras.
  • 1628 : Il suit les cours de l'Université d'Avignon.
  • 1633 (à 19 ans) : Il est nommé recteur de la Chapellenie Sainte Marie-Madeleine, fondée au Maître-autel de la Cathédrale Saint Siffrein à Carpentras.
  • 1635 : Appelé rapidement au Sous-Diaconat, au Diaconat puis à la Prêtrise.
  • 1639 (à 25 ans) : Il est nommé Maître de Chapelle et organiste à Saint Siffrein à Carpentras.
  • 1643 (à 29 ans) : Il est nommé bénéficier de la Collégiale Saint Pierre en Avignon dont il fut en même temps maître de chapelle et organiste.
  • SABOLY est donc avant tout prêtre et musicien. Il ne commence à écrire que vers 1655 (à 41 ans).
  • 1652 à 1662 : Un souffle révolutionnaire agite les esprits dans les États d'Avignon et du Comtat Venaissin. C'était la fronde Avignonnaise entre "pevoulin" (pouilleux) et "pessugau" (nobles). En mars 1660, Louis XIV se rend à Marseille et Aix-en-Provence puis vient passer les fêtes de Pâques en Avignon ; c'est SABOLY qui est chargé de composer un noël pour sa venue. Le 10 juin, il obtient enfin du Pape une pension de 100 livres pour le Diocèse de Nimes. En 1662, Louis XIV tente de s'emparer de la ville d'Avignon. Mais il doit la rendre en 1663 et signe la paix.
  • 1669 : Publie ses premiers noëls... puis 1671, 1672, 1673, 1674.
  • 1674 : Marqué par l'inondation en Avignon.
  • 1675 (61 ans) : Meurt le 25 juillet en Avignon. Sa dépouille repose dans le choeur de la Collégiale Saint-Pierre en Avignon.

 

Sa vie racontée par Frédéric MISTRAL (Maiano, le 15/01/1857) :

"Sa vido es dins si cant, car la passo en cantant.

Micoulau SABOLY èro l'enfant d'un conse de Mountèu, que ié disien Jan SABOLY, e sa maire Feliso MELIORAT.
Quand fuguè grandet, si parènt, emai fuguèsson uganaud, lou mandèron estudia lou latin, en Avignoun, au coulège di Jesuisto, e pu tard à Carpentras, encò di mémi Counventiau.
Fuguè, en sourtènt d'aqui, ourdouna capelan.
La proumiero plaço qu'óucupè fuguè aquelo de Priéu de Santo-Madaleno, dins la catedralo de Sant-Sifrèn, à Carpentras, ounte demourè despièi 1633 enjusqu'apereiça vers 1658, que lou reçaupèron bachelié en l'Universita d'Avignoun, causo que ié vauguè l'ounour d'èstre nouma segound beneficié de la glèiso de Sant-Pèire.
Aqui, mèste Micoulau SABOLY toucavo lis orgue..."

Et enfin, aujourd'hui, certains monuments et de nombreuses rues portent son nom :

- à Monteux :

  • Un buste en bronze (créé le 31 août 1875 année du bicentenaire de sa mort, par Noël POURTAL) est posé sur la fontaine de la Place de l'église, dite Font Saboly.
  • Rue Saboly

- et en Avignon :

  • La rue et la place Saboly se trouvent entre la rue Favart et la rue Corderie, entre la place de l'Horloge et la place Carnot. Cette rue était le lieu de ralliement de tous les cordonniers et portait le nom de Grollerie Vieille. Depuis l’élargissement de la rue Favart, la rue Saboly a également subi des transformations. La rue honore le nom de Saboly depuis 1843. (PS : À gauche de la rue de l’Arc-de-l’Agneau, lorsqu’on regarde vers la place Saint-Pierre, on peut voir sur le mur une mosaïque du célèbre Space Invader).

- à Carpentras :

  • NB : L'orgue de la cathédrale St Siffrein de Carpentras est toujours celui sur lequel a joué N.SABOLY.

NB : SABOLY et le chiffre 5 :

  • 1635 : appelé rapidement au Sous-Diaconat, au Diaconat puis à la Prêtrise.
  • à 25 ans : il est nommé Maître de Chapelle et organiste à Saint Siffrein.
  • Il ne commence à écrire que vers 1655 (à 41 ans).
  • Mort le 25/07/1675. Fontaine Saboly à Monteux construite le 31/08/1875. On célébra son tri-centenaire le 27/07/1975.
  • 65 noëls publiés de son vivant.
  • La statue en bronze, oeuvre du sculpteur LAMY, fut dérobée par les Allemands en 1945. La municipalité Gaston GONNET la remplaça par une statue en pierre, oeuvre du sculpteur ROYER, en 1955. Remplacée de nouveau en 2005 par une nouvelle statue en bronze, oeuvre du sculpteur Noël POURTAL.
  • 2005 : Travaux de rénovation de l'orgue de Monteux, fin en 2010 (durée : 5 ans !).

M

Santon N.SABOLY de Jo SILVANO

Orgue de la cathédrale St Siffrein de Carpentras

Remarques sur le style de N.SABOLY :

NB : Quelques orthographes originelles n'ont pas été respectées :
- SABOLY écrivait "Bethleem" mais F.MISTRAL a confirmé qu'à l'époque on disait pourtant populairement "Betelèn". Nous avons choisi cette dernière orthographe.
- De même, il écrivait "leis" et nous avons choisi à la place d'écrire "lis" (de même pour "deis/dis", "vostei/vòsti", "sei/si") car la diphtongue symbolise le parler méditerranéen, plus au sud que le Comtat Venaissin de N.SABOLY et dans son écriture mélodique, l'article est prononcé par une seule syllabe.
- Enfin, il écrit les "passé simple" avec un "t" de liaison à la fin quand il y a un mot commençant par une voyelle juste après. Par exemple, "fuguèt aqui". Nous l'avons gardé mais mis entre parenthèses.
Et plusieurs fautes sont rectifiées : il écrit "oumage" au lieu de "óumage", "tèm" au lieu de "tèms", "paradi" sans "s", "tan" au lieu de "tant", ...

Analyse musicale :


[Remonter]


I) Chansons en provençal :

* Adam e sa coumpagno / Adam et sa compagne :

- Présentation de cette chanson : L’histoire de la création ! Adam et sa compagne Ève et... la pomme.
Classification conventionnelle : noël n°49 ou 43.

- Paroles : Chanson écrite par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditée sur son fascicule de 1673.

- Musique : Sur l'air de "Amants, quittez vos chaînes", une très jolie mélodie où l'on peut entendre le thème de la lacrimae (les larmes) issu des madrigaux anglais du 16ème siècle : cette série de 4 notes descendantes tombe sur des mots durs : « pèr miéu li destruire », « li reprouchè sa fauto », comme si Dieu pleurait sur les Hommes. Heureusement, Jésus à sa naissance vient réparer l’offense.

Version originelle :

Version provençale en graphie mistalienne :

Version langue d'Oc en graphie classique :

Traduction en français :

Traduction en anglais :

COUBLET N°1 :
Adam & sa compagno
N'eron que trop hurous,
Satan prenguet la laigno,
tE s'en rendet ialous ;
Sounget plus qu'a ly nuire,
Et per miou lei destruire,
Ly presentet dou fru
Quer'ista defendu.

COUBLET N°2 :
Aquesto poum' es raro
Tenez, cresez a iou,
Se n'en manja, toutaro
Sares coume de Diou.
Euo presto l'oureillo,
L'apeti se reuillo,
Per voule tro saue
Manquet, à son deue.

COUBLET N°3 :
La pauro criminello
Se recounei ben leou,
Son peca la bourrello,
Ly troublo lou cerueou :
Per acaba la Festo,
Iogo de tout son resto,
Se viro ver Adam :
Vno poum'a la man.

COUBLET N°4 :
Ello la ly presento,
Ly vanto sa bonta,
Et di qu'es pu sauento,
Despiei que n'a tasta :
Lou flat' & lou lauaigno
Tant, qu'a la fin lou gaigno
En ly disent Mon beou,
Tasta n'en vn mouceou,

COUBLET N°5 (mai leou) :
Apres vn tau meinage
Se retrouueron tous nus,
Ou trauez d'vn fuillage
Intreron tous confus :
Mais Diou, d'vno voas hauto
Ly reprouchet sa fauto,
Et coumo de gredin,
Ley casset dou Iardin.

COUBLET N°6 (plan planet) :
Erian à la cadeno,
Esclaues de Satan,
Deuian souffry la peno
De la fauto d'Adam :
Iesus a sa neissenso
Ven repara l'offenso
Et vou per sa bonta
Nous metr'en liberta.

COUBLET N°1 :
Adam e sa coumpagno
N'èron que trop urous ;
Satan prenguè la lagno
E s'en rendè jalous.
Sounjè plus qu'à li nuire
E pèr miéus li destruire,
Li presentè lou fru
Qu'èro esta defendu.

COUBLET N°2 :
Aquesto poumo es raro !
Tenès, cresès à iéu,
Se n'en manjas, tout-aro
Sarés coume de Diéu.
Evo presto l'auriho,
L'apetis se reviho ;
Pèr voulé trop savé,
Manquèt, à soun devé.

COUBLET N°3 :
La pauro criminello
Se recounèis bèn lèu ;
Soun pecat la bourrello,
Li troublo lou cervèu.
Pèr acaba la fèsto,
Jogo de tout soun rèsto,
Se viro vers Adam,
Uno poumo à la man.

COUBLET N°4 :
Elo la li presènto,
Li vanto sa bounta,
E dis qu'es pu savènto
Despièi que n'a tasta ;
Lou flato e lou lavagno,
Tant qu'à la fin lou gagno,
En ié disènt : "Moun bèu,
Tastas-n'en un moussèu."

COUBLET N°5 (mai lèu) :
Après un tau meinage,
Se retrouvèron tout nus ;
Au travès d'un fueiage
Intrèron tout confus.
Mais Diéu, d'uno voues auto,
Li reprouchè sa fauto,
E coume de gredin,
Li cassè dóu jardin.

COUBLET N°6 (plan planet) :
Erian à la cadeno,
Esclave de Satan ;
Devian soufri la peno
De la fauto d'Adam :
Jèsus, à sa neissènço,
Vèn repara l'óufènso,
E vèn, pèr sa bounta,
Nous metre en liberta.

COUBLET N°1 :
Adam e sa compànha
N'èran que tròp urós ;
Satan prenguèt la lanha
E s'en rendèt jalós.
Sonjèt plus qu'a li nuire
E per miéus li destruire,
Li presentèt lo frut
Qu'èra estat defendut.

COBLET N°2 :
Aquesta poma es rara !
Tenètz, cresètz a iéu,
Se ne'n manjàs, tot-ara
Sarétz come de Diéu.
Eva presta l'aurilha,
L'apetís se revilha ;
Per voler tròp saver,
Manquèt, a son dever.

COUBLET N°3 :
La paura criminèla
Se reconèis bèn lèu ;
Son pecat la bourrèla,
Li trobla lo cervèu.
Per acabar la fèsta,
Jòga de tot son rèsta,
Se vira vers Adam,
Una poma a la man.

COUBLET N°4 :
Ela la li presènta,
Li vantar sa bontat,
E ditz qu'es pu savènta
Despièi que n'a tastat ;
Lo flata e lo lavanha,
Tant qu'à la fin lou gagno,
En ié disènt : "Mon bèu,
Tastatz-ne'n un mossèu."

COUBLET N°5 (mai lèu) :
Après un tau meinage,
Se retrovèran tot nus ;
Au travès d'un fueiage
Intrèran tot cònfus.
Mai Diéu, d'una voes auta,
Li reprochèt sa fauta,
E come de gredins,
Li cassèt dau jardin.

COUBLET N°6 (plan planet) :
Eriam a la cadena,
Esclave de Satan ;
Deviam sofrir la pena
De la fauta d'Adam :
Jèsus, a sa neissènça,
Vèn reparar l'ofènsa,
E vèn, per sa bonta
Nos metre en libertat.

COUPLET N°1 :
Adam et sa compagne
Étaient très heureux ;
Satan fut de mauvaise humeur
Et s'en rendit jaloux.
Il ne sonja plus qu'à leur nuire
Et pour mieux les détruire,
Leur présenta le fruit
Qui était défendu.

COUPLET N°2 :
Cette pomme est rare !
Tiens, crois en moi,
Si vous en mangez, maintenant,
Vous serez comme un dieu.
Ève prête l'oreille,
L'appétit se réveille ;
Pour vouloir trop en savoir,
Elle manqua, à son devoir.

COUPLET N°3 :
La pauvre criminelle
Se reconnut bien vite ;
Son péché l'abîme,
Il lui trouble le cerveau.
Pour achever la fête,
Il joue de tout son reste,
Se tourne vers Adam,
Une pomme à la main.

COUPLET N°4 :
Elle la lui présente,
Lui vante sa bonté,
Et dit qu'elle est plus savante
Depuis qu'elle en a goûté ;
Elle le flatte et le flatte encore,
Si bien qu'à la fin elle gagne,
En lui disant : "Mon beau,
Goûtez-en un morceau."

COUPLET N°5 (plus vite) :
Après un tel ménage,
Ils se retrouvèrent tout nus ;
À travers un feuillage,
Ils entrèrent tout confus.
Mais Dieu, d'une voix forte,
Leur reprocha leur faute,
Et comme des gredins,
Il les chassa du jardin.

COUPLET N°6 (plus lent) :
Nous étions avec des chaînes,
Esclaves de Satan ;
Nous devions souffrir notre peine
Par la faute d'Adam :
Jésus, à sa naissance,
Vînt réparer l'offense,
Et vînt, par sa bonté,
Nous mettre en liberté.

VERSE N°1 :
Adam with his wife
Were very happy;
Satan was in a bad mood
And made himself jealous.
He doesn't have any more than to harm them
And to better destroy them,
Presented them the fruit
Who was forbidden.

VERSE N°2 :
This apple is rare!
Here, believe in me,
If you eat it now,
You will be like a god.
Eve, listen,
The appetite wakes up;
To want to know too much,
She failed in her duty.

VERSE N°3 :
The poor criminal
He recognized himself very quickly;
His sin is ruining his brain.
To complete the party,
He plays all his rest,
Turn to Adam,
An apple in the hand.

VERSE N°4 :
She presents it to him,
He praised his goodness,
And says she is more learned
Since she tasted it;
She flatters and flatters him again,
So that in the end she wins,
Saying to him : "My beautiful,
Taste it in a piece."

VERSE N°5 (faster) :
After such a household,
They found themselves naked;
Through a foliage,
They entered all confused.
But God, with a loud voice,
He blamed them for their fault,
And like rascals,
He drove them out of the garden.

VERSE N°6 (slowly) :
We were with chains,
Slaves of Satan;
We had to suffer our pain
By Adam's fault:
Jesus, at his birth,
Go and fix the offense,
And come, by his goodness
We set free.

Sources : Diverses > voir en bas de page.
Discographie / Enregistrements :

- CD "Saboly : Nouvè prouvençau" par Céline MAGRINI (Ed. Lou Prouvençau à l'Escolo, 2018)
- "Delta Sonic" d'Henri MAQUET (2014)
- CD "HDQ" par Cyrille BROTTO et Guillaume LOPEZ (Ed. Camom, 2007)
- CD "Noël Baroque en Pays d'Oc : Natalis Cordat & Nicolas Saboly" par La Camera delle Lacrime et Bruno BONHOURE (Ed. Alpha, 2011)
- CD "Noël Traditionnel de Provence, Chants et Musiques Sacrés" par Les Voix Solistes de La maîtrise Gabriel Fauré de Marseille (Ed. Worldwide, 2010)
- DVD "Noëls en 13 chansons - église de l'Observance" (Ensemble Vocal Comtadin, 2008)
- CD "La Capouliero - Chants et musiques de Provence" (Martigues, CAP 02, 2006)
- CD "Renaissance en Provence" par The Terra Nova Consort (Ed. Sue Carney & Patricia M. O'Scannell, 1998)


[Remonter]

* Adam qu'ères urous / Adam, que tu étais heureux :

- Présentation de cette chanson : Adam (sans Ève) pris à partie pour lui reprocher sa faute.
Classification conventionnelle : noël n°72.

- Paroles : Attribuées à Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675).

- Musique : Sur l'air de "Patati ! Patata ! Siéu lèste coume un cat."

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

COUBLET N°1 :
Adam, qu'ères urous,
Que toun sort èrodous
Au Paradis terrèstre !
Lei man de toun bon Mèstre,
T'avien fach à soun goust :
Soufriés pas ges de mau,
Sentiés ni fre ni caud ;
Tei jour plen d'alegresso
Coulavon en repau,
Sèns dangié de vieiesso.

COUBLET N°2 :
Te mancavo pas rèn
Pèr countenta tei sèn,
E souto un cèu proupice,
Goustaves lei delice
D'un eterne printèm :
Lei rousié de Damas,
Pèr embauma toun nas
De l'óudour la pu fino,
Au davans de tei pas
Flourissien sènso espino.

COUBLET N°3 :
Teis ue de tout coustat
Poudien èstre encanta :
La naturo neissènto
A ta visto innoucènto
N'óufrié que de bèuta :
Lei plumo deis aucèu,
Lou cristau dei ruissèu,
La clarta deis estello,
Fasien un bèu tablèu
Pèr charma ta prunello.

COUBLET N°4 :
A l'abri de l'ivèr,
Leis aubre, toujour verd,
Servien à ta pitanço
De fruch en aboudanço
De milo goust divers :
N'èro pas de besoun
Dins tóutei lei sesoun,
De mòurre toun terraire ;
Te rendié sei meissoun
Sèns secours de l'araire.

COUBLET N°5 :
Toun auriho à lesi
Poudié sèns cesso ausi
L'agradable ramage
Dóu roussignòu sóuvage,
Que fai tant de plesi !
Sei fredoun dous e gai,
Fourma dins soun gavai
D'uno façoun rustico,
Valien milo fes mai.
Q'un councert de musico.

COUBLET N°6 :
Mais despièi toun pecat
Que nous a toui taca,
La famino, la pèsto,
La guerro, lei tempèsto,
Vènon nous ataca ;
E sènso un Diéu neissènt,
Que vòu que noste bèn,
Sarian dins l'esclavage,
E l'infèr pèr toustèms
Sarié noste partage.

COUPLET N°1 :
Adam, que tu étais heureux,
Que ton sort
Au paradis terrestre !
Les mains de ton bon maître
T'avaient fait à son goût :
Tu souffrais pas mal
Tu sentais ni froid ni chaud ;
Tes jours plein d'alégresse
Coulaient un repos
Sans danger de vieillesse .

COUPLET N°2 :
Il ne te manquait rien
Pour contenter tes
Et sous un ciel propice,
Tu goûtais les délices
D'un éternel printemps :
Les rosiers de Damas,
Pour embaumer ton nez
De l'odeur la plus fine,
Devant tes pas
Fleurissaient sans épine.

COUPLET N°3 :
Tes yeux de tous côtés
Pouvaient être enchantés :
La nature naissante
À ta vue innocente
N'offrait que de la beauté :
Les plumes des oiseaux,
Le
La clarté des étoiles,
Faisaient un beau tableau
Pour charmer ta p.

COUPLET N°4 :
À l'abri de l'hiver,
Les arbres, toujours verts,
Servaient à ta pitance,
De fruits en abondance
De mille goûts divers :
Il n'était pas besoin
Dans toutes les saisons,
De
Il te rendait ses moissons
Sans avoir recours à l'araire.

COUPLET N°5 :
Ton oreille
Pouvait sans cesse entendre
L'agréable ramage
Du rossignol sauvage
Qui donne tant de plaisir !
Ses doux et joyeux,
Former dans son
D'une façon rustique,
Valaient mille fois plus
Qu'un concert de musique.

COUPLET N°6 :
Mais depuis ton péché
Qui nous a tous taché,
La famine, la peste,
La guerre, les tempêtes,
Viennent nous attaquer ;
Et sans un Dieu naissant,
Qui veut que notre bien,
Nous serions dans l'esclavage,
Et l'enfer pour toujours
Serait notre partage.


[Remonter]

* Ai ! La bono fourtuno ! / Ah ! La bonne fortune ! :

- Présentation de cette chanson : Chant joyeux.
Classification conventionnelle : noël n°10 ou 67.

- Paroles : Écrites par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées en 1699.

- Musique : Sur l'air "Montalais n'est pas fière".
NB : La mélodie de ce noël a été reprise par le compositeur Franz LISZT en 1875 dans la 8e pièce de son "Arbre de Noël" S186 (12 pièces) : "N°8 : Altes Provenzalisches Weihnachtlieds / Ancien Noël Provençal"

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

Traduction en anglais :

COUBLET N°1 :
Ay, la bono fourtuno,
Que Iesu siegue na !
Ou coucha de la Luno,
L'Ange nous a souna ;
Ben que la nué sié bruno,
Fau ana tous ensen,
Visita la Iacen.

COUBLET N°2 :
Leissaren la Famillo
Que Dieou nous a douna ;
Ley Garçon & ley Fillo,
Ley pouden pa mena ;
N'autrei que sian bon drillo,
Voularen ley Coutau,
L'y saren dens un sau.

COUBLET N°3 :
Per vous autrei Pastresso,
Gardarez lou bestiau ;
Et sarés ley mestresso
De ce qués à l'houstau.
Em'aquello proumesso,
Que saren de retour,
Dens tres ou quatre jour.

COUBLET N°4 :
Eila vers la pinedo
Coundusé lou Troupeou ;
Parqueja vostei Fedo,
Casteja leis Agneou,
Se nia pa pron de cledo,
Noste bon chin gardon
Gardara ley Mouton.

COUBLET N°5 :
Quan saren a la jaço,
Ques aquo que faren ?
Nia ni pan ni fougasso
Et de que dinaren ?
Garnissen nostei biasso,
Aro qu'aven lesi,
De nous ben prouvesi.

COUBLET N°6 :
Es verai que ley Mage
Sourtiran d'ou Levan,
Per veni rendre houmage,
An'aqueou bel Enfan.
Mai toujour l'avantage,
Es a n'autrei Bergié,
Destre lei beou premié.

COUBLET N°1 :
Ai ! La bono fourtuno
Que Jèsu siegue na !
Au coucha de la luno,
L'ange nous a souna ;
Bèn que la niue siegue bruno,
Fau ana touis ensèn
Vesita la Jacènt.

COUBLET N°2 :
Leissaren la famiho
Que Diéu nous a douna ;
Li garçoun e li fiho,
Li poudèn pas mena ;
Nàutri que sian bon driho,
Voularen li coutau ;
Li saren dins un saut.

COUBLET N°3 :
Pèr vous-àutri, pastresso,
Gardarés lou bestiau,
E sarés li mestresso
De ço qu'es à l'oustau ;
Em' aquelo proumesso,
Que saren de retour
Dins tres o quatre jour.

COUBLET N°4 :
Eila vers la pinedo
Coundusès lou troupèu ;
Parquejas vòsti fedo,
Castejas lis agnèu.
Se n'i'a pas proun de cledo,
Noste bon chin Gardoun
Gardara li móutoun.

COUBLET N°5 :
Quand saren à la jasso,
Qu'es acò que faren ?
N'i'a ni pan ni fougasso,
E de que dinaren ?
Garnissen nòsti biasso,
Aro qu'avèn lesi
De nous bèn prouvesi.

COUBLET N°6 :
Es verai que li Mage
Sourtiran dóu Levant
Pèr veni rèndre oumage
À-n-aquéu bèl Enfant ;
Mai toujour l'avantage
Es à nàutri, bergié,
D'èstre li bèu premié.

COUPLET N°1 :
Ah ! La bonne fortune
Que Jésus soit né !
Au coucher de la lune,
L'ange nous a appelés.
Bien que la nuit soit sombre,
Il faut aller tous ensemble
Visiter l'accouchée.

COUPLET N°2 :
Nous laisserons la famille
Que Dieu nous a donnée ;
Les garçons et les filles,
Nous ne pouvons pas les emmener.
Nous qui sommes de bons drilles,
Nous dégringolerons les coteaux ;
Nous y serons dans un saut.

COUPLET N°3 :
Et pour vous, bergères,
Vous garderez le bétail
Et vous serez les maîtresses
De ce qui est dans la maison ;
Avec cette promesse
Que nous serons de retour
Dans trois ou quatre jours.

COUPLET N°4 :
Là-bas vers la pinède,
Conduisez le troupeau,
Parquez vos brebis,
Enfermez les agneaux.
S'il n'y a pas assez de claies,
Notre bon chien Gardon
Gardera les moutons.

COUPLET N°5 :
Quand nous serons à la bergerie,
Qu'est-ce que nous ferons ?
Il n'y a ni pain ni fougasse ;
Et de quoi dînerons-nous ?
Garnissons nos besaces,
Maintenant que nous avons le loisir
De bien nous approvisionner.

COUPLET N°6 :
Il est vrai que les Mages
Sortiront du Levant
Pour venir rendre hommage
À ce bel enfant ;
Mais toujours l'avantage
Est à nous, bergers,
D'être les beaux premiers.

VERSE N°1 :
Ah! Good fortune
May Jesus be born!
At sunset,
The angel has called us.
Although the night is dark,
We must go together
Visit the woman.

VERSE N°2 :
We will leave the family
That God has given us;
Boys and girls,
We can not take them.
We who are good girls,
We will tumble down hillsides;
We will be there in a jump.

VERSE N°3 :
And for you, shepherdesses,
You will keep the cattle
And you will be the mistresses
From what is in the house;
With this promise
That we will be back
In three or four days.

VERSE N°4 :
There, towards the pine forest,
Drive the flock,
Park your sheeps,
Lock up the lambs.
If there are not enough racks,
Our good dog Gardon
Will keep the sheeps.

VERSE N°5 :
When we are at the sheepfold,
What will we do?
There is no bread or fougasse;
And what will we eat?
Garnish our bags,
Now that we have the leisure
To supply ourselves well.

VERSE N°6 :
It is true that the Magi
Leave the Levant
To pay tribute
To this beautiful child;
But always the advantage
Is ours, shepherds,
To be the first beautiful.

Discographie / Enregistrements :
- CD "Saboly : Nouvè prouvençau" par Céline MAGRINI (Ed. Lou Prouvençau à l'Escolo, 2018)
- CD "Noël Traditionnel de Provence, Chants et Musiques Sacrés" par Les Voix Solistes de La maîtrise Gabriel Fauré de Marseille (Ed. Worldwide, 2010)
- CD "El Noi de la Mare, Mother and Son : Early music for the Christmas season" par Zefiro Torna (Ed. Etcetera, 2004)
- CD "Renaissance en Provence" par The Terra Nova Consort (Ed. Sue Carney & Patricia M. O'Scannell, 1998)
- CD "Noël en Provence - Christmas in Provence" par l'Ensemble Jehan de Channey (Ed. Frémeaux, 1990 > 2002)
- Disque vinyle 33 tours puis CD "La maîtrise chante noël en Provence : divertissement pastoral, 12 noëls de Saboly" (Harmonisés par Henri TOMASI)
par la Maîtrise d'enfants de la RTF, un ensemble instrumental de Radio France et les tambourinaires de la Massetto Maïanenco,
dirigés par Jacques JOUINEAU (Ed. Deutsche Grammophon Gesellschaft, 1963 / Believe The Restoration Project, 2013)


[Remonter]

* Ailas ! Quau noun aurié pieta ? / Hélas ! Qui n'aurait pas pitié ? :

- Présentation de cette chanson : Également appelée "Hélas ! Qu noun..."
Classification conventionnelle : noël n°18 ou 6.

- Paroles : Écrites par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées dans son premier fascicule en 1669.

- Musique : Sur "vn er de Nouueou / un air de noël".

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

Traduction en anglais :

COUBLET N°1 :
Helas, qui non ourie piata,
Quand veirie la gran poureta,
Von son redus, pechaire,
San Iouse l'ou bon seignegran,
Et son tan beou pichot enfan,
Eme sa pauro maire.

COUBLET N°2 :
Son tous tres pauramen lougeas
Dens vn canton d'vn marri ias
Tout descuber, pechaire ;
Non lia ny fustos ny trauets,
Lia ren que li quatre parets,
Amai non vallon gaire.

COUBLET N°3 :
L'ou pichot enfan mor de fre,
Et san Iousé se dor tout dre,
Su son baston, pechaire,
Vn paur'home qu'es tracassa,
Ioü vous laiss'vn pou a pensa,
Qu'es aquo que pou faire.

COUBLET N°4 :
Quand vei l'enfan dens vn tau lio,
Et que n'a pas brigo de fio,
Per l'amaga, pechaire,
Li fai vn brés de son capeou.
Vn lani de son gro manteou
Pedas de son mouchaire.

COUBLET N°5 :
Lou picho fai ren que ploura,
Sa Maire fai que soupira,
Et san Iousé, pechaire,
Es talamen desconsoula,
Que qui lou voudrie assoula,
Ourie ben pron a faire.

COUBLET N°6 :
Vn Ang'es descendu dou Ceou,
Que voulauo coum'vn ousseou,
Per li dire, pechaire,
Deuez pas tan vous atrista,
Car aquot es la volonta,
Dou Seignour Diou lou Paire.

COUBLET N°7 :
Tout ce que vesez endura,
Anaqueou picho deou dura
Qu'auque pou mai, pechaire,
Car per lei paurei pecadous
Fou que more sus vno Crous
Ou mitan de dous laire.

COUBLET N°1 :
Ailas, qui noun aurié pieta,
Quand veirié la grand paureta,
Vount soun redus, pecaire,
Sant Jóusè lou bon seigne-grand,
E soun tant bèu pichot enfant,
Emé sa pauro maire.

COUBLET N°2 :
Soun toui tres pauramen loujas
Dins un cantoun d'un marrit jas,
Tout descubert, pecaire !
Noun i'a ni fusto ni travet,
I'a rèn que li quatre paret,
Emai noun valon gaire.

COUBLET N°3 :
Lou pichot enfant mort de fre,
E Sant Jóusè s'endor tout dre
Sus soun bastoun, pecaire !
Un paure ome qu'es tracassa,
Iéu vous laisse un pau à pensa
Qu'es acò que pòu faire.

COUBLET N°4 :
Quand vèi l'enfant dins un tau liò,
E que n'a pas brigo de fiò,
Pèr l'amaga, pecaire !
Li fai un brès de soun capèu,
Un làni de soun gros mantèu,
Pedas de soun moucaire.

COUBLET N°5 :
Lou pichot fai rèn que ploura ;
Sa maire fai que souspira,
E Sant Jóusè, pecaire !
Es talamen descounsoula
Que qu lou voudrié assoula,
Aurié bèn proun à faire.

COUBLET N°6 :
Un ange es descendu dóu cèu,
Que voulavo coume un aucèu,
Pèr li dire : "Pecaire !
Devès pas tan vous atrista,
Car acò es la voulounta
Dóu Segnour Diéu lou Paire.

COUBLET N°7 :
Tout ce que vesès endura
A-n-aquéu pichot, dèu dura
Quauque pau mai, pecaire !
Car pèr li pàuri pecadous
Fau que more sus uno crous
Au mitan de dous laire !"

COUPLET N°1 :
Hélas ! Qui n'aurait pas pitié
En voyant la grande pauvreté
À laquelle sont réduits, peuchère,
Saint Joseph, le bon grand-père,
Et son si beau petit enfant,
Avec sa pauvre mère ?

COUPLET N°2 :
Ils sont tous trois pauvrement logés
Dans un coin d'une mauvaise bergerie,
Tout découverts, peuchère !
Il n'y a ni poutres ni soliveaux ;
Il n'y a que les quatre murs
Et même ils ne valent guère rien.

COUPLET N°3 :
Le petit enfant meurt de froid,
Et Saint Joseph s'endort tout droit debout
Sur son bâton, peuchère !
Un pauvre homme qui est tracassé,
Moi, je vous laisse un peu à penser
Qu'est-ce qu'il peut faire d'autre ?

COUPLET N°4 :
Quand il voit l'enfant dans un tel lieu,
Et qu'il n'y a pas le moindre feu
Pour l'envelopper, peuchère !
Il lui fait un berceau avec son chapeau,
Un lange avec son gros manteau,
Des chaussettes avec son mouchoir.

COUPLET N°5 :
Le petit ne fait que pleurer ;
Sa mère ne fait que soupirer,
Et Saint Joseph, peuchère,
Est tellement inconsolable
Que celui qui voudrait l'apaiser
Aurait bien assez à faire.

COUPLET N°6 :
Un ange est décendu du ciel,
Qui volait comme un oiseau
Pour leur dire : "Peuchère !
Vous ne devez pas tant vous attrister
Car cela est la volonté
Du seigneur Dieu le père.

COUPLET N°7 :
Tout ce que voyez endurer
À ce petit, doit durer
Quelque peu mais, peuchère !
Car pour les pauvres pécheurs,
Il faut qu'il meure sur une croix
Au milieu de deux larrons !"

VERSE N°1 :
Alas! Who would not have mercy
Seeing the great poverty
To which are reduced, peuchère,
Saint Joseph, the good grandfather,
And his beautiful little child,
With his poor mother?

VERSE N°2 :
They are all three poorly housed
In a corner of a bad sheepfold,
All discovered, peuchère!
There are no beams or girders;
There are only four walls
And even they are worth little.

VERSE N°3 :
The little child dies of cold,
And Saint Joseph falls asleep standing upright
On his stick, peuchère!
A poor man who is bothered,
Me, I leave you a little to think
What else can he do?

VERSE N°4 :
When he sees the child in such a place,
And that there is not the slightest fire
To wrap it, go for it!
He makes him a cradle with his hat,
A lange with her big coat,
Socks with her handkerchief.

VERSE N°5 :
The baby is crying;
His mother just sighs,
And Saint Joseph, peuchère,
Is so inconsolable
Whoever would like to appease him
Would do well enough.

VERSE N°6 :
An angel is dead from the sky,
Who was flying like a bird
To tell them: "Peuchère!
You do not have to sadden yourself so much
Because this is the will
From the Lord God the Father.

VERSE N°7 :
Everything you see endure
At this small, must last
Somewhat, but not!
Because for the poor sinners,
He must die on a cross
In the middle of two thieves!"


[Remonter]

* Ai proun couneigu / J'ai assez connu :

- Présentation de cette chanson : Écrit en mode mineur puis alterne en majeur.
Classification conventionnelle : noël n°13 ou 1.

- Paroles : Écrites par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées en 1669 sur son premier fascicule.

- Musique : Sur l'air "Parguai, puisqu'enfin".

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

Traduction en anglais :

COUBLET N°1 :
Ai pron connegu
Ton io, ta malice,
Et tes artefice
Traite banaru ;
Me moque de tu ;
Fas lou garo, garo,
N'as que de fanfaro ;

REFRIN :
Paro, garo
Paro garo te dauant de ioü,
Car ioü n'ame ren que lou Fis de Diou.

COUBLET N°2 :
Tu sies desarma ;
N'as ren que te pare,
De beou ny de rare,
Per poude charma,
Et te fair' ama.
As tro laida caro,
Fuge t'en toutaro,

AU REFRIN

COUBLET N°3 :
Ai pron escouta
Ton can, ta methodo,
N'es pas à la modo,
N'ia pas de beouta
Per nous encanta ;
N'as pas la voas claro,
Taiso te toutaro :

AU REFRIN

COUBLET N°4 :
Ta taulo tan ben
N'es pas de requisto,
Contento la visto,
Et puis non lia ren
A planta lei den ;
N'ia que d'aigo claro,
Qu'es toûjours amaro ;

AU REFRIN

COUBLET N°5 :
Se dounes d'argen
Oussito s'envollo,
Tu fas de pistollo,
Que non vallon ren
Qu'a trompa lei gen.
As la man auaro
Fuge t'en toutaro

AU REFRIN

COUBLET N°1 :
Ai proun couneigu
Toun jo, ta malice
E tis artefice,
Traite banaru !
Me moque de tu ;
Fas lou paro garo,
N'as que de fanfaro ;

REFRIN :
Paro ! garo,
Paro garo-te davans de iéu,
Car iéu n'ame rèn que lou Fiéu de Diéu.

COUBLET N°2 :
Tu sies desarma,
N'as rèn que te pare,
De bèu ni de rare,
Pèr poudé charma
E te faire ama.
As trop laido caro ;
Fuge-t'en tout-aro.

AU REFRIN

COUBLET N°3 :
Ai proun escouta
Toun cant, ta metodo
N'es pas à la modo ;
N'i'a pas de bèuta
Pèr nous encanta ;
N'as pas la voues claro,
Taiso-te tout-aro.

AU REFRIN

COUBLET N°4 :
Ta taulo tambèn
N'es pas de requisto ;
Countènto la visto,
E pièi noun i'a rèn
A planta li dènt ;
N'i'a que d'aigo claro
Qu'es toujour amaro.

AU REFRIN

COUBLET N°5 :
Se dones d'argènt,
Aussitost s'envolo ;
Tu fas de pistolo
Que noun valon rèn
Qu'a troumpa li gènt.
As la man avaro,
Fuge-t'en tout-aro.

AU REFRIN

COUPLET N°1 :
J'ai assez connu
Ton jeu, ta malice
Et tes artifices,
Traître cornu !
Je me moque de toi ;
Tu fais écarter les gens,
Tu n'es qu'un fanfaron.

REFRAIN :
Pare ! Gare !
Pousse-toi de devant moi
Car moi, je n'aime rien que le fils de Dieu.

COUPLET N°2 :
Tu es désarmé
Tu n'as rien qui te pare
De beau ni de rare,
Pour pouvoir charmer
Et te faire aimer.
Tu as un visage trop laid,
Enfuis-toi tout de suite.

AU REFRAIN

COUPLET N°3 :
J'ai assez écouté
Ton chant, ta méthode ;
Ce n'est pas à la mode :
Il n'y a pas là de beauté
Pour nous enchanter ;
Tu n'as pas la voix claire,
Tais-toi tout de suite.

AU REFRAIN

COUPLET N°4 :
Ta table aussi
Manque de recherche,
Elle contente la vue,
Et puis il n'y a rien
Où planter les dents :
Il n'y a que de l'eau claire
Qui est toujours amère.

AU REFRAIN

COUPLET N°5 :
Si tu donnes de l'argent,
Aussitôt il s'envole ;
Tu fais des pistoles
Qui ne valent rien
Sauf à tromper les gens.
Tu as la main avare,
Enfuis-toi tout de suite.

AU REFRAIN

VERSE N°1 :
I have known enough
Your game, your malice
And your artifices,
Horned traitor!
I'm making fun of you ;
You make people go away,
You're just a braggart.

CHORUS :
Pare! Station!
Push yourself in front of me
For I love nothing but the son of God.

VERSE N°2 :
You are disarmed
You have nothing that suits you
Beautiful or rare,
To be able to charm
And make you love.
You have an ugly face,
Get away immediately.

TO CHORUS

VERSE N°3 :
I listened enough
Your song, your method;
It's not fashionable:
There is no beauty
To enchant us;
You do not have a clear voice,
Shut up right now.

TO CHORUS

VERSE N°4 :
Your table too
Lack of research,
She satisfies the view,
And then there is nothing
Where to plant your teeth:
There is only clear water
Who is always bitter.

TO CHORUS

VERSE N°5 :
If you give money,
He immediately flies away;
You make pistoles
Which are not worth anything
Except to deceive people.
You have a miserly hand,
Get away immediately.

TO CHORUS

Discographie / Enregistrements :
- CD "Renaissance en Provence" par The Terra Nova Consort (Ed. Dorian, Sue Carney & Patricia M. O'Scannell, 1998)


[Remonter]

* Ai ! Quouro tournara lou tèms / Ah ! Quand tournera le temps : Écouter un extrait enregistré par Didier MAURELL

- Présentation de cette chanson : .
Classification conventionnelle : noël n°4 ou 61.

- Paroles : Écrites par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées en 1699.

- Musique : Sur l'air "Quand reviendra-t-il le temps, bergère ?".

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

COUBLET N°1 :
Ay ! quo'uro tournara lou tem Bregado ?
Ay ! qu'ouro tournara lou tem ?

Querian ensem aqu'ello vesprenado,
Su lei Coutau de Bethleem ?
Que veguerian tan de flamado,
Que l'Ange d'ou Ceou vengué d'uno voulado ?
Ay ! quo'uro tournara lou tem Bregado ?
Ay ! qu'ouro tournara lou tem ?

COUBLET N°2 :
Ay ! qu'ouro tournara... etc.
Qu'ousiguerian uno tan bello oubado,
De vois & d'Istrumen ensen,
Que de fredon & de tirado !
N'ay jamai ousi plu bello serenado.
Ay ! qu'ouro tournara... etc.

COUBLET N°3 :
Ay ! qu'ouro tournara... etc.
Que riguerian aqu'ello matinado,
Qu'anerian veèire la Iacent,
Escalavian a la montado,
E barrulavian lon de la davalado.
Ay ! qu'ouro tournara... etc.

COUBLET N°4 :
Ay ! qu'ouro tournara... etc.
Iamai Chivau na miou gagna civado,
Courrian plus vite que lou ven,
Fasian de sau, & de cambado.
Fasian sourti lou fio de la calado.
Ay ! qu'ouro tournara... etc.

COUBLET N°5 :
Ay ! qu'ouro tournara... etc.
Quan trouberian la Maire Benerado,
Et son pichot dessu lou fen ;
Qu'avié beson d'une flansado,
Car avié tomba uno grosso jalado.
Ay ! qu'ouro tournara... etc.

COUBLET N°6 :
Ay ! qu'ouro tournara... etc.
Quan une estello ben illuminado,
Fagué bada ben proun de Gen :
Que soulamen sero levado,
Et d'avan lei Rey ero toujour anado.
Ay ! qu'ouro tournara... etc.

COUBLET N°7 :
Ay ! qu'ouro tournara... etc.
Quan lou Picbot agué la regalado,
De Mirrho, d'Or, emé d'Encen ;
Quan lou plu viei de l'Assemblado
Le li presenté din sa Coupo d'ourado.
Ay ! qu'ouro tournara... etc.

COUBLET N°1 :
Ai ! Quouro tournara lou tèms, bregado ?
Ai ! Quouro tournara lou tèms ?

Qu'erian ensèn aquelo vesprenado,
Sus li coutau de Betelèn ?
Que veguerian tant de flamado,
Que l'ange dóu cèu venguè d'uno voulado ?
Ai ! Quouro tournara lou tèms, bregado ?
Ai ! Quouro tournara lou tèms ?

COUBLET N°2 :
Ai ! Quouro tournara... etc.
Qu'ausiguerian uno tant bello aubado
De voues e d'estrumen ensèn !
Que de fredoun e de tirado !
N'ai jamai ausi plus bello serenado.
Ai ! Quouro tournara... etc.

COUBLET N°3 :
Ai ! Quouro tournara... etc.
Que riguerian, aquelo matinado,
Qu'anerian vèire la jacènt !
Escalavian à la mountado,
E barrulavian long de la davalado.
Ai ! Quouro tournara... etc.

COUBLET N°4 :
Ai ! Quouro tournara... etc.
Jamai chivau n'a miéus gagna civado :
Courrian plus vite que lou vènt !
Fasian de saut e de cambado,
Que fasian sourti lou fiò de la calado !
Ai ! Quouro tournara... etc.

COUBLET N°5 :
Ai ! Quouro tournara... etc.
Quand trouberian la Maire benurado,
E soun pichot dessus lou fèn,
Qu'avié besoun d'uno flassado
Car avié toumba uno grosso jalado.
Ai ! Quouro tournara... etc.

COUBLET N°6 :
Ai ! Quouro tournara... etc.
Quand uno estello bèn iluminado
Faguè bada bèn proun de gènt,
Que soulamen s'èro levado,
E davans li Rèi èro toujour anado.
Ai ! Quouro tournara... etc.

COUBLET N°7 :
Ai ! Quouro tournara... etc.
Quand lou Pichot aguè la regalado
De mirro, d'or, emé d'encèn,
Quand lou plus vièi de l'assemblado
Lei li presentè dins sa coupo daurado.
Ai ! Quouro tournara... etc.

COUPLET N°1 :
Ah ! Quand tournera le temps, brigand ?
Ah ! Quand tournera le temps ?

Où nous étions ensemble, cette soirée,
Sur les coteaux de Bethléem ?
Où nous vîmes tant de flammes,
Quand l'ange du ciel vint d'une volée ?
Ah ! Quand tournera le temps, brigand ?
Hélas ! Quand reviendra le temps ?

COUPLET N°2 :
Ah ! Quand tournera le temps... etc.
Où nous entendîmes une si belle aubade
De voix et d'instruments ensemble !
Que de fredons et de tirades !
Je n'ai jamais entendu une plus belle sérénade.
Hélas ! Quand reviendra le temps... ?

COUPLET N°3 :
Ah ! Quand tournera le temps... etc.
Quand nous rions, ce matin,
Où nous allâmes voir l'accouchée !
Et nous escaladions à la montée
Et nous baladions le long de la de la descente.
Hélas ! Quand reviendra le temps... ?

COUPLET N°4 :
Ah ! Quand tournera le temps... etc.
Jamais cheval n'a mieux gagné avoine :
Nous courions plus vite que le vent !
Nous faisions des sauts et des enjambées,
Nous faisions jaillir le feu du pavé !
Hélas ! Quand reviendra le temps... ?

COUPLET N°5 :
Ah ! Quand tournera le temps... etc.
Quand nous trouverons la mère vénérée
Et son petit sur le foin,
Qui avait besoin d'une couverture
Car il était tombé une grosse gelée.
Hélas ! Quand reviendra le temps... ?

COUPLET N°6 :
Ah ! Quand tournera le temps... etc.
Quand une étoile bien illuminée
Mit bouche-bée un bon nombre de gens,
Elle qui depuis peu s'était levée
Et devant les Rois étaient toujours allée.
Hélas ! Quand reviendra le temps... ?

COUPLET N°7 :
Ah ! Quand tournera le temps... etc.
Quand le petit eut en cadeau
De la myrrhe, de l'or et de l'encens,
Quand le plus vieux de l'assemblée
Les lui présenta dans sa coupe dorée.
Hélas ! Quand reviendra le temps... ?

Discographie / Enregistrements :
- Disque vinyle 33 tours puis CD "La maîtrise chante noël en Provence : divertissement pastoral, 12 noëls de Saboly" (Harmonisés par Henri TOMASI)
par la Maîtrise d'enfants de la RTF, un ensemble instrumental de Radio France et les tambourinaires de la Massetto Maïanenco,
dirigés par Jacques JOUINEAU (Ed. Deutsche Grammophon Gesellschaft, 1963 / Believe The Restoration Project, 2013)


[Remonter]

* À la ciéuta de Betelèn / À la cité de Bethléem :

- Présentation de cette chanson : .
Classification conventionnelle : noël n°65.

- Paroles : Attribué à Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675) mais sûrement pas de lui ?

- Musique : Sur l'air "".

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

COUBLET N°1 :
À la ciéuta de Betelèn,
Uno Vierge s'es acouchado ;
Li vai uno grando assemblado,
De pertout l'arribo de gènt.
Si noun couneissiéu lou terraire,
Pourrié bèn èstre que diriéu
Qu'es uno fiero de Bèucaire,
O bèn la vilo d'Ais pèr la fèsto de Diéu.

COUBLET N°2 :
Dos o tres ouro davans jour,
Lou menu pople dei vilage,
Carga de burre e de froumage,
Li soun ana faire la court ;
Lei pastres emé lei pastresso
S'en retornon vers seis agnèu :
Aro li vèn que de noblesso
Que li toumbon espés coume leis estournèu !

COUBLET N°3 :
Lei Rèi de l'Ilo e de Tarsis
Au pres terro à la Magalouno ;
Li vai de tiaro, de courouno,
De du, de comte e de marquis ;
De capèu, de mitro e de crosso,
Tapisson tóutei lei camin ;
M'es avis que vese un carrosso :
Belèu eiço sara Mounsegnour Loumelin.

COUBLET N°4 :
Mounsegnour lou Vice-Legat,
Nàutrei vous en devèn de rèsto,
Car au pu fort de la tempèsto,
Sènso vous sarian toui nega ;
Vous avès bèn coundu la barco,
Noste Sant Paire lou saup proun !
Gràcis ei Prince de Jubarco,
Que nous an prouvesi d'un si brave patroun !

COUBLET N°5 :
Mai que sié davans pau de tèm,
Voste esprit e vosto prudènço
Mancaran pas de recoumpènso ;
Aurés sujèt d'èstre countènt :
Lou Papo qu'es bon coume un ange
Sus ço qu'avès tant bèn agi
Vous dounara milo louange,
E n'en dira bèn tant que vous fara rougi !

COUBLET N°6 :
Noste prelat vai à soun tour
Adoura Jésus sus la paio ;
Vous àutrei que sias seis éuvaïo,
Devès segre voste Pastour :
Lou troubarés dins noste tèmple,
Venès-i, noun li manqués pas ;
Pièisque vous mostro soun eisèmple
Fasès tout ço que fai, seguès-lou pas à pas.

COUBLET N°7 :
Coume un pastre fai soun devé,
Lorsqu'emé sei tacoun de ferre,
Grimpo sus la cimo d'un serre
Pèr vèire passa soun avé :
Ansin voste Pastour, que pènso
Toujour à sei pàureis agnèu,
Mountara sus uno eminènço
Pèr vèire de pu luen tout soun pichot troupèu.

COUBLET N°1 :
À la ciéuta de Betelèn,
Uno vierge s'es acouchado ;
Ié vai uno grando assemblado,
De pertout i'arribo de gènt.
Se noun couneissiéu lou terraire,
Pourrié bèn èstre que diriéu
Qu'es uno fiero de Bèucaire,
O bèn la vilo de z'Ais pèr la fèsto de Diéu.

COUBLET N°2 :
Dos o tres ouro davans jour,
Lou menu pople di vilage,
Carga de burre e de froumage,
Ié soun ana faire la court ;
Li pastre(s) emé li pastresso
S'en retornon vers sis agnèu :
Aro ié vèn que de noblesso
Que ié toumbon esprès coume lis estournèu !

COUBLET N°3 :
Li rèi de l'ilo e de Tarsis
Au pres terro à la Magalouno ;
Ié vai de tiaro, de courouno,
De du, de comte e de marquis ;
De capèu, de mitro e de crosso,
Tapisson tóuti li camin ;
M'es avis que vese un carrosso :
Belèu eiço sara Mounsegnour LOUMELIN.

COUBLET N°4 :
Mounsegnour lou vice-legat,
Nàutri vous en devèn de rèsto,
Car au pu fort de la tempèsto,
Sènso vous sarian toui nega ;
Vous avès bèn coundu la barco,
Noste Sant Paire lou saup proun !
Gràcis i prince de Jubarco,
Que nous an prouvesi d'un si brave patroun !

COUBLET N°5 :
Mai que sié davans pau de tèm,
Voste esprit e vosto prudènço
Mancaran pas de recoumpènso ;
Aurés sujèt d'èstre countènt :
Lou papo qu'es bon coume un ange
Sus ço qu'avès tant bèn agi,
Vous dounara milo louange,
E n'en dira bèn tant que vous fara rougi !

COUBLET N°6 :
Noste prelat vai à soun tour
Adoura Jèsu sus la paio ;
Vous àutri que sias sis éuvaïo,
Devès segui voste pastour :
Lou troubarés dins noste tèmple,
Venès-i, noun lou manqués pas ;
Pièisque vous mostro soun eisèmple
Fasès tout ço que fai, seguès-lou pas à pas.

COUBLET N°7 :
Coume un pastre fai soun devé,
Lorsqu'emé si tacoun de ferre,
Grimpo sus la cimo d'un serre
Pèr vèire passa soun avé :
Ansin voste pastour, que pènso
Toujour à si pàuris agnèu,
Mountara sus uno eminènço
Pèr vèire de pu liuen tout soun pichot troupèu.

COUPLET N°1 :
À la cité de Bethléem,
Une vierge a accouché.
Il y va une grande assemblée ;
De partout, il y arrive des gens.
Si je ne connaissais pas le terroir,
Peut-être bien que je dirais
Que c'est une foire de Beaucaire
Ou bien la ville d'Aix-en-Provence lors de la fête Dieu.

COUPLET N°2 :
Deux ou trois heures avant le lever du jour,
Le modeste peuple des villages,
Chargé de beurre et de fromage,
Y est allé faire la cour ;
Les bergers avec leurs bergères
Retournent vers leurs agneaux :
Maintenant y arrive que de la noblesse
Qui y tombent exprès comme des étourneaux !

COUPLET N°3 :
Les rois de l'île et de Tarsis
Au
Y
Des ducs, des comtes et des marquis ;
Des chapeaux, des
Tapissent tous les chemins ;
Je pense que je vois un carrosse :
Peut-être ici sera Monseigneur LOUMELIN.

COUPLET N°4 :
Monseigneur le vice-légat,
Nous vous en devons
Car au plus fort dela tempête,
Sens vous, nous serions noyés ;
Vous avez bien conduit la barque,
Notre saint père le sait assez !
Grâce aux princes de
Qui nous ont .

COUPLET N°5 :
Mais qui
Votre esprit et votre prudence
Ne manqueront pas de récompense ;
Vous aurez sujet à être content :
Le pape qui est bon comme un ange
Sur ce que vous avez bien agi,
Vous donnera mille louanges
Et il en dira tant qu'il vous fera rougir.

COUPLET N°6 :
Notre prélat va à son tour
Adorer Jésus sur la paille ;
Vous autres qui êtes ses
Vous devez suivre votre pasteur :
Vous le trouverez dans notre temple,
Venez-y, vous ne le manquerez pas ;
Puisqu'il vous montre l'exemple,
Faites tout ce qu'il fait, suivez-le pas à pas.

COUPLET N°7 :
Comme un berger fait son devoir,
Lorsqu'avec ses
Grimpe sur la cime d'un
Pour voir passer son troupeau :
Ainsi votre pasteur, qui pense
Toujours à ses pauvres agneaux,
Montera sur une éminence (un monticule de terre)
Pour voir de plus loin tout son petit troupeau.

Discographie / Enregistrements :
- CD "Renaissance en Provence" par The Terra Nova Consort (Ed. Dorian, Sue Carney & Patricia M. O'Scannell, 1998)


[Remonter]

* Aquel ange qu'es vengu / Cet ange qui est venu :

- Présentation de cette chanson : .
Classification conventionnelle : noël n°37 ou 28.

- Paroles : Écrites par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées dans son fascicule de 1671.

- Musique : Sur l'air "Un jour, le berger Tircis".

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

Traduction en anglais :

COUBLET N°1 :
Aquel Ange qu'es vengu,
Et que nous à paregu,
A di per tout lou Terraire,
Que lou Fis de Diou es na
De Marie, Vierg'et Maire
Dens vn jas abandouna.

COUBLET N°2 :
Helas, vonte son lougea !
Fai trambla de li songea :
Iou que couneisse l'estable
Saue, que vau men que ren,
Es vn lioc abominable,
Se nia gis den Bethleén.

COUBLET N°3 :
Es vn jas tout descuber,
Vonte nia que de luzer,
De serpen, & de rassado,
D'escorpion, & de crapau
De ras, & rato penado
Et semblables animau.

COUBLET N°4 :
Aueèn resolu d'ana,
Veir'aquel enfan ques na;
Iou eme les autrei Pastre
Auen leissa lou Bestiau
(Que Diou garde de desastre)
Li sian ista dens vn sau.

COUBLET N°5 :
Auen trouua San Iousé,
Qu'escoubau'eme lei pé :
Aussito nostei houleto,
Que portauian su lou cou,
Nous an serui de paleto,
L'iauen netegea lou sou.

COUBLET N°6 :
Iousé lou bon Seigne-gran,
Nous a fa veire l'enfan :
Capeou bas, la testo nudo,
A ginous en gran respé,
L'iauen fa la benuengudo,
Et l'iauen beisa lei pé.

COUBLET N°1 :
Aquel ange qu'es vengu
E que nous a pareigu,
A di pèr tout lou terraire
Que lou fiéu de Diéu es na
De Marìo, vierge e maire,
Dins un jas abandouna.

COUBLET N°2 :
Ailas ! Vounte soun louja !
Fai trembla de li sounja !
Iéu que counèisse l'estable,
Save que vau mens que rèn ;
Es un lioc abóuminable,
Se n'i'a ges dins Betelèn !

COUBLET N°3 :
Es un jas tout descubert,
Vounte n'i'a que de lusert,
De serpènt e de rassado,
D'escroupioun e de grapaud,
De rat e rato-penado
E semblàbleis animau.

COUBLET N°4 :
Avèn resoulu d'ana
Vèire aquel enfant qu'es na ;
Iéu emé lis àutri pastre,
Avèn leissa lou bestiau
(Que Diéu garde de desastre !)
Li sian esta dins un saut.

COUBLET N°5 :
Avèn trouba Sant Jóusè
Qu'escoubavo emé li pèd ;
Aussitost nòstis óuleto
Que pourtavian sus lou còu,
Nous an servi de paleto :
Lis avèn neteja lou sòu.

COUBLET N°6 :
Jóusè, lou bon segne-grand,
Nous a fa vèire l'enfant :
Capèu bas, la tèsto nudo,
À geinous, en grand respèt,
Lis avèn fa la benvengudo,
E lis avèn beisa li pèd.

COUPLET N°1 :
Cet ange qui est venu
Et qui nous est apparu,
A dit par tout le terroir
Que le fils de Dieu est né
De Marie, vierge et mère,
Dans une bergerie abandonnée.

COUPLET N°2 :
Hélas ! Où sont-ils logés ?!
Cela fait trembler d'y songer.
Moi qui connais l'étable,
Je sais qu'elle vaut moins que rien ;
C'est un lieu abominable
Comme il n'y en a aucun autre dans Bethléem.

COUPLET N°3 :
C'est une bergerie toute découverte
Où il n'y a que des lézards,
De serpents et des gros lézards verts,
Des scorpions et des crapauds,
Des rats et des chauves-souris
Et autres semblables animaux.

COUPLET N°4 :
Nous avons résolu d'aller
Voir cet enfant qui est né ;
Moi avec les autres bergers,
Nous avons laissé le bétail
(Que Dieu garde du désastre !)
Nous y avons été en un saut.

COUPLET N°5 :
Nous avons trouvé saint Joseph
Qui balayait avec ses pieds ;
Aussitôt nos houlettes
Que nous portions sur le cou,
Nous ont servi de petites pelles,
Nous lui avons nettoyé le sol.

COUPLET N°6 :
Joseph, le bon grand-père,
Nous a fait voir l'enfant :
Chapeau bas, la tête nue,
À genoux, avec grand respect,
Nous lui avons souhaité la bienvenue
Et nous lui avons baisé les pieds.

VERSE N°1 :
This angel who came
And who appeared to us,
Said by all the earth
That the son of God was born
Mary, virgin and mother,
In an abandoned sheepfold.

VERSE N°2 :
Alas! Where are they housed ?!
It makes one think of it.
I who know the barn,
I know it is worth less than nothing;
It is an abominable place
Since there are no others in Bethlehem.

VERSE N°3 :
It's an all-out sheepfold
Where there are only lizards,
Snakes and big green lizards,
Scorpions and toads,
Rats and bats
And other similar animals.

VERSE N°4 :
We have resolved to go
See this child who is born;
Me with the other shepherds,
We left the cattle
(May God keep disaster!)
We have been there in a leap.

VERSE N°5 :
We found Saint Joseph
Who swept with his feet;
Immediately our shakes
What we wear on the neck,
We served small shovels,
We cleaned the floor.

VERSE N°6 :
Joseph, the good grandfather,
Made us see the child:
Hat low, bareheaded,
On your knees, with great respect,
We welcomed him
And we kissed her feet.

Discographie / Enregistrements :
- CD "Saboly : Nouvè prouvençau" par Céline MAGRINI (Ed. Lou Prouvençau à l'Escolo, 2018)
- CD "Noël Baroque en Pays d'Oc : Natalis Cordat & Nicolas Saboly" par La Camera delle Lacrime et Bruno BONHOURE (Ed. Alpha, 2011)


[Remonter]

* Auprès d'aquel estable / Auprès de cette étable :

- Présentation de cette chanson : Ce chant original utilise les notes de musique dans ses paroles...
Classification conventionnelle : noël n°48 ou 42.

- Paroles : Écrites par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées dans son fascicule de 1673.

- Musique : Sur l'air "Tant matin sies levado".

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

Traduction en anglais :

COUBLET N°1 :
Oupres d'aquel estable
Vont'es l'Enfan tout nu,
Ai rencontra lou Diable
L'ai pron ben counegu

REFRIN :
Fa, fa, fa, sol, la, mi, la, mi,
Re, mi, re, mi, fa,
La, fa, sol, la, mi, la, mi, re,
Mi, fa, sol, la.

COUBLET N°2 :
Ai rescountra lou Diable,
L'ai pron ben counegu,
Auie coum'vno cabro,
De bano su lou su,

AU REFRIN

COUBLET N°3 :
Auie coum'vno cabro,
De bano su lou su,
Auie la testo plato,
Et lou mourre ponchu,

AU REFRIN

COUBLET N°4 :
Auie la testo plato,
Et lou mourre ponchu,
Les oureillo d'vn Ase,
Et lou côu d'vn pendu.

AU REFRIN

COUBLET N°5 :
Les oureillo d'vn Ase,
Et lou côu d'vn pendu.
Lei bras fach en andouillo,
Lou bou dei det crouchu.

AU REFRIN

COUBLET N°6 :
Lei bras fach en andouillo,
Lou bou dei det crouchu.
Lei cambo de flaüto,
Et lei dous pé fourcu.

AU REFRIN

COUBLET N°7 :
Lei cambo de flaüto,
Et lei dous pé fourcu.
A desplega ses arpo
Et m'a souta dessu.

AU REFRIN

COUBLET N°8 :
A desplega ses arpo
Et m'a souta dessu.
Mon Diou ma bono Vierge,
Secour, you siou perdu.

AU REFRIN

COUBLET N°9 :
Mon Diou ma bono Vierge,
Secour, you siou perdu.
Tous lei gen de l'Estable
D'abor m'an entendu

AU REFRIN

COUBLET N°10 :
Tous lei gen de l'Estable
D'abor m'an entendu
Per ma bono fortuno,
Vn Ang'a paregu,

AU REFRIN

COUBLET N°11 :
Per ma bono fortuno,
Vn Ang'a paregu,
Que la pres per lei bano
Et la mes en tafu

AU REFRIN

COUBLET N°12 :
Que la pres per lei bano
Et la mes en tafu
Ana, Vespro son dicho
De Noé nia pa plu.

AU REFRIN

COUBLET N°1 :
Auprès d'aquel estable
Vount es l'enfant tout nud,
Ai rescountra lou diable,
L'ai proun bèn couneigu...

REFRIN :
Fa, fa, fa, sol, la, mi, la, mi,
Rè, mi, rè, mi, fa,
La, fa, sol, la, mi, la, mi, rè,
Mi, fa, sol, la.

COUBLET N°2 :
Ai rescountra lou diable,
L'ai proun bèn couneigu :
Avié, coume uno cabro,
De bano sus lou su.

AU REFRIN

COUBLET N°3 :
Avié, coume uno cabro,
De bano sus lou su ;
Avié la tèsto plato,
E lou mourre pounchu
...

AU REFRIN

COUBLET N°4 :
Avié la tèsto plato,
E lou mourre pounchu ;
Lis auriho d'un ase,
E lou còu d'un pendu.

AU REFRIN

COUBLET N°5 :
Lis auribo d'un ase,
E lou còu d'un pendu ;
Li bras fa(ch) en andouio,
Lou bout di det croucu.

AU REFRIN

COUBLET N°6 :
Li bras fa(ch) en andouio,
Lou bout di det croucu ;
Li cambo de flahuto,
E li dous pèd fourcu.

AU REFRIN

COUBLET N°7 :
Li cambo de flahuto,
E li dous pèd fourcu ;
A desplega sis arpo
E m'a sauta dessu.

AU REFRIN

COUBLET N°8 :
A desplega sis arpo
E m'a sauta dessu ;
Moun Diéu ! Ma bono vierge !
Secours ! Iéu siéu perdu !

AU REFRIN

COUBLET N°9 :
Moun Diéu ! Ma bono vierge !
Secours ! Iéu siéu perdu !
Toui li gènt de l'estable
D'abord m'an entendu ;

AU REFRIN

COUBLET N°10 :
Toui li gènt de l'estable
D'abord m'an entendu ;
Pèr ma bono fourtuno,
Un ange a pareigu.

AU REFRIN

COUBLET N°11 :
Pèr ma bono fourtuno ,
Un ange a pareigu,
Que l'a pres pèr li bano
E l'a mes en tafut.

AU REFRIN

COUBLET N°12 :
Que l'a pres pèr li bano
E l'a mesen tafut...
Anas ! Vèspro soun dicho,
De Nouvè n'i'a pas plu.

AU REFRIN

COUPLET N°1 :
Auprès de cette étable
Où est l'enfant tout nu,
J'ai rencontré le diable,
Je l'ai assez bien connu...

REFRAIN :
Fa, fa, fa, sol, la, mi, la, mi,
Ré, mi, ré, mi, fa,
La, fa, sol, la, mi, la, mi, ré,
Mi, fa, sol, la.

COUPLET N°2 :
J'ai rencontré le diable,
Je l'ai fort bien reconnu :
Il avait, comme une chèvre,
Des cornes sur le sommet.

AU REFRAIN

COUPLET N°3 :
(...)
Il avait la tête plate,
Et le museau pointu...

AU REFRAIN

COUPLET N°4 :
(...)
Les oreilles d'un âne,
Et le cou d'un pendu.

AU REFRAIN

COUPLET N°5 :
(...)
Les bras fait en andouille,
Le bout des doigts crochu.

AU REFRAIN

COUPLET N°6 :
(...)
Les jambes comme des flûtes,
Et les deux pieds fourchus.

AU REFRAIN

COUPLET N°7 :
(...)
Il a déployé ses griffes
Et m'a sauté dessus.

AU REFRAIN

COUPLET N°8 :
(...)
Mon Dieu ! Ma bonne vierge !
Au secours ! Moi je suis perdu !

AU REFRAIN

COUPLET N°9 :
(...)
Tous les gens de l'étable
D'abord m'ont entendu ;

AU REFRAIN

COUPLET N°10 :
(...)
Pour ma bonne fortune,
Un ange est apparu.

AU REFRAIN

COUPLET N°11 :
(...)
Qui l'a pris par les cornes
Et l'a mis au cercueil.

AU REFRAIN

COUPLET N°12 :
(...)
Allez ! Les vêpres sont dites,
De Noël il n'y en a plus.

AU REFRAIN

VERSE N°1 :
From this barn
Where is the child naked,
I met the devil,
I knew him well enough...

CHORUS :
Fa, fa, fa, sol, la, mi, la, mi,
Re, mi, re, mi, fa,
La, fa, sol, la, mi, la, mi, re,
Mi, fa, sol, la.

VERSE N°2 :
I met the devil,
I recognized him very well:
He had, like a goat,
Horns on the summit.

TO CHORUS

VERSE N°3 :
(...)
He had a flat head,
And the pointed muzzle...

TO CHORUS

VERSE N°4 :
(...)
The ears of a donkey,
And the neck of a hanged man.

TO CHORUS

VERSE N°5 :
(...)
Arms made andouille,
Crooked fingertips.

TO CHORUS

VERSE N°6 :
(...)
Legs like flutes,
And the two forked feet.

TO CHORUS

VERSE N°7 :
(...)
He spread his claws
And jumped on me.

TO CHORUS

VERSE N°8 :
(...)
My God ! My good virgin!
Help ! I am lost!

TO CHORUS

VERSE N°9 :
(...)
All the people in the barn
At first heard me;

TO CHORUS

VERSE N°10 :
(...)
For my good fortune,
An angel appeared.

TO CHORUS

VERSE N°11 :
(...)
Who took it by the horns
And put him in the coffin.

TO CHORUS

VERSE N°12 :
(...)
Go! Vespers are said,
Christmas there is more.

TO CHORUS

Discographie / Enregistrements :
- CD "Colinda : Noëls de Provence" par Strada (Ed. Analekta, 2011)


[Remonter]

* Bèn urouso la neissènço / Bien heureuse la naissance :

- Présentation de cette chanson : Noël.
Classification conventionnelle : noël n°36 ou 27.

- Paroles : Écrites par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées sur son fascicule de 1671.

- Musique : Sur l'air "Toujours l'amour me tourmente".

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

Traduction en anglais :

COUBLET N°1 :
Benhurouso la neissenso
D'aqueou bel enfan,
Que ven repara l'offenso
Dou gran Pair'Adam :
Viuen conten,
Menen resiouyssenso
Viuen conten
Et nous fachen de ren.

COUBLET N°2 :
Quito lou sen de son Paire,
Descen eissauau,
Et pren coume noste fraire
Par à nostei mau :
Vn iour per nous
Mourra, sens ista gaire,
Vn iour per nous
Mourra sus vno Crous.

COUBLET N°3 :
Toutei lei San Patriarcho,
Abram, & Iaco,
Isac, & Noé de l'Archo,
N'espèron qu'aquo ;
Son eilabas,
Qu'observon sa demarcho,
Son eilabas,
Que conton tous sei pas.

COUBLET N°4 :
Ben que fugon den la peno,
An tousiours ou cor
L'esperanso touto pleno,
Que quan sara mor
Eou l'ianara,
Desfaire sei Cadeno,
Eou l'ianara,
Et lei deliurara.

COUBLET N°5 :
Diou voudra que ressuscite
Lou troiesieme jour,
Puis aprés faudra que quite
La terr'a son tour :
Deden lou ceou,
Remontara plus vite,
Deden lou ceou,
Plus vite qu'vn ouceou.

COUBLET N°6 :
Tournara per estre Iuge
Dei mor, & dei viou,
Certo, n'ioura res que fuge
La faci de Diou,
Ver les amis,
Qui cercara refuge
Ver les amis,
N'en troubara pas gis.

COUBLET N°7 :
D'vno mino for cruelo
Dira su lou cham,
Que lei flammos eternelo
Sien per lei meichan ;
Per ses amis,
Vno glor'immortelo
Per ses amis,
Sa par deu Paradis.

COUBLET N°1 :
Benurouso la neissènço,
D'aquéu bèl enfant
Que vèn repara l'óufenso
Dóu grand paire Adam !
Viven countènt,
Menen rejouïssènço,
Viven countènt
E nous fachen de rèn.

COUBLET N°2 :
Quito lou sen de soun paire,
Descènd eiçavau,
E pren, coume noste fraire,
Part à nòsti mau.
Un jour pèr nous
Mourira, sèns ista gaire ;
Un jour pèr nous
Mourira sus uno crous.

COUBLET N°3 :
Tóuti li sant patriarcho,
Abram e Jacò,
Isac e Nouvè de l'archo,
N'espèron qu'acò :
Soun eilabas
Qu'óusservon sa demarcho ;
Soun eilabas,
Que comton toui si pas.

COUBLET N°4 :
Bèn que fugon dins la peno,
An toujour au cor
L'esperanço touto pleno,
Que, quand sara mort,
Éu i'anara
Desfaire si cadeno,
Éu i'anara
E li delivrera.

COUBLET N°5 :
Diéu voudra que ressuscite
Lou tresième jour,
Pièi après faudra que quite
La terro à soun tour :
Dedins lou cèu
Remountara plus vite,
Dedins lou cèu,
Plus vite qu'un aucèu.

COUBLET N°6 :
Tournara pèr èstre juge
Di mort e di viéu ;
Cèrto, n'i'aura res que fuge
La fàci de Diéu.
Vers lis ami,
Quau cercara refuge,
Vers lis ami,
N'en troubara pas gi !

COUBLET N°7 :
D'uno mino fort crudèlo
Dira sus-lou-champ :
Que li flamos eternello
Sien pèr li meichant !
Pèr sis ami,
Uno glòri in mourtello !
Pèr sis amis,
Sa part dóu Paradis !

COUPLET N°1 :
Bien heureuse la naissance
De ce bel enfant
Qui vient réparer l'offense
Du grand père Adam !
Vivons contents,
Menons réjouissance,
Vivons contents
Et ne nous fâchons de rien.

COUPLET N°2 :
Il quitte le sein de son père,
Descend en bas,
Et prend, comme notre frère,
Part à nos maux.
Un jour, pour nous,
Il mourra, sans tarder,
Un jour, pour nous,
Il mourra sur une croix.

COUPLET N°3 :
Tous les saints patriarches,
Abraham et Jacob,
Isaac et Noé de l'Arche,
N'attendent que cela.
Ils sont là-bas,
Qui observent sa démarche ;
Ils sont là-bas,
Qui comptent tous ses pas.

COUPLET N°4 :
Bien qu'ils soient dans le peine,
Ils ont toujours dans le coeur
L'espérance toute entière,
Que, quand il sera mort,
Lui, ira là-bas
Défaire leurs chaînes,
Lui, ira là-bas
Et les délivrera.

COUPLET N°5 :
Dieu voudra qu'il ressuscite
Le troisième jour,
Puis après, il faudra qu'il quitte
La terre à son tour :
Dans le ciel,
Il remontera plus vite,
Dans le ciel,
Plus vite qu'un oiseau.

COUPLET N°6 :
Tournera pour être juge
Des morts et des vivants ;
Certes, il n'y aura personne qui puisse fuir
La face de Dieu.
Vers les amis,
Celui qui cherchera refuge,
Vers les amis,
N'en trouvera pas.

COUPLET N°7 :
D'une mine fort cruelle
Il dira sur le champ :
"Que les flammes éternelles
Soient pour les méchants !"
Pour ses amis,
Une gloire immortelle !
Pour ses amis,
Leur part du paradis !

VERSE N°1 :
Happyness for the Birthday
From this beautiful child
Who comes to repair the offense
Grandfather Adam!
Live happy,
Let's celebrate,
Live glad
And let's not get angry.

VERSE N°2 :
He leaves the bosom of his father,
Go down,
And take, like our brother,
Part to our ills.
One day, for us,
He will die, without delay,
One day, for us,
He will die on a cross.

VERSE N°3 :
All the patriarchal saints,
Abraham and Jacob,
Isaac and Noah of the Ark,
Just wait for that.
They're over there,
Who observe his approach;
They're over there,
Who count all his steps.

VERSE N°4 :
Although they are in pain,
They always have in the heart
The whole hope,
That when he is dead,
He will go there
Undo their chains,
He will go there
And deliver them.

VERSE N°5 :
God will want him to rise again
The third day,
Then after that, he will have to leave
The earth in turn:
In the sky,
It will go up faster,
In the sky,
Faster than a bird.

VERSE N°6 :
Will turn to be judge
Dead and alive;
Certainly, there will be no one who can flee
The face of God.
To friends,
Whoever seeks refuge,
To friends,
Will not find one.

VERSE N°7 :
Of a very cruel mine
He will say on the spot:
"Let the eternal flames
Be for the wicked!"
For his friends,
An immortal glory!
For his friends,
Their part of paradise!

Discographie / Enregistrements :
- CD "Noël Baroque en Pays d'Oc : Natalis Cordat & Nicolas SABOLY" par La Camera delle Lacrime et Bruno BONHOURE (Ed. Alpha, 2011)


[Remonter]

* Bergié qu'abitas dins la plano / Bergers vous qui habitez dans la plaine :

- Présentation de cette chanson : .
Classification conventionnelle : noël n°74.

- Paroles : Attribuées à Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675) mais sûrement pas de lui.

- Musique : Sur l'air "De bon matin pèr la campagno" (idem au noël 73).

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

COUBLET N°1 :
Bergié, qu'abitas dins la plano,
Abandounas vòstei cabano,
Anas-vous-en dins Betelèn,
Veirés un Diéu dessus lou fèn ;
Invitas voste veisinage
Pèr ana faire aquéu vouiage ;
Atroupas-vous tóuteis ensèn
E pourtas-li de bèu presènt.

COUBLET N°2 :
Lou Diéu que coumando au tounerro...

COUBLET N°3 :
Dedins leis èr ausès leis ange ...

COUBLET N°4 :
Dàvi, dins un de sei cantique ...

COUBLET N°5 :
À la vengudo dóu Messìo ...

COUBLET N°6 :
Anue leis animau sóuvage ...

COUBLET N°7 :
L'elefant e lou droumadèro ...

COUBLET N°8 :
La bicho s'envenguè souleto ...

COUBLET N°9 :
I'avié 'n pastras de la campagno ...

COUBLET N°10 :
Veguerias veni la civeto ...

COUBLET N°11 :
Jóusè se tenié sus la porto ...

COUBLET N°12 :
Alor Marìo, dins l'estable ...

COUBLET N°13 :
De lei vèire tóuteis en marcho ...

COUBLET N°14 :
Dounen à Diéu touto la glòri,
Celebren tóutei la memòri
Dóu puissant fiéu de l'éternel
Dins aquest jour tant solennel
Que tout lou mounde lou benisse,
Afin que nous fugue proupice,
E que lou pousquen vèire tous
Dins lou sejour dei benurous !

COUBLET N°1 :
Bergié, qu'abitas dins la plano,
Abandounas vòstei cabano,
Anas-vous-en dins Betelèn,
Veirés un Diéu dessus lou fèn ;
Invitas voste veisinage
Pèr ana faire aquéu vouiage ;
Atroupas-vous tóuteis ensèn
E pourtas-li de bèu presènt.

COUBLET N°2 :
Lou Diéu que coumando au tounerro...

COUBLET N°3 :
Dedins lis èr ausès leis ange ...

COUBLET N°4 :
Dàvi, dins un de si cantique ...

COUBLET N°5 :
À la vengudo dóu Messìo ...

COUBLET N°6 :
Aniue lis animau sóuvage ...

COUBLET N°7 :
L'elefant e lou droumadèro ...

COUBLET N°8 :
La bicho s'envenguè souleto ...

COUBLET N°9 :
I'avié 'n pastras de la campagno ...

COUBLET N°10 :
Veguerias veni la civeto ...

COUBLET N°11 :
Jóusè se tenié sus la porto ...

COUBLET N°12 :
Alor Marìo, dins l'estable ...

COUBLET N°13 :
De li vèire tóutis en marcho ...

COUBLET N°14 :
Dounen à Diéu touto la glòri,
Celebren tóuti la memòri
Dóu puissant fiéu de l'éterne
Dins aquest jour tant soulenne
Que tout lou mounde lou benisse,
Afin que nous fugue proupice,
E que lou pousquen vèire tous
Dins lou sejour di benurous !

COUPLET N°1 :
Bergers, vous qui habitez dans la plaine,
Abandonnez vos cabanes,
Allez-vous-en dans Bethléem,
Vous verrez un Dieu sur le foin :
Invitez vos votre voisinage
Pour aller faire ce voyage ;
Atroupez-vous tous ensemble
Et portez lui de beaux cadeaux.

COUPLET N°2 :
Le Dieu qui commannde le tonnerre ...

COUPLET N°3 :
Dans les airs, vous entendez les anges ...

COUPLET N°4 :
David, dans un de ses cantiques ...

COUPLET N°5 :
À la venue du messie ...

COUPLET N°6 :
La nuit, les animaux sauvages ...

COUPLET N°7 :
L'éléphant et le dromadaire ...

COUPLET N°8 :
La biche vient seule ...

COUPLET N°9 :
Il y avait un gros berger de la campagne ...

COUPLET N°10 :
Vous verriez venir la ...

COUPLET N°11 :
Joseph se tenait sur la porte ...

COUPLET N°12 :
Alors, Marie, dans l'étable, ...

COUPLET N°13 :
De les voir tous en marche ...

COUPLET N°14 :
Donnons à Dieu toute la gloire,
Célébrons toute la mémoire
Du puissant fils de l'éternel
En ce jour si solennel
Que tout le monde le bénisse,
Afin qu'il nous fût propice,
Et que nous pûmes tous le voir
Dans le séjour des bienheureux !

Discographie / Enregistrements :
- Disque 33 T puis CD "Notre belle Provence" par Maurice BARD, Gabriel FARE et son orchestre (Ed. 1962 > Believe The Restoration Project, 2014


[Remonter]

* Bon Diéu, la grand clarta / Bon Dieu, la grande clarté :

- Présentation de cette chanson : L'émerveillement de la lumière...
Classification conventionnelle : noël n°2 ou 59.

- Paroles : Attribuées à Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées en 1699.

- Musique : Ce chant est habituellement interprété sur une harmonisation homorythmique. Sur l'air de "Le Temps" ?

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

Traduction en anglais :

COUBLET N°1 :
Bon Diou ! la grand clarta,
Lia qu'auquarren d'estrange !
Me semblo qués un Ange,
Car iou l'ay ouzi canta.

COUBLET N°2 :
Qui vou bouta cinq sou,
Que qu'auque gros desastre
Siegue arribat ey Pastre,
Que courron coume de fou ?

COUBLET N°3 :
Lou jas es tout badiou,
Lian pas bouta la Cledo.
Mouton Agnieus e Fedo,
Son à la gardo de Diéu.

COUBLET N°4 :
Diou age bono par !
Vn Veisseou à la velo,
Counduch per une Estelo,
Ven en ribo de la Mar.

COUBLET N°5 :
Qu me dira von van ?
Qu me dira d'on venon,
Tres beou Moussu que tenon,
Lou lengage dou Levan ?

COUBLET N°6 :
Tu creignes ren la fré,
Traite, vilen Herodes.
Von vas ? que vos ? que rodes,
Eme tei coupe jarré ?

COUBLET N°7 :
As de marri dessen,
Que valon pa lou Diable,
Oumen per lei coupable,
Prengués pas lis Innoucen.

COUBLET N°1 :
Bon Diéu, la grand clarta !
I'a quaucarèn d'estrange,
Me semblo qu'es un ange
Car iéu l'ai ausi canta.

COUBLET N°2 :
Qu vòu bouta cinq sòu,
Que quauque gros desastre
Siegue arribat ei pastre
Que courron coume de fou.

COUBLET N°3 :
Lou jas es tout badiéu,
I'an pas bouta la cledo :
Móutoun, agnèu e fedo
Soun à la gàrdi de Diéu.

COUBLET N°4 :
Diéu ague bono part !
Un veissèu à la vèlo,
Coundu pèr uno estello,
Vèn en ribo de la mar.

COUBLET N°5 :
Qu me dira vount van,
Qu me dira d'ount vènon
Tres bèu Moussu que tènon
Lou lengage dóu Levant ?

COUBLET N°6 :
Tu cregnes rèn la fre,
Traite, vilèn Erodes !
Vount vas ? Que vos ? Sue rodes ?
Emé ti coupo-jarret ?

COUBLET N°7 :
As de marrit dessèn
Que valon pas lou diable ;
Au mens, pèr li coupable,
Prengues pas lis inoucènt.

COUPLET N°1 :
Bon Dieu, la grande clarté !
Il y a quelque chose d'étrange.
Il me semble que c'est un ange
Car moi je l'ai entendu chanter.

COUPLET N°2 :
Qui veut mettre cinq sous,
Que quelque gros désastre
Soit arrivé aux bergers
Qui courent comme des fous ?

COUPLET N°3 :
La bergerie est tout ouverte,
Ils ne lui ont pas mis la claie :
Moutons, agneaux et brebis
Sont à la garde de Dieu.

COUPLET N°4 :
Dieu ait la bonne part !
Un vaisseau à la voile,
Conduit par une étoile,
Vient vers le rivage.

COUPLET N°5 :
Qui me dira où ils vont,
Qui me dira d'où ils viennent
Trois beaux messieurs qui tiennent
Le langage du Levant ?

COUPLET N°6 :
Toi, tu ne crains rien du froid,
Traître, vilain Hérode !
Où tu vas ? Que veux-tu ? Pourquoi rodes-tu ?
Avec tes .

COUPLET N°7 :
Tu as de mauvais
Qui ne valent pas le diable ;
Au moins, pour les coupables,
Ne prends pas les innocents.

VERSE N°1 :
.

VERSE N°2 :
.

VERSE N°3 :
.

VERSE N°4 :
.

VERSE N°5 :
.

VERSE N°6 :
.

Discographie / Enregistrements :
- DVD "Noëls en 13 chansons - église de l'Observance de Carpentras" (Ensemble Vocal Comtadin, 2008)
- Disque vinyle 33 tours puis CD "La maîtrise chante noël en Provence : divertissement pastoral, 12 noëls de Saboly" (Harmonisés par Henri TOMASI)
par la Maîtrise d'enfants de la RTF, un ensemble instrumental de Radio France et les tambourinaires de la Massetto Maïanenco,
dirigés par Jacques JOUINEAU (Ed. Deutsche Grammophon Gesellschaft, 1963 / Believe The Restoration Project, 2013)


[Remonter]

* Ça ! Menen rejouïssènço / Ah ! Menons réjouissance :

- Présentation de cette chanson : .
Classification conventionnelle : noël n°7 ou 64.

- Paroles : Attribuées à Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées en 1699.

- Musique : Sur l'air "Quand vous serez".

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

COUBLET N°1 :
Ça menen rejouïssènço,
Fasen Festo d'ou bon-heur,
Que nous porto la neissènço,
De Iesus noste souveur,
Et perden la souvenenço,
De nostei dernié mal'heur.

COUBLET N°2 :
Erian dens un gran desordre ;
Et lou voulian ben ansin.
Sonjavian rèn qu'a nous mordre,
L'un l'autre coume de chin.
Senso Dieou que lia mes ordre,
N'en vesian jamai la fin.

COUBLET N°3 :
Se sian hors la misero,
Gran Dieou lou deven qu'a vous.
Avez fa noste San Pero,
Sage, bon, Clemen & dous,
Que n'a n'y feou n'y coulero,
E que n'es pas rigourous.

COUBLET N°4 :
Aven tant de témoignage,
De sa bono volonta,
Que ley Vilos & Vilage,
Que son deden lou Comta,
Ouran segur l'avantage
De se veire ben trata.

COUBLET N°5 :
Preguen don l'Agnieou qu'esfaço,
Toutei nostei manquamen,
Que conserve den sa graco,
Noste bon Papo Clemen :
Et que l'y garde sa plaço,
Ou dessus d'ou Firmamen.

COUBLET N°1 :
Ça ! Menen rejouïssènço,
Fasen fèsto dóu bonur
Que nous porto la neissènço,
De Jèsu noste sauvur,
E perden la souvenènço
De nòsti darnié malur.

COUBLET N°2 :
Erian dins un grand desordre,
E lou voulian bèn ansin ;
Sounjavian rèn qu'à nous mordre
L'un l'autre coume de chin.
Sènso Diéu que i'a mes ordre,
N'en vesian jamai la fin.

COUBLET N°3 :
Se sian foro la misèro,
Grand Diéu ! Lou devèn qu'à vous.
Avès fa noste Sant Pèro
Sage, bon, clemènt e dous,
Que n'a ni fèu ni coulèro,
E que n'es pas rigourous.

COUBLET N°4 :
Avèn tant de temouniage
De sa bono voulounta,
Que li vilo(s) e vilage
Que soun dedins lou Coumtat,
Auran segur l'avantage
De se vèire bèn trata.

COUBLET N°5 :
Preguen dounc l'Agnèu qu'esfaço
Tóuti nòsti mancamen ;
Que counserve dins sa graço
Noste bon Papo Clemènt,
E que li garde sa plaço
Au dessus dóu firmamen.

COUPLET N°1 :
Ah ! Menons réjouissance,
Faisons fête pour le bonheur
Que nous apporte la naissance
De Jésus notre sauveur
Et perdonss le souvenir
De nos derniers malheurs.

COUPLET N°2 :
Nous étions dans un grand désordre
Et nous le voulions bien ainsi.
Nous songions qu'à nous mordre
L'un et l'autre, comme des chiens.
Sans Dieu qui y a mis de l'ordre,
Nous n'en voyions jamais la fin.

COUPLET N°3 :
Si nous sommes en dehors de la misère,
Grand Dieu, nous le devons qu'à vous :
Vous avez fait notre Saint Père
Sage, bon, Clément et doux,
Qui n'a ni fiel ni colère,
Et qui n'est pas rigoureux.

COUPLET N°4 :
Nous avons tant de témoignages
De sa bonne volonté,
Que les villes et les villages
Qui sont dans le Comtat Venaissin,
Auront sûrement l'avantage
De se voir bien traités.

COUPLET N°5 :
Prions donc l'agneau qui efface
Tous nos manquements ;
Qu'il conserve dans sa grâce
Notre bon pape Clément
Et qu'il lui garde sa place
Au-dessus du firmament.

Discographie / Enregistrements :
- Disque vinyle 33 tours puis CD "La maîtrise chante noël en Provence : divertissement pastoral, 12 noëls de Saboly" (Harmonisés par Henri TOMASI)
par la Maîtrise d'enfants de la RTF, un ensemble instrumental de Radio France et les tambourinaires de la Massetto Maïanenco,
dirigés par Jacques JOUINEAU (Ed. Deutsche Grammophon Gesellschaft, 1963 / Believe The Restoration Project, 2013)


[Remonter]

* Cercas plus dins un marrit estable / Ne cherchez plus dans une mauvaise étable :

- Présentation de cette chanson : À la fin de ce noël, il y a une référence à M. LOUMELIN d'Avignon.
Classification conventionnelle : noël n°24 ou 12.

- Paroles : Chanson écrite par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées en 1669 sur son deuxième fascicule.

- Musique : Sur l'air "De la Bohémienne".

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

COUBLET N°1 :
Cerques plus dins vn marrit estable
Vn enfan ioly peti mignon :
L'enfan Iesus tant beou tant admirable
Lou troubarés eissi dens Auignon.

COUBLET N°2 :
Pierre l'amo ben de talo sorto,
Que lou vou lougea din son houstau ;
Tant per vbri que per sarra la porto,
Lou benhurous se contento dei clau.

COUBLET N°3 :
Se vei-ti den toutei les histori,
Vn pu grand & pu puissan Seignour :
Despièi qu'eou a manifesta sa glori,
Grans & petis li van faire la cour.

COUBLET N°4 :
Per li fair' vno for bello plasso,
Liauen mes la mita dei preso ;
Per conteni lou puple que s'amasso
Toutei lei festo dauans sa meison.

COUBLET N°5 :
Mai de tout nen fou douna la glori,
Et l'hounour à Moussu Lomelin :
Fou qu'Auignon celebre sa memori,
Iusques à tan que lou mond' age fin.

COUBLET N°1 :
Cercas plus dins un marrit estable,
Un enfant jòli, pichot, mignoun :
L'enfant Jèsu, tant bèu, tant amirable,
Lou troubarés eici dins Avignoun.

COUBLET N°2 :
Pèire l'amo bèn de talo sorto
Que lou vòu louja dins soun oustau :
Tant pèr ubri que pèr sarra la porto,
Lou benurous se countènto di clau.

COUBLET N°3 :
Se vèi-ti dins tóuti lis istòri
Un pu grand e pu puissant Segnour ?
Despièi qu'éu a manifesta sa glòri,
Grand e petit li van faire la court.

COUBLET N°4 :
Pèr li faire uno fort bello plaço,
I'avèn mes la mita di presoun,
Pèr counteni lou pople que s'amasso,
Tóuti li fèsto, davans sa meisoun.

COUBLET N°5 :
Mai de tout n'en fau douna la glòri
E l'ounour à Moussu Loumelin ;
Fau qu'Avignoun celèbre sa memòri,
Jusques à tant que lou mounde ague fin.

COUPLET N°1 :
Ne cherchez plus dans une étable délabrée,
Un enfant joli, petit, mignon :
L’enfant Jésus, si beau, si admirable,
Vous le trouverez ici dans Avignon.

COUPLET N°2 :
Pierre l’aime bien de telle sorte
Qu’il veut le loger dans sa maison :
Tant pour ouvrir que pour fermer la porte,
Le bienheureux se contente des clefs.

COUPLET N°3 :
Peut-on voir dans toutes les histoires
Un plus grand et plus puissant Seigneur ?
Depuis qu’il a manifesté sa gloire,
Grands et petits vont y faire la cour.

COUPLET N°4 :
Pour leur faire une fort belle place,
Nous y avons mis la moitié des prisons,
Pour contenir le peuple qui s'amasse,
À toutes les fêtes, devant sa maison.

COUPLET N°5 :
En plus de tout, il faut en donner la gloire
Et l'honneur à Monsieur LOUMELIN ;
Il faut qu'Avignon célèbre sa mémoire,
Jusqu'à ce que le monde prenne fin.


[Remonter]

* Chut ! Teisas-vous / Chut ! Taisez-vous :

- Présentation de cette chanson : Jeu d'écho.
Classification conventionnelle : noël n°14 ou 2.

- Paroles : Écrites par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées en 1669 sur son premier fascicule.
NB : Il existe une adaptation en français pour le roi.

- Musique : Sur l'air "de l'Ecò".

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

Adaptation en français :

COUBLET N°1 :
Chu taisa vous mes aui qu'aus' vno voas,
(Echo : Mes aui qu'aus' vno voas,)
Es l'Еcho la babillardo,
Que resonno den lou boas
(Que resonno den lou boas)
Tararo pon pon,
Tararo pon pon,

Compaignons prenez ben gardo
Que n'arribe ren à nostei mouton,
(Que n'arribe ren à nostei mouton).

COUBLET N°2 :
Qu'es tout eisso, es beleou d'infantarie,
(simile echo...)
Crese pas, car lei trompeto
Son de la caualarie.
Tararo pon pon (...)
De soudars la costo ei neto,
La pas ei per tous caires & canton.

COUBLET N°3 :
Es ben reson qu'vn chacun parl'à son tour,
(simile...)
Es quauque courrie que passo,
Que vai, ou ven de la Cour.
Tararo pon pon (...)
Es lou gran Venur que casso,
Que donno dou cor, lou couneisse pron.

COUBLET N°4 :
Lia quauquaren que n'auen pas deuina,
(simile...)
Vese dou cousta dou polo
Tout lou Ciel enlumina.
Tararo pon pon (...)
Vesez vous aquo que vollo,
Semblo tout a fet vn pouli garçon.

COUBLET N°5 :
Paurei bergies vautre sia ben estonna,
(simile...)
Auto prenez bon courage,
Car lou fis de Diou es na,
Tararo pon pon (...)
Ven vous tira d'esclavage,
Et donna son san per vosto rançon.

COUBLET N°1 :
Chut ! Teisas-vous : m'es avis qu'ause uno voues,
(Ecò : M'es avis qu'ause uno voues :)
Es l'Еcò la babihardo
Que resono dins lou boues,
(Que resono dins lou boues).
Tararo poun poun !
Tararo poun poun !
Tararo poun poun !
Tararo poun poun !

Coumpagnoun, prenès bèn gardo ;
Que n'arribe rèn à nòsti móutoun,
(Que n'arribe rèn à nòsti móutoun).

COUBLET N°2 :
Qu'es tout eiçot ? Es belèu d'enfantarié
(simile ecò...)
Crese pas, car li troumpeto
Soun de la cavalarié.
Tararo poun poun (...)
De soudard la costo èi neto,
La pas èi pèr toui caires e cantoun.

COUBLET N°3 :
Es bèn resoun qu'un chascun parle à soun tour ; (simile...)
Es quauque courrié que passo,
Que vai, o vèn de la court.
Tararo poun poun (...)
Es lou grand Venour que casso,
Que douno dóu cor, lou counèisse proun.

COUBLET N°4 :
I'a quaucarèn que n'avèn pas devina :
(simile...)
Vese dóu coustat dóu polo,
Tout lou cèu enlumina.
Tararo poun poun (...)
Vesès-vous acò que volo ?
Sèmblo tout-à-fèt un poulit garçoun.

COUBLET N°5 :
Pàuri bergié, vàutre sias bèn estouna !
(simile...)
Auto ! Prenès bon courage,
Car lou Fiéu de Diéu es na.
Tararo poun poun (...)
Vèn vous tira d'esclavage,
E douna soun sang pèr vosto rançoun.

COUPLET N°1 :
Chut ! Taisez-vous ! Il me semble que j'entends une voix...
(Écho : Il me semble que j'entends une voix :)
C'est l'écho l'habillarde,
Qui résonne dans le bois,
(Qui résonne dans le bois).
Tralalère pon pon ! (x4)
Compagnons, prenez bien garde
Qu'il n'arrive rien à nos moutons
(Qu'il n'arrive rien à nos moutons).

COUPLET N°2 :
Qu'est-ce que tout ceci ? C'est peut-être l'infanterie.
(simile écho...)
Je ne crois pas car les trompettes
Sont de la cavalerie.
Tralalère pon pon ! (...)
De soldats, la colline est vide,
La paix règne dans tous les coins et recoins.

COUPLET N°3 :
Il est tout-à-fait juste que chacun parle à son tour ;
(simile...)
C'est quelque courrier qui passe,
Qui va à la Cour ou qui en vient ;
Tralalère pon pon ! (...)
C'est le grand veneur qui chasse,
Qui donne du cor, je le reconnais bien.

COUPLET N°4 :
Il y a quelque chose dont nous n'avons pas compris le sens,
(simile...)
Je vois du côté du pôle
Tout le ciel illuminé.
Tralalère pon pon ! (...)
Voyez-vous cela qui vole ?
On dirait tout-à-fait un joli garçon.

COUPLET N°5 :
Pauvres bergers, vous êtes bien étonnés !
(simile...)
Allons ! Prenez bon courage
Car le fils de Dieu est né.
Tralalère pon pon ! (...)
Il vient vous tirer de l'esclavage,
Et donner son sang pour votre rançon.

COUPLET N°1 :
Chut ! Taisez-vous ! Mes amis, j'entends des voix...
(Écho : Mes amis, j'entends des voix :)
C'est l'écho du patriarche,
Qui résonne au fond des bois,
(Qui résonne au fond des bois).
Tarare pon pon ! (x4)
Pastoureaux, prenez bien garde
Sur nos agnelets jusqu'au jour des
(Sur nos agnelets jusqu'au jour des ...).

COUPLET N°2 :
Chut ! Compagnons, allons voir d'où vient ce bruit.
(simile écho...)
Est-ce qui passe
C'est bien temps qu'il est minuit.
Tarare pon pon ! (...)
N'est-ce pas .

COUPLET N°3 :
Savez-vous qui vous aimez ?
(simile...)
Le sauveur a une crèche,
Mais il est abandonné ;
Tarare pon pon ! (...)
Sur un lit de paille fraîche,
Allez adorer le bon roi François.

Discographie / Enregistrements :
- CD "Les plus beaux Noëls" par Les Petits Chanteurs à la Croix de Bois (Ed. 2017 ?)
- CD "L'Art du galoubet-tambourin provençal" par Les Tambourins de Provence et André GABRIEL (Ed. Arion, 2001)


[Remonter]

* De bon matin pèr la campagno / De bon matin par la campagne :

- Présentation de cette chanson : Vocabulaire riche sur les oiseaux. Ce noël a été attribué à N.SABOLY sans que l'on en soit vraiment sûr. Il est également souvent appelé "Nouvè dis aucèu / Noël des oiseaux).
Classification conventionnelle : noël n°73.

- Paroles : Attribuées à Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675) mais sûrement pas de lui, plus récentes.

- Musique : Sur l'air original "De bon matin pèr la campagno".

Version originelle :

Traduction en français :

COUBLET N°1 :
De bon matin pèr la campagno,
Ai vist veni de la mountagno
Tres bon cassaire de fielat,
Ai couregu pèr li parla :
M'an di qu'avien fa bono casso
Sènso boulega de sei plaço,
Que n'anavon faire un presènt
Au Diéu qu'es na dins Betelèn.

COUBLET N°2 :
D'entèndre aquélei gènt tant sage,
Ai vougu faire aquéu vouiage ;
Quand sian esta dins un amèu,
Jamai n'ai rèn vist de tant bèu :
Un enfant poulit coume un ange,
Èro muda dedins de lange ;
Dins un estable plen de trau,
Èro permèi dous animau,

COUBLET N°3 :
D'abord qu'avèn vist l'acouchado ...

COUBLET N°4 :
Voulastrejavon dins l'estable ...

COUBLET N°5 :
Ausias pièi canta l'iroundello ...

COUBLET N°6 :
Que dirias-vous de la machoto ...

COUBLET N°7 :
Veguerias veni la rousseto ...

COUBLET N°8 :
Pèr ço qu'es de la cardelino ...

COUBLET N°9 :
A-n-un cantoun vesias la sero ...

COUBLET N°10 :
Tout à l'entour de la muraio ...

COUBLET N°11 :
Lou coutelou emé la trido ...

COUBLET N°12 :
Jamai s'es vist causo tant bello ...

COUBLET N°13 :
I'avié 'n gourbèu dessus la porto ...

COUBLET N°14 :
Dins aquéu liò fasié bon èstre,
Semblavo un paradis terrèstre !
Vesias lou Diéu de majesta
Dins uno grando umelita,
Preguerian pièi sa bono maire
D'avé siuen dei pàuri cassaire,
E prega soun très cher fils,
De nous douna lou paradis.

COUPLET N°1 :
De bon matin par la campagne,
J'ai vu venir de la montagne
Trois bons chasseurs de
J'ai couru pour leur parler :
Ils m'ont dit qu'ils avaient fait bonne chasse
Sans bouger de leur place,
Qu'ils allaient faire un cadeau
Au Dieu qui est né dans Bethléem.

COUPLET N°2 :
D'entendre ces gens si sages,
J'ai voulu faire ce voyage ;
Quand
Jamais je n'ai rien vu d'aussi beau :
Un enfant joli comme un ange,
Était
Dans une étable pleine de trous,
Il était ...

COUPLET N°3 :
D'abord qu'avèn vist l'acouchado ...

COUPLET N°4 :
Ils volaient dans l'étable ...

COUPLET N°5 :
Écoutez ensuite chanter l'hirondelle ...

COUPLET N°6 :
Que diriez-vous du hibou ...

COUPLET N°7 :
Vous verriez venir la roussette ...

COUPLET N°8 :
Pour ce qui est du chardonneret ...

COUPLET N°9 :
À un canton, vous voyiez la ...

COUPLET N°10 :
Tout autour du mur ...

COUPLET N°11 :
Le ...

COUPLET N°12 :
Jamais on a vu une chose si belle ...

COUPLET N°13 :
Il y avait un ...

COUPLET N°14 :
Dans ce lieu, il faisait bon d'y être,
Cela ressemblait à un paradis terrestre !
Vous voyiez le Dieu de majesté
Dans une grande humilité,
Nous prions puis sa bonne mère
D'avoir des pauvres chasseurs,
Et prier son très cher fils,
De nous donner le paradis.

Discographie / Enregistrements :
- CD "Noëls provençaux" par Les Voix Solistes de La maîtrise Gabriel FAURÉ de Marseille, direction Mme FARRE-FIZIO (Ed. Musidisc, 1970)


[Remonter]

* Despièi lou tèms que lou soulèu se lèvo / Depuis le temps que le soleil se lève :

- Présentation de cette chanson : Noël.
Classification conventionnelle : noël n°38 ou 29.

- Paroles : Écrites par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées dans son fascicule de 1671.

- Musique : Sur l'air "De l'Opéra".
Tonalité conseillée : La Majeur.

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

COUBLET N°1 :
Despiei lou ten
Que lou Souleou se leuo,
La mor tousiour ten
Sous son poudé toutei lei gen
Per aqueou co de den
D'Adam, & d'Euè :
Mai l'enfan Iesus lou Rei de glori,
Per monstra per tout que mâquo pas de cor
Se ba gaillardamen contro la mor,
Et coume lou plus for
A la vitori.

COUBLET N°2 :
Per les Infèr,
Lia de paurei nouuelo,
Lou trafy se per,
Desia Satan, & Lucifer
An prés lou bounet ver,
Fan quinquinelo :
Puisqu'aquelei dous sarron boutiquo,
Qu'auiê mai de fôds, & qu'eron lei plus fin
Veiren leou tous les aurrei diablotin,
Et lei picho Lutin,
Senso pratiquo.

COUBLET N°3 :
Noste liçon
Es, qu'vn chascun se fonde
An aqueou garçon,
Qu'a trouua la bello façon
De paga la rançon,
De tout lou Monde :
Plan pas ren sei soin ny mai sa peno,
Per paga la somm'a beou denié contan,
Car aqueou bel enfan nous amo tan,
Que douno tout lou san,
Qu'a den sei veno.

COUBLET N°1 :
Despièi lou tèms
Que lou soulèu se lèvo,
La mort toujour tèn
Sout soun poudé tóuti li gènt ;
Pèr aquéu cop de dènt
D'Adam e d'Èvo ;
Mai l'enfant Jèsu, lou Rèi de glòri,
Pèr moustra pèrtout que manco pas de cor,
Se bat gaiardamen contro la mort,
E coume lou plus fort,
A la vitòri.

COUBLET N°2 :
Pèr lis infèr
I'a de pàuri nouvello :
Lou tràfi se perd,
Deja Satan e Lucifèr
An pres lou bounet verd,
Fan quinquinello !
Pièisqu'aquéli dous sarron boutico,
Qu'avien mai de founs e qu'èron li plus fin,
Veiren lèu toui lis àutri diabloutin
E li pichot lutin
Sènso pratico.

COUBLET N°3 :
Nosto leiçoun
Es qu'un chascun se founde
En aquéu garçoun,
Qu'a trouba la bello façoun
De paga la rançoun
De tout lou mounde.
Plan pas rèn si suen ni mai sa peno
Pèr paga la soumo à bèu denié coumtant,
Car aquéu bèl enfant nous amo tan
Que douno tout lou sang
Qu'a dins si veno.

COUPLET N°1 :
Depuis le temps
Que le soleil se lève,
La mort toujours tient
Sous son pouvoir tous les gens ;
Pour ce coup de dents
D'Adam et d'Ève ;
Mais l'enfant Jésus, le roi de gloire,
Pour montrer partout qu'il ne manque pas de coeur,
Se bat gaillardement contre la mort,
Et comme le plus fort,
Il a la victoire.

COUPLET N°2 :
Par les enfers,
Circulent de pauvres nouvelles :
Le trafic se perd.
Déjà Satan et Lucifer
Ont pris le bonnet vert,
ils font banqueroute.
Puisque ces deux-là ferment boutique,
Eux qui avaient le plus gros fonds et qui étaient les plus rusés,
Nous verrons vite tous les autres diablotins
Et les petits lutins
Sans clientèle.

COUPLET N°3 :
Notre leçon
Estque tout un chacun se fonde
En ce garçon,
Qui a trouvé la belle façon
De payer la rançon
De tout le monde.
Il n'économise ni ses soins ni sa peine
Pour payer la somme à beaux deniers comptants,
Car ce bel enfant nous aime tant
Qu'il donne tout le sang
Qu'il a dans ses veines.


[Remonter]

* Diéu vous garde, noste mèstre / Dieu vous garde :

- Présentation de cette chanson : Dialogue entre un maître et son berger.
Classification conventionnelle : noël n°16 ou 4.

- Paroles : Écrites par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées en 1669 sur son premier fascicule.

- Musique : Sur l'air "Ce n'est qu'un badinage".

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

COUBLET N°1 :
PASTRE : Diou vous gard noste mestre,
Cerquas vn autre bergie,
Ioü lou volle plus estre,
Vous demande mon congie :
MESTRE : Tu te sies ben leou gasta,
La ioinesso
Mau appresso,
Demando ren que la liberta.

COUBLET N°2 :
PASTRE : Ves'eissi l'inuentari
De tout ce qu'es ou troupeou,
Se conten l'ou bestiari,
Manquara pas vno peou.
MESTRE : Lou bon iour que m'as donna
Tarauello
Ma ceruello,
Digo me don vonte voas ana :

COUBLET N°3 :
PASTRE : Ioü m'en vou fair'vn viage
Ou pais de Bethleen,
Douna m'vn pou mei gage,
Ai beson de mon argen.
MESTRE : Aqui passon quand s'en van,
D'ourdinari
Lou salari,
Se pago pas qu'a la fin de l'an.

COUBLET N°4 :
PASTRE : Mestre cresez vn sage
Venez vous en eme ioü,
Vous oures l'auantage
D'adoura lou fis de Diou,
MESTRE : Me voudries pron debita
Quauquo bourlo,
Marri chourlo
N'es pas a ioü que n'en fou conta.

COUBLET N°5 :
PASTRE : Es fort ben veritable,
Que lou pichot Innocen
Es na dens vn estable
Qu'es aupre de Bethleen.
MESTRE : Que lou fis de Diou sie na
Per lou creire
Lou fou veire
Ioü poade pas me l'imagina.

COUBLET N°6 :
PASTRE : Veissi mei camarado,
Que me venon auerti,
Que la luno es levado,
Que toutaro fou parti.
MESTRE : Anaren don tous ensen :
La compaigno
En campaigno
Vonte qu'anen fai tousiours gran ben.

COUBLET N°1 :
LOU PASTRE : Diéu vous garde, noste mèstre,
Cercas un autre bergié ;
Iéu lou vole plus èstre,
Vous demande moun coungié.
LOU MÈSTRE : Tu te sies bèn lèu gasta :
La jouinesso
Mau apresso
Demando rèn que la liberta.

COUBLET N°2 :
LOU PASTRE : Ves'eici l'enventàri
De tout ço qu'es au troupèu ;
Se coumtan lou bestiàri,
Mancara pas uno pèu.
LOU MÈSTRE : Lou bonjour que m'as douna
Taravello
Ma cervello :
Digo-me dounc mounte vos ana.

COUBLET N°3 :
LOU PASTRE : Iéu m'en vau faire un viage
Au pais de Betelèn,
Dounas-m'un pau mi gage,
Ai besoun de moun argènt.
LOU MÈSTRE : Aqui passon quand s'envan !
D'ourdinàri
Lou salàri
Se pago pas qu'à la fin de l'an.

COUBLET N°4 :
LOU PASTRE : Mèstre, cresès un sage,
Venès-vous-en emé iéu,
Vous aurés l'avantage
D'adoura lou fiéu de Diéu.
LOU MÈSTRE : Me voudriés proun debita
Quauco bourlo,
Marrit chourlo !
N'es pas à iéu que n'en fau counta.

COUBLET N°5 :
LOU PASTRE : Es fort bèn veritable,
Que lou pichot innoucènt
Es na dins un estable
Qu'es auprès de Betelèn.
LOU MÈSTRE : Que lou fiéu de Diéu sié na ?
Pèr lou crèire,
Lou fau vèire ;
Iéu pode pas me l'imagina.

COUBLET N°6 :
LOU PASTRE : Veici mi camarado
Que me vènon averti
Que la luno es levado,
Que tout-aro fau parti.
LOU MÈSTRE : Anaren dounc touis ensèn :
La coumpagno,
En campagno,
Vounte qu'anen, fai toujour grand bèn.

COUPLET N°1 :
LE BERGER : Dieu vous garde, notre maître,
Cherchez un autre berger ;
Moi je ne veux plus l'être,
Je vous demande mon congé.
LE MAÎTRE : Toi, tu t'es bien vite gâté ;
La jeunesse
Mal éduquée,
Ne demande rien que la liberté.

COUPLET N°2 :
LE BERGER : Voici l'inventaire
De tout ce qui appartient au troupeau ;
Si nous comptons le bétail,
Il ne manquera pas une peau.
LE MAÎTRE : Le bonjour que tu m'as donné
Tourmente
Mon cerveau ;
Dis-moi donc où tu veux aller.

COUPLET N°3 :
LE BERGER : Moi, je m'en vais faire un voyage
Au pays de Bethléem.
Donnez-moi un peu mes gages,
J'ai besoin de mon argent.
LE MAÎTRE : Ici ils viennent quand ils partent.
D'ordinaire,
Le salaire
N'est payé qu'à la fin de l'année.

COUPLET N°4 :
LE BERGER : Maître, croyez-en un sage,
Venez-vous-en avec moi ;
Vous aurez l'avantage
D'adorer le fils de Dieu.
LE MAÎTRE : Tu voudrais bien me débiter
Quelque sornette,
Mauvais valet,
Ce n'est pas à moi qu'il faut en conter.

COUPLET N°5 :
LE BERGER : C'est fort bien véritable,
Que le petit innocent
Est né dans une étable
Qui est près de Bethléem.
LE MAÎTRE : Que le fils de Dieu soit né ?
Pour le croire,
Il faut le voir ;
Moi, je ne peux pas me l'imaginer.

COUPLET N°6 :
LE BERGER : Voici mes camarades
Qui viennent m'avertir
Que la lune est levée
Que tout à l'heure, il faut partir.
LE MAÎTRE : Nous irons donc tous ensemble :
La compagnie,
En campagne,
Où que nous allions, fait toujours grand bien.


[Remonter]

* Dóu tèms de l'empèri rouman / Au temps de l'empire romain :

- Présentation de cette chanson : Chanson originale car elle raconte l'histoire de l'empereur romain César Auguste, en citant des instruments de musique.
Classification conventionnelle : noël n°25 ou 15.

- Paroles : Écrites par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées sur son fascicule de 1670.

- Musique : Sur l'air "Berger, va-t-en à tes moutons".

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

COUBLET N°1 :
Dou ten de l'Emperi Roman,
Lia mai de mill'& siei cens an,
Lorsque tenie l'Affriquo,
Que l'Vrop' ero sous sa man,
L'Asi' & l'Ameriquo.

COUBLET N°2 :
Caesar Augusto l'Amperour
Diguet ei Prince de sa Cour,
Qu'vn chacun me seconde,
Fou qu'you sache den quauquei iour
Quand lia de gen ou monde.

COUBLET N°3 :
Millo courrie, millo pieton,
S'en van per caires & canton,
Fan per tout faire crido,
Qu'vn chacun dounara son nom
Su peno de la vido.

COUBLET N°4 :
Liauie den toutei lei cita,
De commissari deputa,
Per prendre les houmage,
Lei nom surnoms, & qualita,
Dei gen dou vesinage.

COUBLET N°5 :
La trompeto de Nazaré,
Metet leis habitan su pé,
Tout lou monde s'empresso,
D'ana vite dire son fé
Per éuita la presso.

COUBLET N°6 :
Mario diguet à Iousé,
Chacun s'en vai, vous lou vesé,
Ai ousi la trompeto,
Parten deman si me cresé,
E menen la soumeto.

COUBLET N°7 :
Lou lendeman toi dous ensen
Executeron son dessen ;
Liauie tro gran journado,
Quan fugueron à Bethleen
Fuguet gran nüé sarrado.

COUBLET N°1 :
Dóu tèms de l'empèri rouman,
I'a mai de milo-e-sièis-cènts an,
Lorsque tenié l'Africo,
Que l'Uropo èro sout sa man,
L'Asìo e l'Americo ;

COUBLET N°2 :
Cesar Augusto, l'emperour,
Diguè(t) i prince de sa court :
"Qu'un chascun me secounde !
Fau qu'iéu sache dins quàuqui jour
Quant i'a de gènt au mounde."

COUBLET N°3 :
Milo courrié, milo pietoun (pedoun)
S'en van pèr caire(s) e cantoun ;
Fan pertout faire crido
Qu'un chascun dounara soun noum,
Sus peno de la vido.

COUBLET N°4 :
I'avié, dins tóuti li ciéuta,
De coumissàri deputa
Pèr prendre lis óumage,
Li noum, surnoum e qualita
Di gènt dóu vesinage.

COUBLET N°5 :
La troumpeto de Nazarèt
Metè lis abitant sus pèd :
Tout lou mounde s'empresso
D'ana vite dire soun fèt
Pèr evita la prèsso.

COUBLET N°6 :
Marìo diguè(t) à Jóusè :
"Chascun s'envai, vous lou vesè ;
Ai ausi la troumpeto :
Parten deman, si me cresè,
E menen la saumeto."

COUBLET N°7 :
Lou lendeman, toui dous ensèn
Eisecutèron soun dessen ;
I'avié trop grand journado :
Quand fuguèron à Betelèn,
Fuguè grand niue sarrado.

COUPLET N°1 :
Au temps de l'empire romain,
Il y a plus de mille six cents ans,
Lorsqu'il tenait l'Afrique,
Que l'Europe était sous sa main,
L'Asie et l'Amérique ;

COUPLET N°2 :
César Auguste, l'empereur,
Dit aux princes de sa cour :
"Que chacun me seconde !
Il faut que moi, je sache dans quelques jours
Combien il y a de gens au monde."

COUPLET N°3 :
Mille courriers, mille passagers (piétons)
S'en vont par coins et cantons ;
Ils font partout crier fort
Que chacun donnera son nom
Sous peine de perdre la vie .

COUPLET N°4 :
Il y avait, dans toutes les cités,
Des commissaires députés
Pour prendre les hommages,
Les noms, surnoms et qualités
Des gens du voisinage.

COUPLET N°5 :
La trompette de Nazareth
Mit les habitants sur pied :
Tout le monde s'empresse
D'aller vite faire son devoir
Pour éviter la bousculade.

COUPLET N°6 :
Marie dit à Joseph :
"Chacun s'en va, vous le voyez ;
J'ai entendu la trompette :
Partons demain, si vous me croyez,
Et menons la petite ânesse."

COUPLET N°7 :
Le lendemain, tous deux ensemble
Exécutèrent leur dessein ;
Il y avait trop grande journée :
Quand ils furent à Bethléem,
La nuit fut complètement tombée.


[Remonter]

* En sourtènt de l'estable / En sortant de l'étable :

- Présentation de cette chanson : Noël joyeux, en mode majeur.
Classification conventionnelle : noël n°63.

- Paroles : Attribuées à Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675).

- Musique : Sur l'air "".

Version originelle :

Traduction en français :

COUBLET N°1 :
En sourtènt de l'estable
Vounte Diéu es na,
Ai rescountra lou diable,
L'ai arresouna :
M'a di qu'èro amoulaire,
Lou laire ! Lou laire !
Que savié bèn faire
Lou gagno-petit.

REFRIN :
E zi, zi, zi, zi !

COUBLET N°2 :
Qu vòu ana 'la guerro ...

AU REFRIN

COUBLET N°3 :
Ça ! ça ! coupur de bourso ...

AU REFRIN

COUBLET N°4 :
De matin, davans l'aubo ...

AU REFRIN

COUBLET N°5 :
Lou bon Jóusè se pico
D'aquel infernau,
Ague leva boutico
Davans soun oustau,
Éu sauto la rigolo,
E volo e volo,
Fai roula lei molo
Dóu gagno-petit.

AU REFRIN

COUPLET N°1 :
En sortant de l'étable
Où Dieu est né,
J'ai recontré le diable,
Je l'ai
Il m'a dit qu'il était rémouleur,
Le
Qu'il savait bien faire
L ...

REFRAIN :
Et zi, zi, zi, zi !

COUPLET N°2 :
Qu'il veut aller à la guerre ....

AU REFRAIN

COUPLET N°3 :
.

AU REFRAIN

COUPLET N°4 :
De bon matin, avant l'aube ...

AU REFRAIN

COUPLET N°5 :
Le bon Joseph
De ce
A
Devant sa maison,
Lui, il saute la rigole
Et vole et vole,
Il fait rouler les meules
Du ...

AU REFRAIN

Discographie / Enregistrements :
- CD "Colinda : Noëls de Provence" par Strada (Ed. Analekta, 2011)


[Remonter]

* Frustèu, esfato ti roupiho / Imbécile, jette tes guenilles :

- Présentation de cette chanson : Dialogue entre un juif et un chrétien. Ce dernier essaie de le convertir, que grâce à Dieu, il ne sera plus jamais dans la misère.
Classification conventionnelle : noël n°75.

- Paroles : Attribuées à Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675) mais sans doute pas de lui.

- Musique : Sur l'air "De bon matin pèr la campagno".

Version originelle :

Traduction en français :

COUBLET N°1 : Lou crestian
Frustèu, esfato tei roupiho,
Jito au fiò tei vièigueniho,
Restes pu dessus toun fumié,
Es tèms de sourti dóu bourbié :
Recounèis lou Fiéu de Marìo,
Pèr lou vrai Diéu, lou vrai Messìo ;
Vai l'adoura dessus lou fèn,
Tout toun bonur d'aquéu depènd.

COUBLET N°2 : Lou jusiòu
Allons, allez troublo-coumuno,
Va-t-en ailleurs chercher fourtuno,
Laisso lei jusiòu coume soun ;
Que malauvàri tei cansoun !
Quand Diéu vendra dessus la terro,
Veiren d'uiau e de tounerro,
N'avèn ges ausi de tau brut,
N'es dounc pas encaro vengu.

COUBLET N°3 : Lou crestian
Ai ! Ai ! counfoundes l'escrituro,
Cervèu rout e tèsto trop duro,
Fas bèn vèire que saves rèn,
E que sies un grand ignourènt.
Apren lou sèns d'aquéu passage,
Te lou vau dire en moun lengage :
Aqui parlon fort claramen
De soun segound avenamen.

COUBLET N°4 : Lou jusiòu
Pèr vésteis èr fès en musico,
M'avès fè veni la coulico ;
Achou, Moussu, de-que voulè ?
Fau plus eicito tant parlè ;
Savons que dans les proufetìo,
Nous es proumés lou Messìo
Dèu fini la captivité,
E pertout sian fort mautraté.

COUBLET N°5 : Lou crestian
Eici toutaro te counfounde
À la fàci de tout lou mounde,
Cor charnel, cor encircounci,
Cor encaro trop endurci !
Quau pòu nega que sa vengudo
A mes au cro la servitudo ?
Sian-ti pas foro dóu pecat ?
Aqui, que podes replica ?

COUBLET N°6 : Lou jusiòu
Iéu vese bèn que fau se rèndre,
E que pode pu me defèndre,
Laisse pèr toujour moun tanlè ;
M'avès trop bèn persuadè.
Aro creirai qu'es lou Messìo,
L'adourarai touto ma vìo ;
Vole me soumetre à sa lèi :
Es moun Diéu, moun paire, moun rèi !

COUBLET N°7 : Lou crestian
Frustèu, lou veiras dins l'estable,
Aquéu Diéu grand e redoutable :
Es nascu près de Betelèn,
Vai li dounc, proufito dóu tèms ;
N'auras pu pòu de sa coulèro,
Sauras pu ço qu'es la misero ;
Jouïras d'un amable sort ;
Saras pu l'enfant de la mort.

COUBLET N°8 : Lou jusiòu
Toutaro vau li rèndre óumache ;
Me fau Gouin, quinte avantache !
Aro viéurai dei brave gènt ;
Plus de quenin sus ma carcasso,
Sus meis àbi plus ges de crasso !
Dédans, déhors, sarai tout nòu !
N'aurai plus caro de jusiòu !

COUPLET N°1 : Le chrétien
Imbécile,
Jette au feu tes vieilles guenilles,
Ne reste plus dessus ton fumier,
Il est temps de sortir du bourbier ;
Reconnais le fils de Marie,
Comme le vrai Dieu, le véritable Messie ;
Va l'adorer sur le foin,
Tout ton bonheur dépend de cela.

COUPLET N°2 : Le juif
Allons, allez, trouble-fête,
Va-t-en ailleurs chercher fortune,
Laisse les juifs comme ils sont ;
Q
Quand Dieu viendra sur la Terre,
Nous verrons des éclairs et du tonnerre.
Nous n'avons pas entendu de tel bruit,
Il n'est donc pas encore venu.

COUPLET N°3 : Le chrétien
Aïe ! Vous confondez l'écriture,
Cerveau et tête trop dure,
Tu fais bien voir que tu ne sais rien,
Et que tu es un grand ignorent.
Apprends le sens de ce passage,
Je vais te le dire dans mon langage :
Ici parlent fort clairement
De sa seconde venue.

COUPLET N°4 : Le juif
Pour votre air fait en musique,
Tu m'avais fait venir la colique ;
A, monsieur, que voulez-vous ?
Il ne faut plus
Nous savons que dans les prophéties,
Il nous est promis le messie
Il doit finir la captivité
Et partout, nous sommes fort maltraités.

COUPLET N°5 : Le chrétien
Ici tout à l'heure, je te confonds
Au visage de tout le monde,
Corps charnel, corps circoncis,
Corps encore trop endurci !
Qui peut noyer que sa venue
A mis
Ne sommes-nous pas en dehors du péché ?
Ici, que peux-tu répliquer ?

COUPLET N°6 : Le juif
Moi je vois bien qu'il faut se rendre
Et que je nepeux plus me défendre,
Je laisse pour toujours mon
Vous m'avez trop bien persuadé.
Maintenant, je croirai que c'est le messie,
Je l'adorerai toute ma vie ;
Je veux me soumettre à sa loi :
Il est mon Dieu, mon père, mon roi !

COUPLET N°7 : Le chrétien
Imbécile, vous le verrez dans l'étable,
Ce dieu grand et redoutable :
Il est né près de Bethléem,
Vas-y donc, profite du temps ;
Vous n'aurez plus peur de sa colère,
Vous saurez plus ce qu'est la misère ;
Vous jouirez d'un aimable sort ;
Vous ne serez plus l'enfant de la mort.

COUPLET N°8 : Le juif
Tout à l'heure, je vais lui rendre hommage ;
Il me faut
Maintenant je vivrai toujours content,
Plus de
Sur mes habits plus jamais de crasse !
Dedans, dehors, je serai tout neuf !
Je n'aurai plus chair de juif !


[Remonter]

* Hòu de l'oustau ! / Hors de la maison ! :

- Présentation de cette chanson : Dialogue entre saint Joseph et un hôtelier. Ce noël est très souvent utilisé dans les chants de pastorales.
Classification conventionnelle : noël n°26 ou 16.

- Paroles : Écrites par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées sur le fascicule de 1670.

- Musique : Sur l'air "".

Version originelle :

Version provençal en graphie mistralienne :

Traduction en français :

COUBLET N°1 :
SAN IOUSÉ : Hou de l'oustau ! mestre, mestresso,
Varlé, chambriero, saya res ?
Ai déja pica pron de fes,
Et ren non ven, quinto rudesso !
L'HOSTE : Me siou déja leva tres co,
S'eisso duro dormirai gaire,
Qui piqu'abas, qu'es tout aquo.
Quau sia, que voulé, que fou faire ?

COUBLET N°2 :
SAN IOUSÉ : Mon bon amy prené la peno,
De descendr'vn pou eissauau,
Voudria lougea den voast' houstau,
You soulamen, eme ma feno.
L'HOSTE : V'autre sia de troublo repau,
Sia d'aquestei batur d'estrado,
Que songea ren qu'à faire mau,
Adiousia, ma port'es sarrado.

COUBLET N°3 :
SAN IOUSÉ : Nazareth es nostro patriìo,
You siou pas tau que nous cresé,
Siou fustié m'appelle Iousé,
Ma femo s'appello Mario.
L'HOSTE : Saya pron gen voale plus res,
Diou vous doune millou fortuno,
Se me cresé demandarés
Vont'es lou lougis de la Luno.

COUBLET N°4 :
SAN IOUSÉ : Retira-nous que que nous coste,
Lougea-nous den lou galatas,
Vous pagaren noste repas,
Coumo s'erian à taulo d'hoste :
L'HOSTE : Voaste soupa sara mau cüé,
Crese que farés pauro chiero,
Car per segur, aquesto nüé,
Vous lougearés à la carriero.

COUBLET N°5 :
SAN IOUSÉ : Nous tratés pas d'aquello sorto,
Helas vesé lou ten que fai.
Ouuré-nous s'ista gaire mai,
Nous troubarés mor à la porto.
L'HOSTE : Voaste moüillé me fai piata,
Et me rend vn pau plus affable,
Vous lougearai per carita,
Dens vn picho marrit estable.

COUBLET N°1 :
SANT JÓUSÈ : Hòu de l'oustau ! Mèstre, mestresso,
Varlet, chambriero, çai i'a res ?
Ai deja pica proun de fes
E res noun vèn, qunto rudesso !
L'OSTE : Me siéu deja leva tres cop ;
S'eiço duro, dourmirai gaire.
Qu pico à-bas ? Qu'es tout acò ?
Quau sias ? Que voulès ? Que fau faire ?

COUBLET N°2 :
SANT JÓUSÈ : Moun bon ami, prenès la peno
De descèndre un pau eiçavau
Voudrias louja dins voste oustau ;
Iéu soulamen emé ma femo.
L'OSTE : Vautre sias de troublo-repau ;
Sias d'aquésti batur-d'estrado
Que sounjas rèn qu'à faire mau.
Adiéu-sias, ma porto es sarrado.

COUBLET N°3 :
SANT JÓUSÈ : Nazarèt es nosto patrìo ;
Iéu siéu (E sian) pas tau que nous cresè :
Siéu fustié, m'apelle Jóusè,
Ma femo s'apello Marìo.
L'OSTE : Çai li'a proun gènt, vole plus res ;
Diéu vous done meiour fortuno !
Se me cresès, demandarès
Ount'es lou lougis de la luno.

COUBLET N°4 :
SANT JÓUSÈ : Retiras-nous, que que nous coste !
Loujas-nous dins lou galatas ;
Vous pagaren noste repas,
Coumo s'erian en taulo d'oste.
L'OSTE : Voste soupa sara mau cue ;
Crese que farés pauro ch(i)ero ;
Car, pèr segur, aquesto niue,
Vous loujarés à la carriero.

COUBLET N°5 :
SANT JÓUSÈ : Nous tratés pas d'aquelo sorto :
Helas ! Vesès lou tèms que fai ;
Durbès-nous ! S'istas gaire mai,
Nous troubarés mort à la porto !
L'OSTE : Vosto moulié me fai pieta,
E me rènd un pau plus afable ;
Vous loujarai pèr carita
Dins un pichot marrit estable.

COUPLET N°1 :
SAINT JOSEPH : Holà ! La maisonnée ! Maître, maîtresse,
Valet, chambrière, y-a-t-il quelqu'un ici ?
J'ai déjà frappé bien des fois
Et rien ne vient, quelle rudesse !
L'HÔTELIER : Je me suis déjà lever trois fois ;
Si ceci dure, je ne dormirai guère.
Qui frappe en bas ? Qu'est-ce que tout ceci ?
Qui êtes-vous ? Que voulez-vous ? Que faut-il faire ?

COUPLET N°2 :
SAINT JOSEPH : Mon bon ami, prenez la peine
De descndre un peu ici-bas,
Vousdriez-vous loger dans votre hôtel
Seulement moi, ainsi que ma femme ?
L'HÔTELIER : Vous, vous êtes des trouble-repos,
Vous êtes de ces batteurs d'estrade
Qui songez uniquement à mal faire.
Adieu ! Ma porte est fermée.

COUPLET N°3 :
SAINT JOSEPH : Nazareth est notre patrie ;
Moi, je ne suis pas tel que vous croyez ;
Je suis charpentier, je m'appelle Joseph,
Ma femme s'appelle Marie.
L'HÔTELIER : Il y a assez de gens ici, je ne veux plus personne.
Dieu vous donne meilleure fortune.
Si vous me croyez, vous demanderez
Où est l'auberge de la lune. (à la belle étoile)

COUPLET N°4 :
SAINT JOSEPH : Abritez-nous, quoi que cela nous coûte !
Logez-nous dans le galetas ;
Nous vous paierons notre repas
Comme si nous étions à la table d'hôte.
L'HÔTELIER : Votre souper sera mal cuit,
Je crois que vous ferez pauvre chère
Car, pour sûr, cette nuit,
Vous logerez à la rue.

COUPLET N°5 :
SAINT JOSEPH : Ne nous traitez pas de la sorte !
Hélas ! Voyez le temps qu'il fait ;
Ouvrez-nous ! Si vous attendez davantage,
Vous nous trouverez morts à la porte.
L'HÔTELIER : Votre femme me fait pitié
Et me rend un peu plus affable ;
Je vous logerai par charité
Dans une petite étable misérable.


[Remonter]

* Iéu, ai moun fifre / Moi, j'ai mon fifre :

- Présentation de cette chanson : Noël.
Classification conventionnelle : noël n°69.

- Paroles : Attribuées à Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675).

- Musique : Sur l'air "".

Version originelle :

Traduction en français :

COUBLET N°1 :
Iéu ai moun fifre, pren toun tambourin,
Anen jouga l'aubado
À l'acouchado
Qu'a fa lou Dóufin.
Quand li saren, veici coume fau faire :

REFRIN :
Parapatapan ! Parapatapan lireto !
Parapatapan ! Pan !
Acò pòu pas manca de rejouï la maire !
Parapatapan ! Pan !
Acò pòu pas manca de rejouï l'enfant !

COUBLET N°2 :
Li fau d'abord faire lou pèd arrié
E n'en bèn prendre gardo
S'uno gaiardo
L'incoumoudarié ;
Que se noun dor, veici ço que fau faire :

AU REFRIN

COUBLET N°3 :
Li jougaren quauque bèl èr nouvèu :
Sabes tu la couranto,
Que chascun canto ?
Certo, l'èr es bèu ;
En la jougant, veici ço que fau faire :

AU REFRIN

COUBLET N°4 :
Pèr l'adiéu-sias jouguen lou gredelin
E tiren nòstei boto,
À la gavoto,
En fasènt camin,
En caminant, veici ço que faure faire :

AU REFRIN

COUPLET N°1 :
Moi, j'ai mon fifre, prends ton tambourin,
Nous allons jouer l'aubade
À la sainte famille
Qui a fait le Dauphin.
Quand nous y serons, voici comment il faut faire :

REFRAIN :
Tralala, tralalalère !
Cela ne peut pas manquer de réjouir la mère !
Tralala, tralalalère !
Cela ne peut pas manquer de réjouir l'enfant !

COUPLET N°2 :
Il leur faut d'abord faire le pied arrière
Et en prendre bonne garde
Si une gaillarde
L'incommoderait :
Car si il dort, voici ce qu'il faut faire :

AU REFRAIN

COUPLET N°3 :
Nous leur jouerons quelques beaux airs nouveaux :
Sais-tu la courante,
Que chacun chante ?
Certes, l'air est beau ;
En la jouant, voici ce qu'il faut faire :

AU REFRAIN

COUPLET N°4 :
Pour l'adieu
Et
À la gavotte,
En faisant chemin,
En marchant, voici ce qu'il faut faire : .

AU REFRAIN


[Remonter]

* Iéu, ai vist lou Piemount / Moi, j'ai vu le Piémont : Version n°1 Version n°2

- Paroles et Musique : Composées par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675) en 1660 en l'honneur de la venue du Roi Louis XIV en Avignon le 19 mars. Paroles éditées en 1699.
Tempo de marche : blanche=56.
NB : Il existe deux versions musicales : deux mélodies différentes harmonisées par N.SABOLY. Une en Majeur, l'autre en mineur.
Classification conventionnelle : noël n°1 ou 58.

- Présentation de cette chanson : En 1660, Louis XIV se rend à Marseille et Aix-en-Provence puis vient passer les fêtes de Pâques en Avignon (juste avant son mariage avec l'infante Marie-Thérèse le 9 juin et la décision d'agrandir le château de Versailles) ; c'est SABOLY qui est chargé de composer un noël pour sa venue. Dès le 05/11/1658, le conseil de ville avait délibéré de faire à ce monarque "une belle et magnifique entrée". Le Roi et la Reine assistèrent aux offices religieux dans plusieurs églises. Ainsi, le roi soleil Louis XIV arriva en Avignon le 19/03/1660. Lors de sa venue, le Roi visite la chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon, il est séduit par les oeuvres de DARET à Aix-en-Provence et de MIGNARD à Avignon. Pourtant en 1662, Louis XIV tente de s'emparer de la ville d'Avignon. Mais il doit la rendre en 1663 et signe la paix. Ce n'est qu'en 1791 lors de la Révolution Française qu'Avignon et tout le Comtat Venaissin seront finalement rattachés à la France.
Composée juste après la venue de Louis XIV et après son mariage (donc sûrement en juin 1660), cette chanson raconte ce que fit Louis XIV pendant son séjour en Avignon du 19 au 30 ? /03/1660 : il assista à la bénédiction des Rameaux, le jeudi saint suivant il lava les pieds à 13 pauvres hommes dans la grande salle du Palais pendant que la Reine lavait les pieds à 13 pauvres filles ; le 28 mars après avoir communié à la messe des Cordeliers, il toucha dans les cloîtres environ 800 malades et le lendemain il fit une démonstration d'équitation avec ses mousquetaires sur la place de l'Archevêché. (cf. l'anecdote du brigadier des chevau-légers de Sa Sainteté qui tomba avec son cheval dans une cave et ne put jamais en sortir...)

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

COUBLET N°1 :
Iov ay vis lou Piemon,
L'Italie & l'Arragon,
La Perse & la Turquie,
L'Arabie,
Et la Chine & lou Iapon.
Ioü ay vis l'Angleterro,
La Pologne, & lou Dannemar,
Et per Terro,
Et per Mar,
Senso hazar,
Siou ista en pron de par ;
Aprés tout, iou ay vis qu'auquarren
Mai trobe ren de beou coumo Bethleem.

COUBLET N°2 :
Quan noste Rey Louis
Venguet en aqués Païs,
Eou troubé noste Villo,
Plus gentillo,
Que gis n'aguesse vis ;
Assistet a l'Ouffice,
Fagué la Cene aprés Rampau,
L'Exercice,
Qu'auque pau ;
Fet gran gau,
Quan touqué tous lei malau :
Ben qu'aco fusse beou, nes pas ren,
Ouprés de ce qu'ai vist dedins Bethleem.

COUBLET N°3 :
Iou ai suivi la Cour,
Ben que sié pas mon humour,
Siou istat en Persouno,
A Bayouno,
Et l'y ay fach un lon sejour :
Iou ay vis l'Assemblado,
Lou Mariage d'ou Rey Loüis,
Son intrado
Din Paris ;
Mer'avis,
Quere din lou Paradis :
Ben qu'aco fusse beu, nes pas ren,
Ouprés de ce quai vis dedin Bethleem.

COUBLET N°4 :
Lou Monde fay gran cas,
Des Article de la Pas :
La France & l'Allemagno,
Et l'Espagno,
An bouta les Arme abas.
Per vioure de sei rendo,
Vn chacun mes les Armo ou croc,
Per Calendo,
Prés d'un fioc,
Din son lioc,
Chacun pauso Cachafioc.
Es verai qu'aco ven, din lou ten,
Qu'aqueou qu'a fa la Pas es din Bethleem.

COUBLET N°1 :
Iéu ai vist lou Piemount,
L'Italìo e l'Aragoun,
La Perso e la Turquìo,
L'Arabìo
E la Chino e lou Japoun.
Iéu ai vist l'Angloterro,
La Poulougno e lou Danemar ;
E pèr terro,
E pèr mar,
Sènso asard,
Siéu estat en proun de part ;
Après tout, iéu ai vist quaucarèn :
Mai trove rèn de bèu coume Betelèn.

COUBLET N°2 :
Quand noste Rèi Louïs
Venguèt en aquest païs,
Èu troubè nosto vilo
Plus gentilo
Que ges n'aguèsse vist :
Assistèt à l'Oufice
Faguè la Cèno après Rampau,
L'eisercice
Quauque pau ;
Fè grand gau
Quand touquè toui li malaut.
Bèn qu'acò fuèsse bèu, n'es pas rèn
Auprès de ço qu'ai vist dedins Betelèn.

COUBLET N°3 :
Iéu ai segui la Court,
Bèn que sie pas moun umour ;
Siéu estat en persouno
À Baiouno,
E i'ai fach un long sejour ;
Iéu ai vist l'assemblado,
Lou mariage dóu rèi Louïs,
Soun intrado
Dins Paris ;
M'èro avis
Qu'ère dins lou paradis
Bèn qu'acò fuèsse bèu, n'es pas rèn
Auprès de ço qu'ai vist dedins Betelèn.

COUBLET N°4 :
Lou mounde fai grand cas
Dis article de la pas ;
La Franço, l'Alemagno
E l'Espagno
An bouta lis armo à bas.
Pèr viéure de si rèndo,
Un chascun met lis armo au cro.
Pèr Calèndo,
Près dóu fiò,
Dins soun liò,
Chascun pauso cacho-fiò ;
Es verai qu'acò vèn dins lou tèms
Qu'aquéu qu'a fa la pas es dins Betelèn.

COUPLET N°1 :
Moi, j'ai vu le Piémont,
L'Italie et l'Aragon (région autonome au nord-est de l'Espagne),
La Perse et la Turquie,
L'Arabie
Et la Chine et le Japon.
Moi j'ai vu l'Angleterre,
La Pologne et le Danemark ;
Et sur terre,
Et par mer,
Sens hasard,
J'ai été assez de partout ;
Après tout cela, moi j'ai vu beaucoup de choses :
Mais je ne trouve rien de beau comme Bethléem.

COUPLET N°2 :
Quand notre bon Roi Louis (XIV)
Vint en ce pays,
Lui trouva notre ville
Plus gentille
Qu'il n'en avait jamais vu :
Il assista à l'Office,
Il fit la Cène après les Rameaux,
L'exercice
Quelque peu ;
Fit grande joie
Quand il toucha tous les malades.
Bien que cela fût beau, ce n'est rien
À côté de ce que j'ai vu dans Bethléem.

COUPLET N°3 :
Moi j'ai suivi la Cour,
Bien que cela ne fût pas mon humeur ;
J'ai été en personne
À Bayonne,
Et j'ai fait un long séjour ;
Moi j'ai vu l'assemblée,
Le mariage du Roi Louis,
Son entrée
Dans Paris ;
Il m'est apparu
Que j'étais au paradis
Bien que cela fût beau, ce n'est rien
À côté de ce que j'ai vu dans Bethléem.

COUPLET N°4 :
Le monde fait grand cas
Des articles de la paix ;
La France, l'Allemagne
Et l'Espagne
Ont mis les armes bas.
Pour vivre de ses revenus,
Chacun met les armes au fourreau.
Pour Noël,
Près du feu,
Dans son lieu (Chez soi),
Chacun met "cache-feu" (grosse bûche mise dans la cheminée après trois tours de table...) ;
C'est vrai que cela vient en même temps
Que celui qui a fait la paix est dans Bethléem.

Discographie / Enregistrements :
- Disque vinyle 33 tours puis CD "La maîtrise chante noël en Provence : divertissement pastoral, 12 noëls de Saboly" (Harmonisés par Henri TOMASI)
par la Maîtrise d'enfants de la RTF, un ensemble instrumental de Radio France et les tambourinaires de la Massetto Maïanenco,
dirigés par Jacques JOUINEAU (Ed. Deutsche Grammophon Gesellschaft, 1963 / Believe The Restoration Project, 2013)


[Remonter]

* Jèsu, vous sias tout floc e flamo / Jésus, vous êtes tout feu tout flamme :

- Présentation de cette chanson : .
Classification conventionnelle : noël n°44 ou 50.

- Paroles : Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), publiées sur le fascicule de 1673.

- Musique : Sur l'air "Siéu pas ama de ma mestresso".

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

COUBLET N°1 :
Iesus vous sia tout fioc & flamo
N'ia que d'amour d'en vosto cor,
Vous vené [per] souua nosto amo
De la mor,
Certos aqueou que non vous amo
A grand tor.

COUBLET N°2 :
Vous venez dens aques terraire,
Fauorisa lei malhurous,
Car qu'es aquo que poudian faire
Senso vous,
Tan qu'ourian agu voste paire
Contro nous.

COUBLET N°3 :
You vesiou ben senso luneto,
Que lou Ciel n'ero pas ouuer.
Que falie lougea per billeto
Den l'infer,
Enco d'aqueou tiro meleto
Lucifer,

COUBLET N°4 :
Lou desespoir m'ourie fa prendre,
Coumo fet lou traite Iudas,
Vost'amour vous a fa descendre,
D'haut en bas,
Et per you, sia vengu vous rendre,
Dens vn jas

COUBLET N°5 :
Vous sarie ben plus honorable,
Si lougeauia dens vn Palai,
Non pa lougea dens vn estable,
Pre d'vn ai,
Aquel eta si miserable,
Me desplai.

COUBLET N°6 :
Vous poudia lansa lou tonerro,
Per abima toutei lei gen,
Pesto, ny famino, ny guerro,
Vous son ren,
Mai que portes la pas en terro,
Sia conten.

COUBLET N°1 :
Jèsu, vous sias tout fioc e flamo
N'i'a que d'amour d'en voste cor,
Vous vené [pèr] sauva nosto amo
De la mort,
Certo aquéu que noun vous amo
A grand tor.

COUBLET N°2 :
Vous venes dins aquéu terraire,
Fauorisa lei malhurous,
Car qu'es aco que poudian faire
Senso vous,
Tant qu'ourian agu voste paire
Contro nous.

COUBLET N°3 :
You vesiéu bèn sènso luneto,
Que lou ciéu n'èro pas ouuer.
Que falié louja pèr billeto
Dins l'infer,
Enco d'aquéu tiro meleto
Lucifer.

COUBLET N°4 :
Lou desespoir m'aurié fa prendre,
Coumo fet lou traite Judas,
Vosto amour vous a fa descèndre,
D'aut en bas,
E pèr vous, sias vengu vous rèndre,
Dins un jas.

COUBLET N°5 :
Vous sarié bèn plus ounorable,
Si loujias dins un palai,
Noun pas louja dins un estable,
Près d'un ase,
Aquel esta si miserable,
Me desplai.

COUBLET N°6 :
Vous poudias lansa lou tounerro,
Pèr abima tóuti li gènt,
Pesto, ni famino, ni guerro,
Vous soun ren,
Mai que portes la pas en terro,
Sias content.

COUPLET N°1 :
Jésus, vous, vous êtes tout feu tout flamme ;
Il n'y a que de l'amour dans votre coeur,
Vous venez sauver notre âme
De la mort ;
Certes, celui qui ne vous aime pas
A grand tort.

COUPLET N°2 :
Vous venez dans ce terroir
Favoriser les malheureux,
Car que pouvions-nous faire
Sans vous,
Tant que nous aurions eu votre père
Contre nous ?

COUPLET N°3 :
Je voyais bien, sans lunette,
Que le ciel n'était pas ouvert
Qu'il fallait loger par billet
Dans l'enfer,
Chez ce rapineur
Lucifer.

COUPLET N°4 :
Le désespoir m'aurait fait perdre,
Comme le fit le traître Judas.
Votre amour a fait descendre
De haut en bas,
Et, pour moi, vous êtes venu vous rendre
Dans une bergerie.

COUPLET N°5 :
Cela serait bien plus honorable,
Si vous logier dans un palais,
Au lieu de loger dans une étable,
Près d'un âne.
Cet état si misérable
Me déplaît.

COUPLET N°6 :
Vous auriez pu lancer le tonnerre
Pour anéantir tous les hommes ;
Peste, ni famine, ni guerre
Ne vous intéressent pas,
Pourvu que vous apportiez la paix sur la Terre,
Vous êtes content.


[Remonter]

* Jujas un pau de qunto sorto / Jugez un peu de quelle sorte :

- Présentation de cette chanson : .
Classification conventionnelle : noël n°42 ou 33.

- Paroles : Écrites par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées sur son fascicule de 1672.

- Musique : Sur l'air "C'est un plaisir, dans le bel âge".

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

COUBLET N°1 :
Ivgeas vn pau de quinto sorto,
Lou bon Iesus es à couuer, :
Non lia ny fenestro ny porto,
Aquel establ'es tout ouuer,
Et fai vn' auro qu'es pu forto,
Que non sara de tout l'hyuer.

COUBLET N°2 :
Aquel enfan douno den l'amo,
Es tout nu su de pailloussas,
Et sa maire la bono Damo,
Ly voudrie coufa son pedas :
Mai coumo nia ny fio ny flamo
Le li met fre coumo de glas.

COUBLET N°3 :
Nia que dison que l'Enfan plouro,
Per iou l'ai ren ousi ploura,
Voudriou que me diguesson quouro,
An vi que se sie rencura,
Eou s'acoustumo de bon' houro,
Ei tourmen que deou endura.

COUBLET N°4 :
La bono Vierg'es for modesto,
Dens vno grand' humilita ;
Poade pas vous dire lou resto,
De tous lei tré de sa beouta,
Car lou voalo qu'a su la testo,
Me n'a ben rouba la mita.

COUBLET N°5 :
S'es iamai vi den la naturo,
Ren de si dous, ren de si beou,
Es pu blondo que la doururo,
Cen fes pu dousso que lou meou,
Vous voudriou faire sa pinturo,
Se sauiou mena lou pinceou.

COUBLET N°1 :
Jujas un pau de qunto sorto
Lou bon Jèsu es à cubert :
Noun i'a ni fenèstro ni porto,
Aquel estable es tout dubert,
E fai uno auro qu'es pu forto
Que noun sara de tout l'ivèr.

COUBLET N°2 :
Aquel enfant dono dins l'amo !
Es tout nus sus de paioussas,
E sa maire, la bono damo,
Ié voudrié caufa soun pedas :
Mai coume n'i'a ni fiò ni flamo,
Lou li met fre coume de glas.

COUBLET N°3 :
N'i'a que dison que l'enfant plouro :
Pèr iéu, l'ai rèn ausi ploura.
Voudriéu que me diguèsson quouro
An vist que se sié rancura.
Éu s'acoustumo de bono ouro
I tourment que dèu endura.

COUBLET N°4 :
La bono Vierge es fort moudèsto,
Dins uno grando umelita ;
Pode pas vous dire lou rèsto
De toui (tous) li trèt de sa bèuta,
Car lou vouele qu'a sus la tèsto
M'en a bèn rauba la mita.

COUBLET N°5 :
S'es jamai vist dins la naturo
Rèn de si dous, rèn de si bèu !
Es pu bloundo que la daururo,
Cènt fes pu douço que lou mèu !
Vous voudriéu faire sa pinturo,
Se saviéu mena lou pincèu.

COUPLET N°1 :
Jugez un peu de quelle sorte
Le bon Jésus est à couvert :
Il n'y a ni fenêtre ni porte,
Cette étable est tout ouvert,
Et il fait une bise qui est plus forte
Qu'elle ne le sera de tout l'hiver.

COUPLET N°2 :
Cet enfant touche l'âme !
Il est tout nu sur de la paillaisse,
Et sa mère, la bonne dame,
Voudrait lui chauffer son lange ;
Mais, comme il n'y ni feu ni flamme,
Elle le lui met froid comme de la glace.

COUPLET N°3 :
Il y en a qui disent que l'enfant pleure ;
Pour moi, je ne l'ai pas entendu pleurer.
Je voudrais que l'on me dise quand
On a vu qu'il se soit plaint.
Lui s'habitue de bonne heure
Aux tourments qu'il doit endurer.

COUPLET N°4 :
La bonne vierge est fort modeste,
Dans une grande humilité ;
Je ne peux pas vous dire le reste
De tous les traits de sa beauté,
Car le voile qu'elle a sur la tête
M'en a bien dérobé la moitié.

COUPLET N°4 :
On n'a jamais vu dans la nature
Rien de si doux, rien de si beau !
Elle est plus blonde que la dorure,
Cent fois plus douce que le miel !
Je voudrais vous faire sa peinture
Si je savais mener le pinceau.


[Remonter]

* La fe coumando de crèire / La foi commande de croire :

- Présentation de cette chanson : .
Classification conventionnelle : noël n°32 ou 22.

- Paroles : Attribuées à Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), ces paroles sont sans doutes antérieures puisqu'il est indiqué "Vieux noël pour remplir le cahier" sur le fascicule où il a été édité pour la première fois en 1670.

- Musique : Sur l'air "".

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

COUBLET N°1 :
La fe coumando de creire,
Ce que non couneissen pas,
Senso dir'you voale veire,
Coumo disie San Thomas ;
Tous lei mor dou samenteri,
N'an ren vi den lei mysteri,
Et iamay gis d'home viou
Sourra lei secré de Diou.

COUBLET N°2 :
Sen les Ange & les astre,
Qu'an di que Diou ero na,
Ny lei Mage ny lei Pastre,
L'ourien iamai deuina ;
Per cacha la couneissenso,
De sa diuino neissenso,
A vougu naisse la nüé,
Lors qu'ourian sarra les yüé.

COUBLET N°3 :
Quan pren Mario per Maire,
Mostro son humanita
Quan pren Iousé per son paire,
Cacho sa diuinita,
Quan ven naisse den l'estable,
N'es que per trompa lou Diable,
Que non s'imagino pas,
Qu'vn Diou naisse dens vn jas.

COUBLET N°4 :
Pèr counèisse sa naturo
E si bèlli qualita,
Fau vèire dins l'Escrituro
Li presènt que li an pourta :
L'or, segound que dins l'istòri,
Mostro qu'es un Rèi de glòri,
E la mirro emé l'encèn,
Qu'es ome e Diéu tout ensèn.

COUBLET N°5 :
Si Diou nous fasie la graci,
Qu'vn iour den lou firmamen,
Pusquessian veire sa faci,
Dirian veritablamen,
Que lei mor dou samenteri,
N'an ren vi den lei mysteri,
Et iamai gis d'home viou,
Sourra lei secré de Diou.

COUBLET N°1 :
La fe coumando de crèire
Ço que noun couneissèn pas,
Sèns dire : "Iéu vole vèire",
Coume disié Sant Toumas.
Toui li mort dóu çamentèri
N'an rèn vist dins li mistèri,
E jamai ges d'ome viéu
Saupra li secrèt de Diéu.

COUBLET N°2 :
Sènso lis ange e lis astre
Qu'an di que Diéu èro na,
Ni li Mage, ni li pastre
L'aurien jamai devina ;
Pèr cacha la couneissènço
De sa divino neissènço,
A vougu naisse la niue,
Lorsqu'aurian sarra lis ue.

COUBLET N°3 :
Quand pren Marìo pèr maire,
Mostro soun umanita ;
Quand pren Jóusè pèr soun paire,
Cacho sa divinita ;
Quand vèn naisse dins l'estable,
N'es que pèr troumpa lou diable,
Que noun s'imagino pas
Qu'un Diéu naisse dins un jas.

COUBLET N°4 :
Pèr counèisse sa naturo
E si bèlli qualita,
Fau vèire dins l'Escrituro
Li presènt que i'an pourta :
L'or, segound que dins l'istòri,
Mostro qu'es un Rèi de glòri,
E la mirro emé l'encèn,
Qu'es ome e Diéu tout ensèn.

COUBLET N°5 :
Si Diéu nous fasié la gràci
Qu'un jour, dins lou fiermamen,
Pousquessian vèire sa fàci,
Dirian veritablamen
Que li mort dóu çamentèri
N'an rèn vist dins li mistèri,
E jamai ges d'ome viéu
Saupra li secrèt de Diéu.

COUPLET N°1 :
La foi commande de croire
Ce que nous ne connaissons pas,
Sans dire : "Moi je veux voir",
Comme disait saint Thomas.
Tous les morts du cimetière
N'ont rien vu dans les mystères,
Et jamais aucun homme vivant
Ne saura les secrets de Dieu.

COUPLET N°2 :
Sans les anges et les astres
Qui ont dit que Dieu était né,
Ni les mages, ni les bergers
Ne l'auraient jamais deviné ;
Pour cacher la connaissance
De sa divine naissance,
Il a voulu naître la nuit,
Lorsque nous aurions fermé les yeux.

COUPLET N°3 :
Quand il prend Marie pour mère,
Il montre son humanité ;
Quand il prend Joseph pour son père,
Il cache sa divinité ;
Quand il vient naître dans l'étable,
Ce n'est que pour tromper le diable
Qui ne peut pas imaginer
Qu'un Dieu naisse dans une bergerie.

COUPLET N°4 :
Pour connaître sa nature
Et ses belles qualités,
Il faut voir dans l'écriture
Les cadeaux qu'ils lui ont portés :
De l'or, selon ce que dit l'Histoire,
Montre que c'est un roi de gloire,
Et la myrrhe avec l'encens,
Qu'il est homme et Dieu tout ensemble.

COUPLET N°5 :
Si Dieu nous faisait la grâce
Qu'un jour, dans le firmament,
Nous puissions voir son visage,
Nous dirions véritablement
Que les morts du cimentière
N'ont rien vu dans les mystères,
Et que jamais aucun homme vivant
Ne saura les secrets de Dieu.

Discographie / Enregistrements :
- CD "Renaissance en Provence" par The Terra Nova Consort (Ed. Dorian, Sue Carney & Patricia M. O'Scannell, 1998)


[Remonter]

* L'ange qu'a pourta la nouvello / L'ange qui a porté la nouvelle :

- Présentation de cette chanson : .
Classification conventionnelle : noël n°20 ou 8.

- Paroles : Écrites par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées en 1669 sur son deuxième fascicule.

- Musique : Sur l'air "d'un Menüé / d'un menuet".

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

COUBLET N°1 :
L'Ange qu'a porta la nouuello
Ei bergie dessu lou coutau,
A di qu'vno joino pioucelo
Anué dins vn marrit houstau,
A fach un fiou
Qu'es home Diou :
Jamai afaire noun pòu ana miéu.

COUBLET N°2 :
Fou qu'eisso siege lou Messio
Que lei Peres auien proumés ;
Din lou libre dei prouphetìo,
Que disie que den quauquei mes
Nautre veirian
Vn bel enfan,
Que pagarie tous lei deoute d'Adam.

COUBLET N°3 :
Vn'estelo condu lei Mage
Den la villo de Bethleen ;
Que sen van per li rendr' hommage
Et li porton de beou presen :
L'an adora.
L'an admira,
Coum'vn Messio tant for desira.

COUBLET N°4 :
Mai tournas vn pau la medaillo,
Et regarda la de lenuèr ;
Lou veirés sus vn pau de paillo,
Tout nus ou pu gros de l'hyuer :
Dessus lou sou,
Senso linsou,
Eou es coucha pre d'vn as' & d'vn biou.

COUBLET N°5 :
L'ase, que recounei son mestre
Es aqui que li fai la cour ;
Et lou biou que vou touiour estre
Alentour de son bon Seignour ;
Per l'escoufa
De tout cousta
Aqueou poüret fa iamai que boufa.

COUBLET N°6 :
N'es pas ren tout ce qu'eou enduro
Ou pres de ce qu'endurara,
Ny lou fre ny la jaladuro
Sara pas ce que lou tuara :
Dessus la crous
Mourra per nous,
Et puis saren à iamai benhurous.

COUBLET N°1 :
L'ange qu'a pourta la nouvello
I bergié dessus lou coutau,
A di qu'uno jouino piéucello
Aniue dins un marrit oustau,
A fach'un fiéu
Qu'es ome-Diéu !
Jamai afaire noun pòu ana miéu.

COUBLET N°2 :
Fau qu'eiço siegue lou Messìo
Que li paire(s) avien proumés,
Dins lou libre di proufecìo
Que disié que dins quàuqui mes,
Nàutri veirian
Un bèl enfant
Que pagarié toui li dèute d'Adam.

COUBLET N°3 :
Uno estello coundus li mage
Dins la vilo de Betelèn,
Que s'en van pèr li rèndre óumage
E li porton de bèu presènt ;
L'an adoura,
L'an amira,
Coume un Messìo tant fort desira.

COUBLET N°4 :
Mai tournas un pau la medaio,
E regardas-la de l'envèr :
Lou veirés sus un pau de paio,
Tout nus au pu gros de l'ivèr,
Dessus lou sòu,
Sènso linçòu,
Éu es coucha près d'un ase e d'un biòu.

COUBLET N°5 :
L'ase, que recounèis soun mèstre,
Es aqui que li fai la court ;
E lou biòu, que vòu toujour èstre
À l'entour de soun bon Segnour,
Pèr l'escaufa,
De tout coustat,
Aquéu pauret fa jamai que boufa.

COUBLET N°6 :
N'es pas rèn tout ço qu'éu enduro,
Auprès de ço qu'endurara :
Ni lou fre ni la jaladuro,
Sara pas ço que lou tuara :
Dessus la crous
Mourra pèr nous,
E pièi saren à jamai benurous.

COUPLET N°1 :
L'ange qui a porté la nouvelle
Aux bergers sur le coteau,
A dit qu'une jeune vierge,
Cette nuit dans une maison en mauvais état,
A enfanté un fils
Qui est un homme-Dieu !
Jamais affaire ne peut aller mieux.

COUPLET N°2 :
Il faut qu'il soit le Messie
Que les Pères avaient promis
Dans le livre des prophéties
Qui disait que, dans quelques mois,
Nous autres verrions
Un bel enfant
Qui paierait toutes les dettes d'Adam.

COUPLET N°3 :
Une étoile conduit les Mages
Dans la ville de Bethléem ;
Ils s'en vont pour lui rendre hommage
Et ils portent de beaux présents ;
Ils l'ont adoré,
L'ont admiré,
Comme un Messie si fortement désiré.

COUPLET N°4 :
Mais tournez un peu la médaille,
Et regardez-là à l'envers :
Vous le verrez sur un peu de paille,
Tous nu au plus gros de l'hiver,
Sur le sol,
Sans linceul,
Lui est couché près d'un âne et d'un boeuf.

COUPLET N°5 :
L'âne, qui reconnaît son maître,
Est ici qui lui fait la cour ;
Et le boeuf, qui veut toujours être
À l'entour de son bon seigneur,
Pour le chauffer,
De tous côtés,
Ce pauvre n'arrête jamais de souffler.

COUPLET N°6 :
Ce n'est pas rien ce qu'il endure
Par rapport à ce qu'il endurera :
Ni le froid ni le gel
Ne seront la cause de sa mort ;
Sur la croix,
Il mourra pour nous
Et puis nous serons à jamais bénis.


[Remonter]

* L'estrange deluge / L'étrange déluge :

- Présentation de cette chanson : .
Classification conventionnelle : noël n°62 ou 51.
NB : Une autre chanson plus tardive s'est inspirée de ce noël : "Ô Dieu de clémence".

- Paroles : Écrites par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), édtées sur son fascicule de 1674.

- Musique : Sur l'air "Malgré tant d'orages".

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

Adaptation en français :

REFRIN :
L'estrange deluge !
Tout noste refuge
Bon Diou es à vous,
Agés pieta de nous.

COUBLET N°1 :
Den nostei riuiero,
N'ia plus gis de fon,
Les aiguo son fiero,
La terro s'escon :
Nosto pauro Vilo
N'a sa bonno par
Parei plus qu'un'islo,
Coumo la Sicilo,
Ou miei de la Mar,

AU REFRIN

COUBLET N°2 :
Cen millo pistolo,
Pourrien pas paga,
Moussu d'Anguissolo
Lou Vice-Lega :
Vai de port'en porto,
Per nous securi,
Es tousiour per orto,
Lei gen de sa sorto,
Deuon pas mouri.

AU REFRIN

COUBLET N°3 :
Den nostei bastido
Mouren tous de fan,
Nauen plus de vido,
A fauto de pan :
A n'vn tau desordre,
Lou Vice-Lega,
Ly bouto bon ordre,
Auen deque mordre,
Ly sian oubliga.

AU REFRIN

COUBLET N°4 :
Moussu de Libelo,
Qu'es noste pastour,
Nous mostro son zelo,
Son cor, son amour :
Sei paures ouuaillo,
Lou veson for ben,
Alors que trauaillo,
Et lors que ly baillo
Son or son argen.

AU REFRIN

REFRIN :
L'estrange deluge !
Tout noste refuge
Bon Diéu es à vous,
Agues pieta de nous.

COUBLET N°1 :
Dins nòsti ribiero,
N'i'a plus ges de fon,
Lis aigo soun fiero,
La terro s'escond :
Nosto pauro vilo
N'a sa bono part
Parèis plus qu'uno islo,
Coumo la Sicilo,
Au mitan de la mar.

AU REFRIN

COUBLET N°2 :
Cènt milo pistolo,
Pourrien pas paga,
Moussu d'Anguissolo
Lou Vice-Legat :
Vai de porto en porto,
Pèr nous securi,
Es toujour pèr orto,
Li gènt de sa sorto,
Devon pas mouri.

AU REFRIN

COUBLET N°3 :
Dins nòsti bastido
Mouren tous de fan,
N'aven plus de vido,
A fauto de pan :
À n'un tau desordre,
Lou Vice-Legat,
Li bouto bon ordre,
Aven de que mordre,
Li sian oubliga.

AU REFRIN

COUBLET N°4 :
Moussu de Libelo,
Qu'es noste pastour,
Nous mostro soun zelo,
Soun cor, soun amour :
Si pàures ouvaio,
Lou veson fort bèn,
Alor que travaillo,
E lorsque li baio
Soun or, soun argènt.

AU REFRIN

REFRAIN :
L'étrange déluge !
Tout notre refuge,
Bon Dieu, est à vous,
Ayez pitié de nous.

COUPLET N°1 :
Dans nos rivières,
Il n'y a plus de fond,
Les eaux sont hautes,
La terre se cache.
Notre pauvre ville
En a sa bonne part,
Elle ne paraît plus qu'une île,
Comme la Sicile,
Au milieu de la mer.

AU REFRAIN

COUPLET N°2 :
Cent mille pistoles
Ne pourraient pas payer.
Monsieur d'Anguissole,
Le vice-légat :
Il va de porte en porte
Pour nous secourir.
Il est toujours par chemin ;
Les gens de sa sorte
Ne doivent pas mourir.

AU REFRAIN

COUPLET N°3 :
Dans nos maisons,
Nous mourons tous de faim,
Nous n'avons plus de vie,
Faute de pain ;
À un tel désordre,
Le vice-légat,
Y met bon ordre,
Nous avons de quoi mordre,
Nous lui sommes obligés.

AU REFRAIN

COUPLET N°4 :
Monsieur de Libelle,
Qui est notre pasteur,
Nous montre son zèle,
Son coeur, son amour ;
Ses pauvres ouailles,
Le voient fort bien,
Alors qu'il travaille
Et lorsqu'il leur donne
Son or, son argent.

AU REFRAIN

REFRAIN :
Ô Dieu de clémence,
Viens pas ta présence,
Combler nos désirs,
Apaiser nos soupirs.

COUPLET N°1 :
Sauveur secourable,
Parais à nos yeux
À l'homme coupable,
Viens ouvrir les cieux.
Céleste victime,
Ferme lui l'abîme.

AU REFRAIN

COUPLET N°2 :
Ô jour d'allégresse
Le ciel s'intéresse
À nos longs malheurs
Séchons, séchons nos pleurs
Un Dieu va paraître
Dans l'abaissement
Un Dieu vient de naître
Dans le dénuement
Il est dans l'étable
Pauvre mais bien aimable
Ô jour d'allégresse
Le ciel s'intéresse
A nos longs malheurs
Séchons, séchons nos pleurs.

AU REFRAIN

COUPLET N°3 :
Un dur esclavage
Fut notre partage
Il brise nos fers
Et sauve l'univers
Loin de sa présence
Le crime s'enfuit
Et par sa puissance
L'enfer est réduit
Àtoute naissance
Rendra l'innocence
Un dur esclavage
Fut notre partage
Il brise nos fers
Et sauve l'univers.

AU REFRAIN

Discographie / Enregistrements :
- CD "A Fil de Ciel" par Strumentale IV (Ed. Folkclub Ethnosuoni, 2014)
- CD "Noël Traditionnel de Provence, Chants et Musiques Sacrés" par Les Voix Solistes de La maîtrise Gabriel Fauré de Marseille (Ed. Worldwide, 2010)


[Remonter]

* I'a quaucaren que m'a fa pòu / Il y a quelque chose qui m'a fait peur :

- Présentation de cette chanson : Également écrit "Li a quaucarèn".
Classification conventionnelle : noël n°19 ou 7.

- Paroles : Écrites par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées en 1669 sur son deuxième recueil.

- Musique : Sur l'air "On a beau faire des serments".

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

COUBLET N°1 :
Lia quauquaren que m'a fa pou
Dou lon de la carriero ;
Que tirassauou per lou sou
Vn tro de serpeliero.

COUBLET N°2 :
Me siou pres gardo quantecan
Qu'er'vno vieillo femo ;
Pu longo qu'vn grand iour sen pan
Pu maigro que caremo.

COUBLET N°3 :
Em'vno daill'entre sei man
Se fasie faire plaço :
Lors qu'vn ioly pichot enfan
Li ven douna la casso.

COUBLET N°4 :
Eme dous gros bastons en crous
Li fretauo l'esquino :
En li disen retira vous
Gros ousseou de rapino.

COUBLET N°5 :
Ero laidou coumou peca
La vieillo desdentado :
Ell'auie lei dous yüe trouca
Et la testo pelado.

COUBLET N°6 :
Auie tout lou ventre cura
Semblau'vn brus d'abeillo :
Et sai pas qui l'auie gara
Lou nas & les oureillo.

COUBLET N°7 :
Sei man sei pé fasien esfray
Er sei cambo d'araigno :
Que seruirien ou mes de may
Per espoussa leigaigno.

COUBLET N°8 :
Vous diriou ben quan a de ten
Car ai soun batisteri :
Ame mai vous dire lou sen
De tout aqueou mysteri.

COUBLET N°9 :
Den lou jas aquel enfan dor
Su de paillo pourrido :
Es eou que ven cassa la mor
Per nous douna la vido.

COUBLET N°1 :
I'a quaucarèn que m'a fa pòu
Dóu long de la carrièro,
Que tirassavo pèr lou sòu
Un tros de sarpeliero.

COUBLET N°2 :
Mi siéu pres gardo quatecant
Qu'èro uno vièio femo
Pu longo qu'un grand jour sèns pan
Pu maigro que Caremo.

COUBLET N°3 :
Em'uno daio entre si man,
Se fasié faire plaço,
Lorsqu'un poulit pichot enfant
Ié vèn douna la casso.

COUBLET N°4 :
Emé dous gros bastoun en crous
Ié fretavo l'esquino
En li disant : « Retiras-vous,
Gros aucèu de rapino ! ».

COUBLET N°5 :
Èro laido coum'un pecat,
La vièio desdentado :
E l'avié li dous uei trauca,
E la tèsto pelado.

COUBLET N°6 :
Avié tout lou vèntre cura,
Semblavo un brusc d'abiho :
E sai pas qu l'avié gara
Lou nas e lis auriho.

COUBLET N°7 :
Si man, si pèd fasien esfrai,
E si gambo d'aragno,
Que servirien, au mes de mai,
Pèr espóussa l'eigagno.

COUBLET N°8 :
Vous dirai bèn quand a de tèms
Car ai soun batistèri :
Ame mai vous dire lou sèns
De tout aquèu grand mistèri.

COUBLET N°9 :
Dins lou jas aquel enfant dort
Sus de paio pourrido ;
Es èu que vèn cassa la mort
Pèr nous douna la vido !

COUPLET N°1 :
Il y a quelque chose qui m'a fait peur
Le long de la rue,
Qui traînait sur le sol
Un bout de serpillère.

COUPLET N°2 :
Je me suis avisé aussitôt
Que c'était une vieille femme
Plus longue qu'un grand jour sans pain,
Plus maigre que Carême.

COUPLET N°3 :
Avec une faux dans les mains,
Elle ouvrait la voie,
Lorsqu'un joli petit enfant
Vient ici la pourchasser.

COUPLET N°4 :
Avec deux gros bâtons en croix,
Il lui frottait le dos
En lui disant : "Retirez-vous,
Gros oiseau de rapine !"

COUPLET N°5 :
Elle était laide comme le péché,
La veille sans dent,
Elle avait les deux yeux vides
Et la tête chauve.

COUPLET N°6 :
Elle avait tout le ventre évidé,
Elle ressemblait à une ruche d'abeilles,
Et je ne sais pas qui lui avait ôté
Le nez et les oreilles.

COUPLET N°7 :
Ses mains, ses pieds étaient effrayants
Et ses jambes d'araignées
Qui serviraient au mois de mai
Pour secouer la rosée.

COUPLET N°8 :
Je vous dirais bien son âge
Car j'ai son acte de baptême ;
J'aime mieux vous dire le sens
De tout ce mystère.

COUPLET N°9 :
Dans la bergerie, cet enfant dort
Sur de la paille pourrie ;
C'est lui qui vient chasse la mort
Pour nous donner la vie.

Discographie / Enregistrements :
- CD "Noël Baroque en Pays d'Oc : Natalis Cordat & Nicolas Saboly" par La Camera delle Lacrime et Bruno BONHOURE (Ed. Alpha, 2011)


[Remonter]

* Li mage dins Jerusalèn / Les rois mages dans Jérusalem :

- Présentation de cette chanson : .
Classification conventionnelle : noël n°31 ou 21.

- Paroles : Écrites par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées sur son fascicule de 1670.

- Musique : Sur l'air de "Non, je ne vous le dirai pas".

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

COUBLET N°1 :
Lei Mage den Ierusalem,
An demandat à pron de gen,
Douna-nous de nouvello,
D'vn Rei qu'es na l'ia pas lon ten,
Auen vi son estello.

COUBLET N°2 :
Lou Rey Herodes a gran pou,
Et touto la villo s'esmou,
De veire de gen sage,
Que cercon vn Rey dei Iesiou,
Qu'es nat ou vesinage.

COUBLET N°3 :
Herode lei mando souna,
Ly fai signe de s'en ana,
Ly di su sa partenso,
Cerca m'aqueou Rey nouueou na,
Et fasé diligenso.

COUBLET N°4 :
Quant ourés trouua lou peti,
Fasé que vengués m'auerti,
Per liana rendre houmage,
Oussito me veirés parti,
Em'vn gran équipage.

COUBLET N°5 :
A la fin lei Mage s'en van,
Et l'estello marcho dauan,
Ren de plus admirable ;
Per ly moustra vont'es l'Enfan,
S'arresto su l'estable.

COUBLET N°6 :
Son descendu de sei cameou.
An adoura lou Rei nouueou,
Lian offer à sa guiso,
Tout lou plus rar' & lou plus beou,
Qu'auien den sei valiso.

COUBLET N°7 :
Vautre que sia tous gen de sen,
Considera ben lei presen,
Qu'an fach ou Rey de glori,
L'or & la myrr' eme l'encen,
Metran fin à l'Histori.

COUBLET N°1 :
Li Mage dins Jerusalèn
An demanda(t) à proun de gènt :
"Dounas-nous de nouvello
D'un rèi qu'es na, li'a pas longtèms :
Avèn vist soun estello".

COUBLET N°2 :
Lou rèi Erodes a grand pòu
E touto la vilo s'esmòu
De vèire de gènt sage
Que cercon un Rèi di Jusiòu
Qu'es na(t) au vesinage.

COUBLET N°3 :
Erode li mando souna,
Li fai signe de s'enana ;
Li dis, sus sa partènco :
"Cercas-m'aquéu Rèi nouvèu-na
E fasès diligènço !

COUBLET N°4 :
Quand aurés trouva lou petit,
Fasès que vengués m'averti ;
Pèr i'ana rèndre óumage,
Aussitost me veirés parti
Em'un grand equipage."

COUBLET N°5 :
À la fin, li Mage s'envan,
E l'estello marcho davan :
Rèn de plus amirable !
Pèr li moustra vount es l'Enfant,
S'arrèsto sus l'estable.

COUBLET N°6 :
Soun descendu de si camèu ;
An adoura lou Rèi nouvèu ;
I'an óufert, à sa guiso,
Tout lou plus rare e lou plus bèu
Qu'avien dins si valiso.

COUBLET N°7 :
Vautre que sias toui gènt de sèn,
Counsideras bèn li presènt
Qu'an fach au Rèi de glòri :
L'or e la mirro emé l'encèn
Metran fin à l'istòri.

COUPLET N°1 :
Les mages, dans Jérusalem,
Ont demandé à beaucoup de gens :
"Donnez-nous des nouvelles
D'un roi qui est né il n'y a pas longtemps,
Nous avons vu son étoile."

COUPLET N°2 :
Le roi Hérode a grand peur
Et toute la ville s'émeut
De voir des gens sages
Qui cherchent un roi des juifs
Qui est né dans le voisinage.

COUPLET N°3 :
Hérode les fait appeler,
Leur fait signe de s'en aller,
Leur dit, au moment de leur départ :
"Cherchez-moi ce roi nouveau-né
Et faites diligence !

COUPLET N°4 :
Quand vous aurez trouvé le petit,
Veuillez venir m'avertir ;
Pour aller lui rendre hommage,
Aussitôt, vous me verrez partir
Avec un grand équipage."

COUPLET N°5 :
À la fin, les mages s'en vont
Et l'étoile marche devant ;
Rien de plus admirable
Pour leur montrer où est l'enfant,
Elle s'arrête sur l'étable.

COUPLET N°6 :
Ils sont descendus de leurs chameaux,
Ils ont adoré le roi nouveau,
Ils lui ont offert, à leur guise,
Tout le plus rare et le plus beau
Qu'ils avaient dans leurs valises.

COUPLET N°7 :
Vous qui êtes tous des gens sensés,
Considérez bien les présents
Qu'ils ont faits au roi de gloire :
L'or et la myrrhe, ainsi que l'encens
Mettront fin à l'histoire.


[Remonter]

* Li pastourèu an fa uno assemblado / Les pastoureaux ont fait une assemblée :

- Présentation de cette chanson : Joyeux et allant.
Classification conventionnelle : noël n°29 ou 19.

- Paroles : Écrites entre 1670 et 1673 par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées pour la première fois sur son fascicule de 1670, puis quelques mots ont été modifiés et un couplet enlevé.

- Musique : Il existe 4 versions mélodiques différentes pour ces mêmes paroles... 3 sont en mode Majeur mais la plus connue est la 4ème version qui est en mode mineur sur l'air de "Dans ce beau jour".

Version originelle :

Lei pastoureou an fach vn' assemblado

Version provençale en graphie mistralienne :

Lei pastourèu an fach uno assemblado /
Li pastourèu an fa uno assemblado

Traduction en français :

Les pastoureaux ont fait une assemblée

Chanson populaire
chantée sur un des airs di pastourèu :

Margaridou

Traduction en français :

Marguerite

COUBLET N°1 :
Lei pastoureou,
An fach vn' assemblado,
Lei pastoureou,
An tengu lou bureou ;
Aqui chacun a di sa rastelado,
Et s’es conclu la paraulo dounado,
D’ana
Ver lou picho qu’es na.

COUBLET N°2 :
Toutes ensen,
Se son mes en campagno,
Toutes ensen,
Em’vn for mouuai ten,
Es ben verai que lei gen dei montagno,
Son fach a tout, creignon ren la magagno,
S’en van,
Et laisson sei caban.

COUBLET N°3 :
Coumo faran,
Per non senti la biso,
Coumo faran
Ay pou que periran ;
Tous ses habits son que de telo griso,
Son tous trouca, ly veson la camiso,
Lei trau
Tenon pas gaire cau.

COUBLET N°4 :
Qinte fre que fai,
Vont ei ma camisole,
Quin fre que fai,
Se di lou gro Geruai,
Sente déja que lou cor me tremolo,
Siou tout jala, poade pas tira solo,
Lou fre
Me fai boufa lei de.

COUBLET N°5 :
Nostei pastras
A tres houro sounado,
Nostei pastras
Arribon den lou jas ;
Lou capeou bas & la teste courbado,
Van tout courren saluda l’accouchado,
Et fan
La coulad' à l’Enfan.

COUBLET N°6 :
Laisson ou sou
Dous ou tres bon fromage,
Laisson ou sou
Vne dougeno d’iou,
Iousé ly di fasé que fugués sage,
Tourna-vous-en, & fasé bon voyage,
Bergie
Prené voaste congie.

COUBLET N°1 :
Li pastourèu
An fa uno assemblado.
Li pastourèu
An tengu lou burèu ;
Aqui chascun a di sa rastelado,
E s’es counclu, la paraulo dounado,
D’ana, d’ana
Vers lou pichot qu’es na.

COUBLET N°2 :
Tóutis ensèn
Se soun mes en campagno,
Tóutis ensèn
Em’un fort marrit tèms.
Es bèn verai que li gènt di mountagno
Soun fa à tout, crègnon rèn la magagno ;
S’en van, s’en van,
E laisson si caban.

COUBLET N°3 :
Coume faran
Pèr noun senti la biso ?
Coume faran ?
Crese que periran.
Toui sis abit soun que de telo griso.
Soun tout trauca, ié veson la camiso ;
Li trau, li trau,
Tènon pas gaire caud.

COUBLET N°4 :
Qunte fre que fai,
Ounte ei ma camisolo,
Qunte fre que fai,
Se dis lou gros Gervai,
Sente deja que lou cor me tremolo,
Siéu tout jala, pode pas tira solo,
Lou fre, lou fre
Me fai boufa li de.

COUBLET N°5 :
Nòsti pastras
À tres ouro sounado,
Nòsti pastras
Arribon dins lou jas.
Lou capèu bas e la tèsto courbado,
Van, tout courrènt, saluda l’acouchado
E fan, e fan
La coulado à l’enfant.

COUBLET N°6 :
Laisson au sòu
Dous o tres bon froumage ;
Laisson au sòu
Uno dougeno d’iòu.
Jóusè ié dis : "Fasès que fugués sage,
Tournas-vous en, e fasès bon vouiage !
Bergié, bergié,
Prenès vòsti coungié."

COUPLET N°1 :
Les bergers
Ont fait une assemblée.
Les bergers
Se sont réunis ;
Là, chacun a donné son avis,
Et il s'est conclu, la parole donnée,
D'aller, d'aller
Vers le petit enfant qui est né.

COUPLET N°2 :
Tous ensemble
Ils se sont mis en route,
Tous ensemble
Avec un fort mauvais temps.
Il est bien vrai que les gens des montagnes
Sont habitués à tout, ils ne craignent pas la fatigue ;
Ils s'en vont, ils s'en vont,
Et laissent leurs manteaux.

COUPLET N°3 :
Comment feront-ils
Pour ne pas sentir la bise ?
Comment feront-ils ?
Je crois qu'ils périront.
Tous leurs habits ne sont que toile grise,
Ils sont tout troués, on y voit leur chemise ;
Les trous, les trous,
Ne tiennent pas très chaud.

COUPLET N°4 :
Quel froid il fait !
Où est ma chemise ?
Quel froid il fait !
Se dit le gros Gervais.
Je sens déjà que mon corps tremble,
Je suis tout gelé, je ne peux pas tirer seul,
Le froid, le froid
Me fait souffler sur les doigts.

COUPLET N°5 :
Nos grands bergers
À trois heures pétantes,
Nos grands bergers
Arrivent dans la bergerie.
Le chapeau bas et la tête inclinée,
Ils vont, en courant, saluer l'accouchée
Et font, et font
La révérence à l'enfant.

COUPLET N°6 :
Ils laissent au sol
Deux ou trois bons fromages ;
Ils laissent au sol
Une douzaine d'oeufs.
Joseph leur dit : "Soyez sages,
Rentrez chez vous et faites bon voyage !
Bergers, bergers,
Prenez votre congé."

COUPLET N°1 :
Margaridou
Èro touto descausso.
Margaridou
Mostravo sei talou.
E iéu li dis : "Margaridou ma mìo,
Siéu courdounié,
Te farai de soulié".

COUPLET N°2 :
Margaridou
Plantavo dei salado,
Margaridou
Plantavo de flourou.
E iéu li dis : "Margaridou ma mìo,
Siéu jardinié,
Te farai de bouquet."

COUPLET N°3 :
Margaridou
Fasié de tapenado,
Margaridou
À grand cop de piloun.
E iéu li dis : "Margaridou ma mìo,
Siéu moulinié,
Prendrai teis óulivié.

COUPLET N°4 :
Margaridou
Larjavo un pau sa bèio,
Margaridou
Gardavo sei moutoun.
E iéu li dis : "Margaridou ma mìo,
Iéu siéu bergié,
Menarai toun avé.

COUPLET N°5 :
Margaridou
Móusié sei quatre chabro,
Margaridou
Fasié sei picoudoun.
E iéu li dis : "Margaridou ma mìo,
Siéu froumagié,
Te farai toun caié.

COUPLET N°6 :
Margaridou
Coupavo sei lavando,
Margaridou
N'en ramassavo proun.
E iéu li dis : "Margaridou ma mìo,
Siéu courdounié, siéu jardinié,
siéu moulinié, siéu froumagié
e siéu bergié...

Margaridou :
"N'i'a proun ! N'i'a proun !"
Siés qu'un gusas,
Pos resta mounte siés !
N'i'a proun !"

NB : Chanson collectée
dans la Drôme
et complétée
par Jean-Bernard PLANTEVIN.

COUPLET N°1 :
Marguerite
Èro toute déchaussée.
Marguerite
Montrait ses talons.
Et moi je lui dis : "Marguerite ma mie,
Je suis cordonnier,
Je te ferai des souliers".

COUPLET N°2 :
Marguerite
Plantait des salades,
Marguerite
Plantait des fleurs.
Et moi je lui dis : "Marguerite ma mie,
Je suis jardinier,
Je te ferai des bouquets."

COUPLET N°3 :
Marguerite
Faisait de la tapenade,
Marguerite
À grands coups de pilon.
Et moi je lui dis : "Marguerite ma mie,
Je suis meunier,
Je prendrai tes oliviers."

COUPLET N°4 :
Marguerite
Sortait un peu son troupeau
Marguerite
Gardait ses moutons.
Et moi je lui dis : "Marguerite ma mie,
Moi je suis berger,
Je m'occuperai de ton troupeau.

COUPLET N°5 :
Marguerite
Trayait ses quatre chèvres,
Marguerite
Faisait ses picodons.
Et moi je lui dis : "Marguerite ma mie,
Je suis fromager,
Je te ferai ton petit lait.

COUPLET N°6 :
Marguerite
Coupait ses lavandes,
Marguerite
En ramassait beacoup.
Et moi je lui dis : "Marguerite ma mie,
Je suis cordonnier, je suis jardinier,
je suis meunier, je suis fromager
et je suis berger...

Marguerite :
Assez ! Assez !
Tu n'es qu'un gueux,
Tu peux rester où tu es !
J'en ai assez !"

Discographie / Enregistrements :
MARGARIDOU :
- CD "Estialou" par Jean-Bernard PLANTEVIN (Ed. Croupatas, 2002)
LI PASTOURÈU :
- CD "Noëls Provençaux / Les plus beaux noëls de Provence" par Leï Bramaïre (Ed. Coda Musique, 2018)
- CD "Noël Traditionnel de Provence, Chants et Musiques Sacrés" par Les Voix Solistes de La maîtrise Gabriel Fauré de Marseille (Ed. Worldwide, 2010)
- CD "Chants de Noël" par Crestian e sa Pichouno Fremo (Ed. 2009 ?)
- CD "Noëls provençaux" par Jean-Bernard PLANTEVIN (Ed. Croupatas, 1999)
- CD "Renaissance en Provence" par The Terra Nova Consort (Ed. Dorian, Sue Carney & Patricia M. O'Scannell, 1998)
- CD "Noël en Provence - Christmas in Provence" par l'Ensemble Jehan de Channey (Ed. Frémeaux, 1990 > 2002)
- Disque puis CD "Les 100 Plus Grands Airs De Chorale" (Vol.4) par Les Petits Chanteurs d'Aix-en-Provence (Ed. 1974-2004)


[Remonter]

* Li pastre fan fèsto / Les bergers font la fête :

- Présentation de cette chanson : .
Classification conventionnelle : noël n°34 ou 24.

- Paroles : Écrites par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées sur son fascicule de 1671.

- Musique : Sur l'air "Aimable jeunesse".

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

COUBLET N°1 :
Lei Pastre fan festo,
Iogon de son rèsto,
Voalon tous ana
Ver lou Picho qu'es na :
Garnisson sei Biasso
De pan, de fougasso,
Et de cauque tro de rousti
O de cauque pasti ;
Fan milo grimasso
Dauan que parti.

COUBLET N°2 :
Toutei lei Bergiero
S'en-van lei premiero
Et li van pourta
Deque l'emmaillota :
De langés, de faisso
D'vn fiou de Madaisso,
De pedas de telo de lin,
De calot, de beguin,
Une plene caisso
De poas de sapin.

COUBLET N°3 :
Lou Fis de Diou plouro,
Aussito qués l'houro
Qu'a se, ou qu'a fan,
Commo d'autres enfan :
Sa maire pioucelo
Li sor la mammelo,
De l'vn ou de l'autre costa
Et li donn'a teta,
Lou picho l'appello,
Et li di mama.

COUBLET N°4 :
La Vierge ben aiso
Lou prén, & lou baiso
Et de cen façon,
Caresso son garçon :
D'vno voues charmanto,
Li parl' & li canto,
Li di, Iesu, vous sia tout miou ;
Agés pieta de ïou ;
Siou voasto servanto,
Et vous sias mon Diou.

COUBLET N°1 :
Li pastre fan fèsto
Jogon de soun rèsto,
Volon toui ana
Vers lou pichot qu'es na ;
Garnisson si biasso
De pan, de fougasso,
E de quauque tros de roustit,
O de quauque pasti ;
Fan milo grimaço
Davans que parti.

COUBLET N°2 :
Tóuti li bergiero
S'envan li proumiero,
E li van pourta
De que l'enmaiouta :
De làni, de faisso
D'un fiéu de madaisso,
De pedas de telo de lin,
De calot, de beguin,
Uno pleno caisso
De post de sapin.

COUBLET N°3 :
Lou fiéu de Diéu plouro
Aussitost qu'es l'ouro
Qu'a set o qu'a fam,
Coume d'àutris enfant :
Sa maire piéucello
Li sort la mamello
De l'un o de l'autre coustat,
E li dono à teta ;
Lou pichot l'apello,
E li dis : "Mama !"

COUBLET N°4 :
La Vierge bèn aiso
Lou pren e lou baiso,
E de cènt façoun
Caresso soun garçoun.
D'uno voues charmanto,
Li parlo e li canto,
Li dis : "Jèsu, vous sias tout miéu ;
Agués pieta de iéu !
Siéu vosto servanto,
E vous sias moun Diéu."

COUPLET N°1 :
Les bergers font la fête
Ils jouent de leur reste (font tout ce qu'ils peuvent)
Ils veulent tous aller
Vers le petit enfant qui est né ;
Ils garnissent leurs besacse
De pain, de fougasse,
Et de quelque morceau de rôti,
Ou de quelque pâté.
Ils font mille grimaces
Avant de partir.

COUPLET N°2 :
Toutes les bergères
S'en vont les premières
Et vont lui porter
De quoi l'emmailloter :
Des langes, des bandes
D'un fil d'écheveau,
Des couches en toile de lin,
Des coiffes, des béguins,
Une pleine caisse
En planches de sapin.

COUPLET N°3 :
Le fils de Dieu pleure
Aussitôt qu'il est l'heure
Où il a soif ou qu'il a faim,
Comme les autres enfants :
Sa mère la pucelle
Lui sort la mamelle (son sein)
De l'un ou de l'autre côté
Et lui donne à têter ;
Le petit l'appelle
Et dit : "Maman !"

COUPLET N°4 :
La vierge bien ravie
Le prend et l'embrasse,
Et de cent façons
Caresse son garçon.
D'une voix charmante,
Elle lui parle et lui chante,
Lui dit : "Jésus, vous êtes tout mien,
Ayez pitié de moi !
Je suis votre servante
Et vous êtes mon Dieu."


[Remonter]

* Li pu sage dóu vesinage / Les plus sages du voisinage :

- Présentation de cette chanson : Chant de Noël joyeux.
Classification conventionnelle : noël n°33 ou 23.

- Paroles : Écrites par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées sur son fascicule de 1671.

- Musique : Sur l'air de "Est-on sage".

Version originelle :

Lei plus sage dou vesinage

Version provençale en graphie mistralienne :

Lei plus sage dóu vesinage /
Li pu sage dóu vesinage

Traduction en français :

Les plus sages du voisinage

COUBLET N°1 :
Lei plus sage
Dou vesinage,
Lei plus sage
Et lei plus fin,
Fan entendre
Que Divendre
Lou fis de Diou es na de gran matin ;
Que sa Maire
L’es ana faire
Dens vn estable su lou gran camin.

COUBLET N°2 :
Iou vous quite
Per liana vite,
Iou vous quite
Et piei m’en vou ;
Per li dire
(Mai sen rire)
Sortés d’eici, car ïou tramble de pou,
Que l’estable
Non vous acable,
Car lei muraillo van toutes ou sou.

COUBLET N°3 :
La vesprado
Mau fortunado,
La vesprado
D’un iour for beou,
La malice
D’vn oürice
Me li faguét enclaurre mon troupeou :
Tout vn caire
Toumbet, (pechaire)
Et m’enterrét tous mei paurés agneou.

COUBLET N°4 :
L’esperienso
Que passo scienso,
L’esperienso
De ce qu’ai vis,
Es la causo
Que s'en pauso,
Ai courregu vous dire mon auis :
Mon doumage
Vous rendra sage,
Beleou creirés vn de voastés amis.

COUBLET N°5 :
Me ravise,
Et me deidise,
Me ravise
De mon prepau :
Ma pensado
Mau riblado
Me farié leou passa per vn badau ;
Fau ren creigne,
Car Nostre-Seigne
Lei gardara segur de prendre mau.

COUBLET N°1 :
Li plus sage
Dóu vesinage,
Li plus sage
E li plus fin,
Fan entèndre
Que divèndre,
Lou fiéu de Diéu es na de grand matin ;
Que sa maire
L’es ana faire
Dins un estable sus lou grand camin.

COUBLET N°2 :
Iéu vous quite
Pèr i’ana vite,
Iéu vous quite
E pièi m’en vau
Pèr ié dire
(Mai sèns rire) :
"Sourtès d’eici car iéu tramble de pòu,
Que l’estable
Noun vous acable,
Car li muraio van tóutis au sòu."

COUBLET N°3 :
La vesprado
Mau fourtunado,
La vesprado
D’un jour fort bèu,
La maliço
D’un aurige
Me ié faguè enclaure moun troupèu ;
Tout un caire
Toumbè pecaire !
E m’enterrè toui mi pàuris agnèu.

COUBLET N°4 :
L’esperiènço
Que passo sciènço,
L’esperiènço
De ço qu’ai vist,
Es la causo
Que sèns pauso,
Ai courregu vous dire moun avis.
Moun daumage
Vous rendra sage,
Belèu creirès un de vòstis ami.

COUBLET N°5 :
Me ravise
E me desdise,
Me ravise
De moun prepaus :
Ma pensado,
Mau riblado,
Me farié lèu passa pèr un badau.
Fau rèn cregne,
Car Noste Segne
Li gardara segur de prendre mau.

COUPLET N°1 :
Les plus sages
Du voisinage,
Les plus sages
Et les plus fins/intelligents,
Font entendre
Que vendredi,
Le fils de Dieu est né de grand matin ;
Que sa mère
Est allée accoucher
Dans une étable sur le grand chemin.

COUPLET N°2 :
Moi je vous quitte,
Pour y aller vite,
Moi je vous quitte
Et puis je m'en vais
Pour lui dire
(Mais sans rien dire) :
"Sortez d'ici car moi je tremble de peur,
Que l'étable
Ne vous écrase,
Car les murs s'effondrent au sol !"

COUPLET N°3 :
La soirée
Infortunée,
La soirée
D'un jour très beau,
La malice
D'un orage
Me fit enfermer dans un enclos mon troupeau ;
Tout un coin (pan de mur)
Tomba peuchère
Et m'enterra tous mes pauvres agneaux.

COUPLET N°4 :
L'expérience
Qui passe science,
L'expérience
De ce que j'ai vu,
Est la cause
Que sans pauso,
J'ai courru vous dire mon avis.
Mon dommage
Vous rendra sage,
Peut-être croirez-vous l'un de vos amis.

COUPLET N°5 :
Je me ravise
Et me dédis,
Je me ravise
De mon propos :
Ma pensée
Mal rivée (fixée ?)
Me ferait vite passer pour un badaud (naïf).
Il ne faut rien craindre
Car notre Seigneur
Les gardera sûrement de (ne) prendre mal.

Discographie / Enregistrements :
- CD "Noëls provençaux" par Jean-Bernard PLANTEVIN (Ed. Croupatas, 1999)
- CD "Noël en Provence - Christmas in Provence" par l'Ensemble Jehan de Channey (Ed. Frémeaux, 1990 > 2002)


[Remonter]

* Lorsque vous sarés malaut / Lorsque vous serez malade :

- Présentation de cette chanson : .
Classification conventionnelle : noël n°47 ou 41.

- Paroles : Écrites par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées sur son fascicule de 1673.

- Musique : Sur l'air de "Si vous êtes amoureux".

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

COUBLET N°1 :
Lors que vous sares malau
De quauque mau
Lors que vous sares malau :
Si lou mau es incurable,
En dangie de mouri,
Aquel Enfan qu'es a l'estable
Vous aura leou gari.

COUBLET N°2 :
Prenés tous exempl' a you
Ou non de Diou,
Prenés tous exempl' a you
You me fondiou coum'vn cierge
Ere desia passi,
Mai Dioumassi la bono Vierge
Incaro siou eissi.

COUBLET N°3 :
Qui se sentira taca
D'vn gros peca,
Qui se sentira taca
Ei segur que si reclamo
Aqueou bon Medecin,
Tout oussitot oura son amo
Neto coum'vn bassin.

COUBLET N°4 :
Si vous sauias ce que fay
Vous lou diray,
Si vous sauias ce que fay :
Lou remedi qu'eou ordouno,
Ei sa cher & son san,
À touto sorto de persouno
Que son entre sei man.

COUBLET N°5 :
Si vous confisas en eou,
Coumo se deou
Se vous confisas en eou,
Vous fara par de la graci
Que fai a ses amis,
En vous fasen veire sa faci
Deden son Paradis.

COUBLET N°6 :
Dessu l'aubre de la Crous,
Mourra per tous
Dessu l'aubre de la Crous,
Pagara la folanchiero
De noste paire Adam,
E tirara sa rac'entiero
Des arpo de Satan.

COUBLET N°1 :
Lorsque vous sarés malaut,
De quauque mau ;
Lorsque vous sarés malaut,
Se lou mau es incurable,
En dangié de mouri,
Aquel Enfant qu'es à l'estable
Vous aura lèu gari.

COUBLET N°2 :
Prenès tous eisèmple à iéu,
Au noum de Diéu !
Prenès tous eisèmple à iéu :
Iéu me foundiéu coume un cierge ;
Ère deja passi,
Mai, Diéu-merci, la bono Vierge,
Encaro siéu eici.

COUBLET N°3 :
Qu se sentira taca
D'un gros pecat ;
Qu se sentira taca,
Ei segur que, se reclamo
Aquéu bon medecin,
Tout aussitost aura soun amo
Neto coume un bacin.

COUBLET N°4 :
Se vous savias ço que fai !
Vous lou dirai ;
Se vous savias ço que fai !
Lou remèdi qu'éu ourdouno,
Èi sa car e soun sang,
À touto sorto de persouno
Que soun entre si man.

COUBLET N°5 :
Se vous counfisas en éu,
Coume se déu ;
Se vous counfisas en éu,
Vous l'ara part de la gràci
Que fai à sis ami,
En vous fasènt vèire sa fàci
Dedins soun Paradis.

COUBLET N°6 :
Dessus l'aubre de la crous,
Mourra pèr tous ;
Dessus l'aubre de la crous,
Pagara la folo-enchiero
De noste paire Adam,
E tirara sa raço entiero
Dis arpo de Satan.

COUPLET N°1 :
Lorsque vous serez malades
De quelque mal ;
Lorsque vous serez malades,
Si le mal est incurable,
En danger de mort,
Cet enfant qui est à l'étable
Vous aura vite guéris.

COUPLET N°2 :
Prenez tous exemple sur moi,
Au nom de Dieu,
Prenez tous exemple sur moi,
Je me fondais comme un cierge,
J'étais déjà tout maigre,
Mais, Dieu merci, grâce à la bonne vierge,
Je suis encore ici.

COUPLET N°3 :
Qui se sentira taché
D'un grand péché ;
Qui se sentira taché,
Il est sûr que, s'il réclame
Ce bon médecin,
Aussitôt, il aura son âme
Nette comme un bassin.

COUPLET N°4 :
Si vous saviez ce qu'il fait !
Je vous le dirai ;
Si vous saviez ce qu'il fait !
Le remède que lui prescrit,
C'est sa chair et son sang,
À toutes sortes de personnes
Qui sont entre ses mains.

COUPLET N°5 :
Si vous avez confiance en lui
Comme il se doit,
Si vous avez confiance en lui,
Il vous fera participer à la grâce
Qu'il fait à ses amis,
En vous faisant voir son visage
Dans son paradis.

COUPLET N°6 :
Sur l'arbre de la croix,
Il mourra pour tous,
Sur l'arbre de la croix,
Il payera la folle enchère
De notre père Adam
Et tirera sa race entière
Des griffes de Satan.


[Remonter]

* Lou queitivié / La misère, la saleté :

- Présentation de cette chanson : La mélodie de cette chanson est inspirée du célèbre thème de "La Follia" (danse du 15è siècle) (Thème repris aussi par J-B.LULLY, A.CORELLI, ...)
Classification conventionnelle : noël n°27 ou 17.

- Paroles : Écrites par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées sur son fascicule de 1670.

- Musique : Sur l'air de "Peut-on douter" ou "goûter", thème de "La Follia". Mélodie mélancolique à un tempo lent.

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

COUBLET N°1 :
Lou queitiuie d'aqueou marrit estable,
A San Iousé fet souleuva lou cor,
Ero tan sal'& tant abominable,
Que lou paur'home penset tomba mor.

COUBLET N°2 :
Lou desplesi, lou tracas, la tristesso,
La pudentour, la nüé, lou mauuai ten,
La fam, la sé, lou frech & sa feblesso
Fugueron causo d'aquel acciden.

COUBLET N°3 :
La tressuzour montet su son visage,
Et chasque peou li fasie son degou,
Senso la Vierg' ourie perdu courage,
Que l'eissuguet eme son moucadou.

COUBLET N°4 :
Et ly diguet, you qu'ay lou cor pu tendre,
Resist'à tout & non me fou de ren,
Que vous fugues lou premie de vous rendre,
Certo, Ióusé, que n'en diran lei gen,

COUBLET N°5 :
Tout oussito Iousé prenguet haleno,
Se remetet & parlet quantecan,
Vn pau aprés sen douleur & sen peno,
Ell'acouchet d'vn fort poulit enfan.

COUBLET N°1 :
Lou queitivié d'aquéu marrit estable
À Sant Jóusè fè sóuleva lou cor ;
Èro tant sale e tant abouminable
Que lou paure ome pensè toumba mort !

COUBLET N°2 :
Lou desplesi, lou tracas, la tristesso,
La pudentour, la niue, lou marrit tèms,
La fam, la set, lou frech e sa feblesso
Fuguèron causo d'aquel acidènt.

COUBLET N°3 :
La tressusour mountè sus soun visage,
E chasque péu li fasié soun degout ;
Sènso la Vierge, aurié perdu courage,
Que l'eissuguèt emé soun moucadou.

COUBLET N°4 :
E li diguè : "Iéu qu'ai lou cor pu tèndre,
Resiste à tout e noun me fau de rèn.
Que vous fugués lou proumié de vous rèndre,
Certo, Jóusè, que n'en diran li gènt ?"

COUBLET N°5 :
Tout aussitost, Jóusè prenguè(t) aleno,
Se remetè(t) e parlè quatecant.
Un pau après, sèns doulour e sèns peno,
Elo acouchè d'un fort poulit enfant.

COUPLET N°1 :
La misère (saleté) de cette mauvaise étable
À saint Joseph fit soulever le coeur ;
Elle était tant sale et si abominable
Que le pauvre homme pensa tomber mort !

COUPLET N°2 :
Le désespoir, le tracas, la tristesse,
La puanteur, la nuit, le mauvais temps,
La faim, la soif, le froid et sa faiblesse,
Furent causes de cet accident.

COUPLET N°3 :
La sueur monta sur son visage,
Et chaque poil leur faisait des gouttes ;
Sans la Vierge, il aurait perdu courage,
Qu'il l'essuyait avec son mouchoir.

COUPLET N°4 :
Et il leur dit : "Moi qui ai le coeur plus tendre,
Je résiste à tout et il ne me faut rien
Que vous fussiez le premier à vous rendre,
Certes, Joseph, qu'en diront les gens ?"

COUPLET N°5 :
Aussitôt, Joseph prit haleine,
Il se remit et parla tout de suite.
Peu après, sans douleur et sans peine,
Elle accoucha d'un fort joli enfant.

Discographie / Enregistrements :
- CD "Oeuvres a cappella" par Les Voix Solistes de La Maitrise Gabriel Fauré de Marseille (Ed. Musidisc, 1970)


[Remonter]

* Me siéu plega / Je me suis plié :

- Présentation de cette chanson : Noël original qui fait référence à des bruits et des sons.
Classification conventionnelle : noël n°40 ou 31.

- Paroles : Écrites par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées sur son fascicule de 1672.

- Musique : Sur l'air "Du postillon".

Version originelle :

Version originelle :

Traduction en français :

COUBLET N°1 :
Me siou plega,
Et ben amaga,
Deden ma flassado,
Aquesto vesprado ;
Veicy que mon chin,
Tousiours pu badin,
Idoulo,
Gingoulo,
Darrie mon coissin,
Et puis à la fin,
Lou fòu,
Qu'a pou,
Me grato,
Dei pato,
Lei tento dou cou, ;
A tan varailla
Que ma reueilla.

COUBLET N°2 :
Ai vis en l'er,
Vn Ange tout ver,
Qu'auie de grans alo,
Darrie les espalo ;
Parmy sa clarta,
Ai vi sa beouta,
Sa mino,
Fort fino,
Et sa magesta,
Sés mes à canta,
Sa voas,
Ei boas,
Resouno,
Fredouno,
Plus haut qu'û hauboas
Iamai tau plesi
Qu'aqueou de l'ousi.

COUBLET N°3 :
You ai souna,
Touto la meina,
Chacun se reuillo,
Et presto l'oureillo :
Si to que l'an vi,
Et que l'an ousi,
Sa graci,
Sa faci
Les a rejoüy,
Son ista rauy,
Quand n'a
Douna
La bello,
Nouuello,
Que Iesus es na :
An tous fach vn sau,
Dessu lou coutau.

COUBLET N°1 :
Me siéu plega,
E bèn amaga
Dedins ma flassado,
Aquesto vesprado ;
Veici que moun chin,
Toujour pu badin,
Idoulo,
Gingoulo,
Darrié moun couissin ;
E pièi, à la fin,
Lou fòu,
Qu'a pòu,
Me grato,
Di pato,
Li tento dóu còu ;
A tant varaia
Que m'a reviha.

COUBLET N°2 :
Ai vist en l'èr
Un ange tout verd,
Qu'avié de grands alo
Darrié lis espalo ;
Permèi sa clarta,
Ai vist sa bèuta,
Sa mino
Fort fino,
E sa majesta.
S'es mes à canta :
Sa voues
Ei boues,
Ressouno,
Fredouno,
Plus aut qu'un auboues ;
Jamai tau plesi
Qu'aquéu de l'ausi !

COUBLET N°3 :
Iéu ai souna
Touto la meina :
Chascun se reviho,
E presto l'auriho...,
Sitost que l'an vi
E que l'an ausi,
Sa gràci,
Sa fàci
Lis a rejoui ;
Soun esta ravi,
Quand n'a
Douna
La bello
Nouvello
Que Jèsu es na :
An toui fach un saut
Dessus lou coutau.

COUPLET N°1 :
Je me suis plié,
Et bien blotti
Dans ma couverture,
Cette soirée.
Voilà que mon chien,
Toujours plus badin,
Hurle,
Gémit,
Derrière mon coussin ;
Et puis, à la fin,
Le fou
Qui a peur,
Me gratte
Avec ses pattes
Les tendons du cou.
Il a tant remué
Qu'il m'a réveillé .

COUPLET N°2 :
J'ai vu en l'air
Un ange tout vert
Qui avait de grandes ailes
Derrière les épaules ;
Parmi sa clarté,
J'ai vu sa beauté,
Sa mine,
Fort fine,
Et sa majesté.
Il s'est mis à chanter ;
Sa voix
Aux bois,
Résonne,
Fredonne,
Plus haut qu'un hautbois.
Jamais tel plaisir
Que celui de l'entendre.

COUPLET N°3 :
Moi j'ai sonné
Toute la famille ;
Chacun se réveille
Et prête l'oreille...
Sitôt qu'ils l'ont vu
Et qu'ils l'ont entendu,
Sa grâce,
Son visage,
Les ont réjouis ;
Ils ont été ravis
Quand il a
Donné
La belle
Nouvelle
Que Jésus est né :
Ils ont tous fait un saut
Sur le coteau.

Discographie / Enregistrements :
- CD "L'art du galoubet- tambourin provencal" par Les Tambourins de Provence avec André GABRIEL (Ed. Arion, 2001)


[Remonter]

* Micoulau noste pastre / Nicolas notre berger :

- Présentation de cette chanson : Composée entre 1669 et 1674.
Classification conventionnelle : noël n°3.

- Paroles : Écrites par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675) à la fin de sa vie. À noter qu'à la fin de cette chanson, il fait allusion aux agitations de l'époque : il donne aux gens du peuple le conseil fort sage de ne pas y prendre part ; car de quelque manière que tournent les affaires, leurs charges ne seront pas amoindries (cf. "La tòuto pagara la sau."). Paroles éditées en 1699.

- Musique : Sur l'air de "Nicolas va voir Jeanne".

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

COUBLET N°1 :
Micoulau noste Pastre,
Aqueou gro palo,
Vai contempla les Astre,
Coume fan les Astrolo.
Tu parles ben rau, Micoulau,
Lou seren t'oura fa mau.

COUBLET N°2 :
Veze une troupo d'Ange,
Que semblon d'ousseou,
Que Canton lei Loüange,
D'un pichot Enfant tan beou.
Ren non te fai gau,
Micoulau,
Fau bèn que siegues malau.

COUBLET N°3 :
Dison que Nostre Seigne
Nous mando son Fiou.
Deven pa plus ren creigne,
Sian lei ben ama de Diou.
Eisso vai pa mau,
Micoulau,
Levo te sies plu malau.

COUBLET N°4 :
Pastre si vous sias sage,
Doublaré lou pas :
Per ana rendre houmage,
Ou picho qués din lou jas.
Leisso lou bestiau,
Micoulau,
Et davalo dou Coutau.

COUBLET N°5 :
Aquesto nuech es bruno,
Lou tem es ben sour.
Veirés pa ren la Luno,
Que non siegue quasi jour.
Porto lou fanau,
Micoulau,
Que degun non prengue mau.

COUBLET N°6 :
Pourtas vostei flassado,
Et vostei Caban.
Car fai uno jalado,
Que fara bouffa lei man.
Pren toun gros jargau,
Micoulau,
Fai mai de fré que de cau.

COUBLET N°7 :
Qu'au pren soin de sa vido,
Per jamai son tem.
La Bbiasso ben garnido
Fai ana l'home conten.
Porto ton Barrau,
Micoulau,
Emé ton gros Calendau.

COUBLET N°8 :
Aquestei bonei Festo,
Confessa vous ben ;
Sen vous mettre a la testo,
Les affaire d'aqués tem.
Vague ben ou mau,
Micoulau,
Tout ou pagara la sau.

COUBLET N°1 :
Micoulau noste pastre,
Aquéu gros palot,
Vai countempla lis astre,
Coume fan lis astroulò.
Tu parles bèn rau, Micoulau !
Lou seren t'aura fa mau !?

COUBLET N°2 :
Vese uno troupo d'ange
Que sèmblon d'aucèu,
Que canton li louange
D'un pichot enfant tant bèu !
Rèn noun te fai gau,
Micoulau :
Fau bèn que siegues malaut.

COUBLET N°3 :
Dison que noste segne
Nous mando soun Fiéu ;
Devèn pas plus rèn cregne :
Sian li bèn-ama de Diéu.
Eiço vai pas mau,
Micoulau,
Lèvo-te, siés plus malaut.

COUBLET N°4 :
Pastre, se vous sias sage,
Doublarés lou pas,
Pèr ana rèndre óumage
Au pichot qu'es dins lou jas.
Laisso lou bestiau,
Micoulau,
E davalo dóu coutau.

COUBLET N°5 :
Aquesto nuech es bruno,
Lou tèms es bèn sour ;
Veirés pas rèn la luno,
Que noun siegue quàsi jour :
Porto lou fanau,
Micoulau,
Que degun noun prengue mau.

COUBLET N°6 :
Pourtas vòsti flassado,
E vòsti caban,
Car fai uno jalado
Que fara boufa li man :
Pren toun gros jargau,
Micoulau,
Fai mai de fre que de caud.

COUBLET N°7 :
Quau pren soin de sa vido,
Perd jamai soun tèms ;
La biasso bèn garnido
Fai ana l'ome countènt :
Porto toun barrau,
Micoulau,
Emé toun gros calendau.

COUBLET N°8 :
Aquésti bòni fèsto,
Counfessas-vous bèn,
Sèns vous metre à la tèsto
Lis afaire d'aquest tèms :
Vague bèn o mau,
Micoulau,
Tòuto pagara la sau !?

COUPLET N°1 :
Nicolas notre berger,
Cet homme rustre,
Va contempler les astres
Comme le font les astrologues.
Tu parles bien rauque (sèchement, enroué), Nicolas !
La rosée du soir t’aurait-elle fait mal !?

COUPLET N°2 :
Je vois une troupe d’anges
Qui semblent des oiseaux,
Qui chantent les louanges
D'un petit enfant si beau !
Rien ne te rend joyeux,
Nicolas :
Il faut bien que tu sois malade.

COUPLET N°3 :
Ils disent que notre Seigneur
Nous envoie son fils ;
Nous ne devons plus rien craindre :
Nous sommes les bien-aimés de Dieu.
Ceci ne va pas mal,
Nicolas,
Lève-toi, tu n'es plus malade !

COUPLET N°4 :
Bergers, si vous êtes braves,
Vous doublerez le pas
Pour aller rendre hommage
Au petit qui est dans le gîte.
Laisse le bestiau (troupeau),
Nicolas,
Et descends donc du coteau.

COUPLET N°5 :
Cette nuit est brune,
Le temps est bien sombre,
Vous ne verrez rien de la lune,
Car il ne fait que très peu jour :
Porte la lanterne,
Nicolas,
Que personne ne prenne mal.

COUPLET N°6 :
Portez vos couvertures de laine,
Et vos gros manteaux (de drap fort pourvus d'un capuchon),
Car il fait une gelée
Qui fera souffler les mains :
Prends ton gros habit de grosse toile,
Nicolas,
Il fait plus froid que chaud.

COUPLET N°7 :
Qui prend soin de sa vie,
Ne perd jamais son temps ;
La besace bien remplie
Fait aller l'homme content :
Porte ta gourde (tonneau avec un goulot),
Nicolas,
Avec ton gros pain de Noël.

COUPLET N°8 :
Ces bonnes fêtes,
Confessez-vous bien,
Sans vous mettre à la tête,
Les affaires de ce temps :
Que cela aille bien ou mal,
Nicolas,
Le sel paiera l'impôt ?!


[Remonter]

* Nàutri sian d'enfant de cor / Nous qui sommes des enfants de coeur :

- Présentation de cette chanson : N. SABOLY fait référence à Avignon. De nombreux prénoms sont cités. Le texte évoque la danse et la musique.
Classification conventionnelle : noël n°21 ou 9.

- Paroles et Musique : Écrites par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées en 1669 sur son deuxième fascicule.

- Musique : Sur l'air de "De traquenard".

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

COUBLET N°1 :
Nautre sian d'enfant de cor
Que sian demoura d'acor,
De s'ana permena
En Judeïo Galileïo,
De s'ana permena
Ou païs que Diou es na.

COUBLET N°2 :
Lou beou iour des Innocen
Partiren toutes ensen ;
La fauour aqueou iour,
Nous fai estre toutei mestre,
La fauour aqueou jour
Nous douno tous les hounour.

COUBLET N°3 :
Jacques à l'aubo dou iour
Fou que bate lou tambour,
Ei canton d'Auignon,
Ei carriero coustumiero,
Ei canton d'Auignon,
Per souna sei compagnon.

COUBLET N°4 :
Puis que lou picho Louy
Di que se fou réjouy ;
Cantaren dansaren,
Faren chiero tout' entiero,
Cantaren dansaren,
Ou defructu que faren.

COUBLET N°5 :
Francés dira de Noé
Su lou can dei menüé;
Et Bernar su lou tar ;
Per oubadou regalado.
Et Bernar, su lou tar,
Cantara lou Traquenar.

COUBLET N°6 :
Iean Batist' eme Piarro
Faran peta lei garro,
A l'honnour dou Seignour,
De son Paire, de sa Maire ;
A l'honnour dou Seignour
Qu'es vengu lia quauquei iour.

COUBLET N°7 :
Proufiten d'aqueou beou iour,
Ai pou que sara tro cour,
Troubaren et veiren,
Qu'apres festo, lou fou resto,
Troubaren et veiren
Que cler sian & cler saren.

COUBLET N°1 :
Nautre sian d'enfant de cor
Que sian demoura d'acord
De s'ana permena
En Judèio, Galilèio,
De s'ana permena
Au païs que Diéu es na.

COUBLET N°2 :
Lou bèu jour dis innoucènt,
Partiren tóutis ensèn.
La favour, aquéu jour,
Nous fai èstre tóuti mèstre
La favour, aquéu jour,
Nous douno (dono) toui lis ounour.

COUBLET N°3 :
Jaque, à l'aubo dóu jour,
Fau que bate lou tambour
I cantoun d'Avignoun,
I carriero coustumièro
I cantoun d'Avignoun
Pèr souna si coumpagnoun.

COUBLET N°4 :
Pièisque lou pichot Louï
Dis que fau se rejouï.
Cantaren, dansaren,
Faren ch(i)èro touto entiero.
Cantaren, dansaren,
Au desfrùti que faren.

COUBLET N°5 :
Francés dira de nouvè
Sus lou cant di menudet ;
E Bernart, sus lou tard
Pèr aubado, regalado.
E Bernart, sus lou tard,
Cantara lou traquenard.

COUBLET N°6 :
Jan-Batisto emé Pierrot
Faran peta li garrot,
A l'ounour dóu Segnour,
De soun Paire, de sa Maire ;
A l'ounour dóu Segnour,
Qu'es vengu i'a quàuqui jour.

COUBLET N°7 :
Proufiten d'aquéu bèu jour
Ai pòu que fuguè trop court !
Troubaren e veiren
Qu'après fèsto, lou fòu rèsto,
Troubaren e veiren
Que clerc sian e clerc saren.

COUPLET N°1 :
Nous qui sommes enfants de c(h)oeur
Qui sommes demeurés d'accord
D'aller nous promener
En Judée, Galilée,
D'aller nous promener
Au pays où Dieu est né.

COUPLET N°2 :
Le beau jour des innocents,
Nous partirons tous ensemble.
La faveur, ce jour-là,
Nous sommes tous maîtres,
(...)
Nous donne tous les honneurs.

COUPLET N°3 :
Jacques, dès l'aube du jour,
Doit battre le tambour
Aux cantons d'Avignon,
Aux carrières coutumières,
(...)
Pour sonner ses compagnons.

COUPLET N°4 :
Puisque le petit Louis
Dit qu'il faut se réjouir.
Nous chanterons, nous danserons,
Nous ferons chère toute entière,
(...)
Au défructu que nous ferons.

COUPLET N°5 :
François dira des noëls
Sur le chant des menuets ;
Et Bernard, plus tard,
Comme aubade, en joie,
(...)
Chantera l'air de danse du traquenard.

COUPLET N°6 :
Jean-Baptiste avec Pierre
Feront péter des pétards,
En l'honneur du seigneur,
De son père, de sa mère,
(...)
Qui est venu il y a quelques jours.

COUPLET N°7 :
Profitons de ce beau jour.
J'ai peur qu'il ne soit trop court !
Nous trouverons et verrons
Qu'après la fête, le fou reste ;
(...)
Que clercs nous sommes et clercs nous resterons.


[Remonter]

* Noun vous amusés en cansoun / Ne vous amusez pas en chanson :

- Présentation de cette chanson : .
Classification conventionnelle : noël n°68.

- Paroles : Attribué à Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675) mais sûrement pas de lui ???

- Musique : ???

Version originelle :

Traduction en français :

COUBLET N°1 :
Noun vous amusés en cansoun,
Anas lèu vèire l'acouchado :
Quand bèn la luno es pas levado,
Veirés proun soun pichot garçoun.

COUBLET N°2 :
Pèr lou vèire n'en prengués pas
Ni lou calèu ni la candèlo :
Es tout lusènt coume uno estello,
Quand n'en sarias à cinq cènt pas.

COUBLET N°3 :
Hola ! vesès lou pau-de-sèn
De noste gros palot de pastre :
Cresié qu'èro quauque desastre,
Que lou fiò s'èro mes au fen.

COUBLET N°4 :
Es vengu au mas, tout trevira,
Em'un pan e demi de gulo ;
D'aigo ! d'aigo ! lou fen se brulo !
E vague de tira ferrai !

COUBLET N°5 :
Entorno-t'en, paure innoucènt !
La clarta qu'as vist dins l'estable
N'es que lou raioun amirable
D'un Diéu que sus terro descènd !

COUPLET N°1 :
Ne vous amusez pas en chanson,
Allez vite voir l'accouchée :
Quand bien-même la lune n'est pas encore levée,
Vous verrez assez son petit garçon.

COUPLET N°2 :
Pour le voir, ne prenez pas
Ni la lampe à huile ni la bougie :
C'est tout luisant comme une étoile,
Quand vous serez à cinq cents pas.

COUPLET N°3 :
Hola ! Voyez le
De notre gros berger
Il croyait qu'il était quelque désastre,
Que le feu s'était mis au foin.

COUPLET N°4 :
Il est venu au mas, tout chamboulé,
Avec un pain et demi de
De l'eau ! De l'eau ! Le foin brûle !
Et .

COUPLET N°5 :
Retourne-t'en, pauvre innocent !
La clarté que tu as vue dans l'étable
N'est que le rayon admirable
D'un Dieu qui sur Terre descend !


[Remonter]

* Ourgueious plen de magagno / Orgueilleux plein de méchanceté :

- Présentation de cette chanson : .
Classification conventionnelle : noël n°15 ou 3.

- Paroles et Musique : Écrites par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées en 1669 sur son premier fascicule.

- Musique : Sur l'air de "Tircis caressait Climène".

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

COUBLET N°1 :
Orguillous plen de magaigno,
Que te pargues coum'vn gau,
Et den lei millou compaigno
Te gonfles coum'vn crapau :

Sies-tu pas ben miserable
D'aue tan de vanita,
Puisque Diou dens vn estable
Pratiquo l'humilita.

COUBLET N°2 :
Tu que fas millo souplesso,
Que cerques à t'engagea
A l'amour d'vno mestresso
Ioü te volle ben lougea :
Vene, que n'en veiras vno
Que li manquo pas vn peou,
Qu'es pu blanquo que la luno,
Pu blondo que lou souleou.

COUBLET N°3 :
Tu que cerques tei delice,
Que n'ames que tei plesi,
Quouro quittaras lou vice,
N'ouras tu iamai lesi ;
N'as tu pas vergoigno d'estre
Tousiours dens aquel eta,
Veses tu pas que ton mestre
A fa vu de poureta.

COUBLET N°4 :
Tu que sies lou mouuai riche,
Exerso la Carita,
Ei paure, sieges pas chiche,
Douo li quauque pata :
Diou dens aquello bastido,
Douno tout a ses amis,
Son amour, son san, sa vido,
Sa mor, & son Paradis.

COUBLET N°1 :
Ourgueious plen de magagno,
Que te pargues coume un gau,
E dins li meiour coumpagno,
Te gounfles coume un grapaud,
Sies-tu pas bèn miserable
D'avé tant de vanita,
Pièisque Diéu dins un estable
Pratico l'umelita ?

COUBLET N°2 :
Tu que fas milo souplesso,
Que cerques à t'engaja
À l'amour d'uno mestresso,
Iéu te vole bèn louja :
Vène, que n'en veiras uno
Que li manco pas un péu,
Qu'es pu blanco que la luno,
Pu bloundo que lou soulèu.

COUBLET N°3 :
Tu que cerques ti delice,
Que n'ames que ti plesi,
Quouro quitaras lou vice ?
N'auras-tu jamai lesi ?
N'as-tu pas vergougno d'èstre
Toujour dins aquel estat ?
Veses-ti pas que toun mèstre
A fa vot de paureta ?

COUBLET N°4 :
Tu que sies lou marrit riche,
Eiserço la carita ;
Ei paure, siegues pas chiche,
Dono-li quauque pata ;
Diéu, dins aquelo bastido,
Dono tout à sis amis,
Soun amour, soun sang, sa vido,
Sa mort e soun Paradis.

COUPLET N°1 :
Orgueilleux plein de méchanceté (ruse),
Qui te rengorge comme un coq,
Et dans les meilleures compagnies
Te gonfle comme un crapaud,
N'es-tu pas bien misérable
D'avoir tant de vanité,
Puisque Dieu dans une étable
Pratique l'humilité ?

COUPLET N°2 :
Toi qui fais mille souplesses,
Qui cherches à t'attacher
À l'amour d'une maîtresse,
Moi je veux te fournir une bonne maison.
Viens et tu verras une
À qui il ne manque pas un cheveu,
Qui est plus blanche que la lune,
Plus blonde que le soleil.

COUPLET N°3 :
Toi qui cherches tes délices,
Qui n'aimes que tes plaisirs,
Quand abandonneras-tu le vice ?
N'auras-tu jamais ce loisir ?
N'as-tu pas honte d'être
Toujours dans cet état ?
Ne vois-tu pas que ton maître
A fait voeur de pauvreté ?

COUPLET N°4 :
Toi qui esle mauvais riche,
Pratique la charité,
Envers les pauvres, ne sois pas avare,
Donne-leur quelque patac ;
Dieu dans cette bastide
Donne tout à ses amis,
Son amour, son sang, sa vie,
Sa mort et son paradis .

Discographie / Enregistrements :
- CD "Noël Baroque en Pays d'Oc : Natalis Cordat & Nicolas Saboly" par La Camera delle Lacrime et Bruno BONHOURE (Ed. Alpha, 2011)


[Remonter]

* Pastre di mountagno / Bergers des montagnes :

- Présentation de cette chanson : Les bergers se rendent auprès du petit Jésus qui vient de naître dès qu'ils apprennent la bonne nouvelle.
Classification conventionnelle : noël n°46.
PS : Ce noël a été utilisé pour le générique de fin du film "Mondo" (en 1995) de Tony GATLIF.
NB : Cet air a aussi servi de mélodie à plusieurs autres chansons plus récentes : "À nosto Prouvènço / À notre Provence", ...
Il a également été utilisé par le compositeur Alexandre GUILMANT (1837-1911) dans son opus 60 : "Élévation sur un Noël de Saboly".

- Paroles : Écrites par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées sur son fascicule de 1673.

- Musique : Sur l'air de "De la Pastouro". Lent, en mode mineur.

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

COUBLET N°1 :
Pastres dei Montagno,
La Divinita
A pres per compaigno
Vost'humanita ;
Son den la persouno ;
D’vn peti garson ;
Que son Paire douno
Per vosto ranson.

COUBLET N°2 :
La troupo fidelo
A pres gran plesi
D’ousi la nouuelo
Que l’Ange lia di :
An peno de creire
Qu’àquo sie verai,
Volon l’ana veire
Aqui vonte jai.

COUBLET N°3 :
Lou pu viei dei Pastre
Et lou pu sauent
Consulto les Astre
Se fara beou ten :
Di qu’en Luno pleno
Fai tousiours ten dre,
Et quan l’auro meno
Di que fai ben fre.

COUBLET N°4 :
Guilhaume s’abiho,
Vestis soun jargau,
Et dis à sa fiho :
« Istas à l’oustau,
Debano la sedo,
Gardas lou troupèu,
Mouses vosti fedo,
Largas lis agneou. »

COUBLET N°5 :
Si vesia sa femo
Gonflo coum''vn biou,
Gito de lagremo
Grosso coumo d'iôu ;
Es desconsoulado,
Quan non pou ana
Veire l’acouchado
Et l’Enfan qu’es na.

COUBLET N°6 :
Les autrei Pastouro
Deman de matin,
Viron lei set houro
Saran per camin :
Crese que sei mouflo,
Ly faran pas mau,
Car lou ven que souflo
N’es pa gaire cau.

COUBLET N°1 :
Pastre di mountagno,
La divinita
A pres pèr coumpagno
Vosto umanita.
Soun dins la persouno
D’un pichot garçoun (enfant)
Que soun paire douno
Pèr vosto rançoun.

COUBLET N°2 :
La troupo fidèlo
A pres grand plesi
D’ausi la nouvello
Que l’ange i’a di.
An peno de crèire
Qu’acò sié verai,
Volon l’ana vèire
Aqui vounte jais.

COUBLET N°3 :
Lou pu vièi di pastre
E lou pu savènt
Counsulto lis astre,
Se fara bèu tèms.
Dis qu’en luno pleno
Fai toujour tèms dre,
E quand l’auro meno,
Dis que fai bèn fre.

COUBLET N°4 :
Guilhaume s’abiho,
Vestis soun jargau,
E dis à sa fiho :
« Istas à l’oustau,
Debano la sedo,
Gardas lou troupèu,
Móusès vòsti fedo,
Largas lis agnèu. »

COUBLET N°5 :
Se vesias sa femo !
Gounflo coume un biòu,
Jito de lagremo
Grosso coume d'iòu !
Es descounsoulado,
Quand noun pòu ana
Vèire l’acouchado
E l’enfant qu’es na.

COUBLET N°6 :
Lis àutri pastouro,
Deman de matin
Viron li sèt ouro,
Saran pèr camin.
Crese que si mouflo
Iè faran pas mau,
Car lou vènt que boufo
N’es pas gaire caud.

COUPLET N°1 :
Bergers des montagnes,
La divinité
A pris pour compagne
Votre humanité.
Sont dans la personne
D'un petit garçon
Que son père donne
Pour votre rançon.

COUPLET N°2 :
La troupe fidèle
A pris grand plaisir
D'entendre la nouvelle
Que l'ange lui a dite.
Ils ont peine à croire
Que cela est vrai,
Ils veulent aller le voir
Là où il repose.

COUPLET N°3 :
Le plus vieux des bergers
Et le plus savant,
Consulte les astres,
Pour savoir s'il fera beau temps :
Il dit qu'à la pleine lune,
Il fait toujours temps droit
Et quand la bise souffle,
Il dit qu'il fait bien froid.

COUPLET N°4 :
Guillaume s'habille,
Revêt son justaucorps
Et dit à sa fille :
"Restez à la maison,
Dévidez la soie,
Gardez le troupeau,
Trayez vos brebis,
Faites sortir les agneaux."

COUPLET N°5 :
Si vous voyiez sa femme,
Le coeur gros comme un boeuf,
Elle verse des larmes
Grosses comme des oeufs !
Elle est inconsolable
De ne pas pouvoir aller
Voir l'accouchée
Et l'enfant qui est né.

COUPLET N°6 :
Les autres bergères,
Demain matin
Vers les sept heures,
Seront en chemin.
Je crois que leurs moufles
Ne leur seront pas inutiles
Car le vent qui souffle
N'est guère chaud.

Discographie / Enregistrements :
- CD "Saboly : Nouvè prouvençau" par Céline MAGRINI (Ed. Lou Prouvençau à l'Escolo, 2018)
- CD "Colinda : Noëls de Provence" par Strada (Ed. Analekta, 2011)
- CD "Noël Traditionnel de Provence, Chants et Musiques Sacrés" par Les Voix Solistes de La maîtrise Gabriel Fauré de Marseille (Ed. Worldwide, 2010)
- CD "Noël en Provence - Alègre Alègre : La crèche de Provence" de Guy BONNET et la chorale Arc-en-Ciel (Ed. Hv-Com, 2004)
- CD "Caléna : noëls provençaux et niçois" par le Corou de Berra (Ed. 2001)
- CD "Noëls provençaux" par Jean-Bernard PLANTEVIN (Ed. Croupatas, 1999)
- CD "Piada Desliura" par l'Ensemble Vocal Piada (Ed. 1998)
- CD "Noël en Provence - Christmas in Provence" par l'Ensemble Jehan de Channey (Ed. Frémeaux, 1990 > 2002)
- CD "Chants et Musiques de Provence à travers les siècles" par Flour de Rose (Ed. 1982)
- CD "Noëls provençaux" par le groupe Mont-Jòia (Ed. Le Chant du Monde, 1980)
- Disque "Noëls et chants populaires provençaux" par Les chanteurs de la montagnette et l'abbé COQUET (Ed. 1955 > BNF 2015 )


[Remonter]

* Pèr noun langui long dóu camin / Pour ne pas languir le long du chemin :

- Présentation de cette chanson : Chanson très populaire.
Classification conventionnelle : noël n°9 ou 66.

- Paroles : Attribuées à Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées en 1699.

- Musique : Sur l'air de "Allant au marché ce matin".

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

COUBLET N°1 :
Per non langui l'on d'ou camin,
Conten qu'auquo sourneto ;
Sur lou fifre & lou Tabourin,
Disen la Cansouneto.

REFRIN (bis) :
Canten Noé noé noé
Noé sur la Musetto.

COUBLET N°2 :
Lou tem nous a gaire dura ;
Vezeicy la Granjeto.
Lou beou premié que l’intrara,
Que leve la barreto.

AU REFRIN

COUBLET N°3 :
Helas mon Dieou ! lou bel Enfan !
Coumo pren la Pousseto,
Dirias avi que mor de fan,
Regarda coumo teto.

AU REFRIN

COUBLET N°4 :
Ay d’iou de farino & de lac ,
Emay uno casseto ;
Savieou de fio l’iourieou leou fach,
Vno bono poupeto.

AU REFRIN

COUBLET N°5 :
Lou Pichot es mai mor que vieou.
Iousé fai ley tacheto ;
Douna me vite lou fusieou,
La sinso, & ley brouqueto.

AU REFRIN

COUBLET N°6 :
L’Enfan es fré coumo de glas.
Pourgé me l’escoufeto.
Tené coufa l'y son pedas,
Coumaire Guilloumeto.

AU REFRIN

COUBLET N°7 :
Aquesto Crupi vai ou sou ;
Coucha aquelo Soumeto.
Vené, qu'estacaren lou Biou,
Presta me vostei veto.

AU REFRIN

COUBLET N°8 :
Bono Vierge, Maire de Diéu,
Bello e jouino bruneto,
Nautre vous anan dire adiéu,
Vous leissan pas souleto.

AU REFRIN

COUBLET N°1 :
Pèr noun langui long dóu camin,
Counten quauco sourneto ;
Sus lou fifre e lou tambourin,
Disen la cansouneto.

REFRIN (bis) :
Canten Nouvè, Nouvè, Nouvè,
Nouvè sus la museto.

COUBLET N°2 :
Lou tèms nous a gaire dura
Ves’eici la granjeto !
Lou bèu proumié que i’intrara,
Que lève la bareto.

AU REFRIN

COUBLET N°3 :
Ailas moun Diéu ! Lou bel enfant !
Coumo prèn la pousseto,
Dirias avis qu'es mort de fam,
Regardas coumo tèto.

AU REFRIN

COUBLET N°4 :
Ai d’iòu, de farino e de la,
Emai uno casseto ;
S’aviéu de fiò, i’auriéu lèu fa
Uno bono poupeto.

AU REFRIN

COUBLET N°5 :
Lou pichot es mai mort que viéu.
Jóusè fai li tacheto ;
Dounas-me vite lou fusiéu,
La sinso e li brouqueto.

AU REFRIN

COUBLET N°6 :
L’enfant es fre coume de glas,
Pourgès-me l’escaufeto !
Tenès, caufas-ié soun pedas,
Coumaire Guihaumeto.

AU REFRIN

COUBLET N°7 :
Aquesto crùpi vai au sòu ;
Coucha aquelo soumeto.
Venes, qu'estacaren lou biòu,
Prestas-me vòsti veto.

AU REFRIN

COUBLET N°8 :
Bono Vierge, Maire de Diéu,
Bello e jouino bruneto,
Nautre vous anan dire adiéu,
Vous leissan pas souleto.

AU REFRIN

COUPLET N°1 :
Pour ne pas languir le long du chemin,
Racontons quelques sornettes ;
Sur le fifre et le tambourin,
Disons la chansonnette.

REFRAIN :
Chantons Noël, Noël, Noël,
Noël sur la musette...

COUPLET N°2 :
Le temps nous a guère duré,
Voici la grangette !
Le beau premier qui y entrera,
Qu'il lève la .

AU REFRAIN

COUPLET N°3 :
Hélas, mon Dieu ! Le bel enfant !
Comme il prend le sein,
Vous diriez qu'il meurt de faim,
Regardez comme il tète.

AU REFRAIN

COUBLET N°4 :
J'ai des oeufs, de la farine et du lait,
Et aussi une casserole ;
Si j'avais du feu, je lui aurais vite fait
Une bonne bouillie.

AU REFRIN

COUPLET N°5 :
Le petit est plus mort que vif.
Joseph fait les grelots ;
Donnez-moi vite le fusil,
L'amadou et les allumettes .

AU REFRAIN

COUPLET N°6 :
L'enfant est froid comme de la glace,
Faites-moi passer la chaufferette !
Tenez, chauffez-lui son lange,
Commère Guillaumette.

AU REFRAIN

COUPLET N°7 :
Cette mangeoire s'effondre,
Éloignez cette ânesse ;
Venez, nous attacherons le boeuf,
Prêtez-moi vos rubans.

AU REFRAIN

COUPLET N°8 :
Bonne vierge, mère de Dieu,
Belle et jeune brunette,
Nous autres allons vous dire adieu,
Nous ne vous laissons pas seule.

AU REFRAIN

Discographie / Enregistrements :
- CD "Saboly : Nouvè prouvençau" par Céline MAGRINI (Ed. Lou Prouvençau à l'Escolo, 2018)
- CD "Noëls provençaux / Les plus beaux noëls de Provence" par Leï Bramaïre (Ed. Coda Musique, 2018)
- CD "Colinda : Noëls de Provence" par Strada (Ed. Analekta, 2011)
- CD "Noël Traditionnel de Provence, Chants et Musiques Sacrés" par Les Voix Solistes de La maîtrise Gabriel Fauré de Marseille (Ed. Worldwide, 2010)
- CD "Musiques traditionnelles de Provence : Manjo cebo" par La Ferigouleto (Ed. MGO, 2007)
- CD "Provence - Polyphonies provençales" (World collection, Polygram, ASIN : B00004S6OK)
- CD "Per noun langui long dou camin" par le choeur Troubar Clair (Ed. 1999)
- CD "Noëls provençaux" par Jean-Bernard PLANTEVIN (Ed. Croupatas, 1999)
- CD "Pachiqueli ven de nuech" par Jan-Maria CARLOTTI (Ed. Mont-Joia, Silex, 1993)
- Disque puis CD "Les 100 Plus Grands Airs De Chorale" (Vol.4) et "C'est Noël" (Vol.3) par Les Petits Chanteurs d'Aix-en-Provence (Ed. 1974-2004, 2007)
- Disque vinyle 33 tours puis CD "La maîtrise chante noël en Provence : divertissement pastoral, 12 noëls de Saboly" (Harmonisés par Henri TOMASI)
par la Maîtrise d'enfants de la RTF, un ensemble instrumental de Radio France et les tambourinaires de la Massetto Maïanenco,
dirigés par Jacques JOUINEAU (Ed. Deutsche Grammophon Gesellschaft, 1963 / Believe The Restoration Project, 2013)
- Disque 33T "Chants et danses des provinces de France, No. 29 : Sept noëls provençaux d'Avignon (Mono Version)" par le groupe folklorique d'Avignon (Ed. 1962 > BNF Collection, 2016)
- Disque 45T "Noëls de Notre-Dame des Doms (1580-1610)" par le groupe folklorique d'Avignon (Ed. Ducretet-Thomson, 1962 > BNF Collection, 2016)


[Remonter]

* Pèr vèire la jacènt / Pour voir l'accouchée :

- Présentation de cette chanson : .
Classification conventionnelle : noël n°56.

- Paroles : Écrites par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées sur son fascicule de 1674.

- Musique : Sur l'air de "Si Jano me vòu mau".

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

COUBLET N°1 :
Per veire la Iacen ;
Fou quita nostei montagno,
Per veire la Iacen :
Fou qu'anen en Bethleen,
Parten toutes ensen ;
Anen tous de compagno,
En Bethleen, en Bethleen,
Per veire la Iacen.

COUBLET N°2 :
Fou tout abandouna,
Lei moutons, agneous, & fedo,
Fou tout abandouna, .
Aro que Iesus ei na :
Songen de camina,
Tenen la cambo redo,
Iesus ei na Iesus ei na,
Fou tout abandouna.

COUBLET N°3 :
Puis que tu sies malau,
N'es pas reson que tu sortes,
Puis que tu sies malau
Demoro din ton houstau :
Et laisso ton barrau,
Et tout ce que tu portes,
Din ton houstau din ton houstau,
Puis que tu sies malau.

COUBLET N°4 :
Sen te bougea d'eici,
N'autre faren ton message,
Sen te bougea d'eici,
T'adurren ton gramaci,
Te portaren aussi,
Quauque poulit eimage,
Ton gramaci ton gramaci,
Sen te bougea d'eici.

COUBLET N°1 :
Pèr vèire la jacènt,
Fau quita nòsti mountagno,
Pèr vèire la jacènt,
Fau qu'anen en Betelèn,
Parten tóutis ensèn :
Anen tous de coumpagno,
En Betelèn, en Betelèn,
Pèr vèire la jacènt.

COUBLET N°2 :
Fau tout abandouna,
Li moutoun, agnèu & fedo,
Fau tout abandouna, .
Aro que Jèsu es na :
Songèn de camina,
Tenèn la cambo redo,
Jèsu es na, Jèsu es na,
Fau tout abandouna.

COUBLET N°3 :
Puisque tu sies malau,
N'es pas resoun que tu sortes,
Puisque tu sies malau
Demoro dins toun oustau :
E laisso toun barrau,
E tout ço que tu portes,
Dins toun oustau, dins toun oustau,
Puisque tu sies malau.

COUBLET N°4 :
Sèns te bougea d'eici,
Nautre faren toun message,
Sèns te bougea d'eici,
T'adurren toun gramaci,
Te portaren aussi,
Quauque poulit eimage,
Toun gramaci, ton graumaci,
Sèns te bougea d'eici.

COUPLET N°1 :
Pour voir l'accouchée,
Il faut quitter nos montagnes,
Pour voir l'accouchée,
Il faut que nous allions à Bethléem,
Partons tous ensemble :
Allons tous en compagnie,
À Bethléem, à Bethléem,
Pour voir l'accouchée.

COUPLET N°2 :
Il faut tout abandonner,
Les moutons, agneaux et brebis,
Il faut tout abandonner
Maintenant que Jésus est né :
Songeons à cheminer,
Tenons bien la jambe raide,
Jésus est né, Jésus est né,
Il faut tout abandonner.

COUPLET N°3 :
Puisque tu es malade,
Il n'est pas raisonnable que tu sortes,
Puisque tu es malade,
Reste dans ta maison
Et laisse ton baril,
Et tout ce que tu portes,
Dans ta maison, dans ta maison,
Puisque tu es malade.

COUPLET N°4 :
Sans que tu bouges d'ici,
Nous transmettrons ton message,
Sans que tu bouges d'ici,
Nous t'apporterons ton remerciement,
Nous te rapporterons aussi
Quelque jolie image,
Ton merci, ton merci,
Sans que tu bouges d'ici.


[Remonter]

* Pièsque l'ourguei / Puisque l'orgueil :

- Présentation de cette chanson : Cette chanson parle d'un des 7 péchés capitaux, de la nature humaine et de Judas.
Classification conventionnelle : noël n°11 ou 68.

- Paroles : Écrites en 16 ? par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675) éditées en 1699.

- Musique : Sur l'air de "Du ton de l'orgue".

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

COUBLET N°1 :
Pvis que l'orgueil de l'humano naturo,
Ero monta jusqua Dieou amondau :
Vn home Dieou per repara l'injuro,
Fau que descende dou Ciel eissavau.

COUBLET N°2 :
Quan ben Adam n'ourié gis fa de fauto
Lou Fils de Dieou sarié toujour vengu :
Sa qualita es si grando & si hauto,
Qu'ero beson que fusse counegu.

COUBLET N°3 :
Lou marri lié qu'uno peiro de taillo,
Vn gros caillau es un couissin ben dur.
Aqueou beou frui qués sur un pau de paillo,
Emé lou tem se rendra ben madur.

COUBLET N°4 :
Aquel Enfan es trop jouine & trop tendre,
Traite Iudas n'ouriez gaire d'argen,
S'entrepreniez toutaro de lou vendre,
Espero don qu'age un pau mai de tem.

COUBLET N°5 :
Es delica mai que non pourrieou dire.
Lou mendre mau l'y causarié la mor.
Pourra ben mai endura de martire,
Quan sara gran & que sara plus for.

COUBLET N°6 :
Si tu vesiez Adam a ta presenço,
Lou Fils de Dieou mouri per ton amour :
Pourriez ben dire hurous'es ton offenço,
Qu'a merita un si gran Redemtour.

COUBLET N°1 :
Pièsque l'ourguei de l'umano naturo
Èro mounta jusqu'à Diéu amoundau :
Un ome Diéu pèr repara l'injuro,
Fau que descende dóu cèu eissavau.

COUBLET N°2 :
Quand bèn Adam n'aurié ges fa de fauto
Lou fiéu de Diéu sarié toujour vengu :
Sa qualita es si grando e si auto,
Qu'èro besoun que fusse counegu.

COUBLET N°3 :
Lou marrit lié qu'uno pèiro de taillo,
Un gros caiau es un couissin bèn dur.
Aquéu bèu fru qu'es sur un pau de paio,
Emé lou tèms se rendra ben madur.

COUBLET N°4 :
Aquel enfant es trop jouine e trop tendre,
Traite Judas n'auries gaire d'argent,
S'entreprenies tout aro de lou vèndre,
Espero dounc qu'age un pau mai de tèms.

COUBLET N°5 :
Es delica mai que noun pourriéu dire.
Lou mendre mau ié causarié la mort.
Pourra bèn mai endura de martire,
Quand sara grand e que sara plus fort.

COUBLET N°6 :
Si tu vesies Adam a ta presènço,
Lou fiéu de Diéu mouri pèr toun amour :
Pourries bèn dire urouso es toun oufenço,
Qu'a merita un si grand redemtour.

COUPLET N°1 :
Puisque l'orgueil de la nature humaine
Était monté jusqu'à Dieu, là-haut,
Un homme-dieu pour réparer l'injure
Doit descendre du ciel ici-bas.

COUPLET N°2 :
Quand bien même Adam n'avait point fait de faute,
Le fils de Dieu serait toujours venu ;
Sa qualité est si grande et si haute
Qu'il était nécessaire qu'il fût connu.

COUPLET N°3 :
Le mauvais lit qu'une pierre de taille !
Un gros caillou est un coussin bien dur.
Ce beau fruit qui est sur un peu de paille,
Avec le temps deviendra bien mûr.

COUPLET N°4 :
Cet enfant est trop jeune et trop tendre ;
Traître Judas, tu n'aurais huère d'argent
Si tu entreprenais maintenant dele vendre.
Attends donc qu'il soit un peu plus âgé.

COUPLET N°5 :
Il est délicat, plus que je pourrais dire,
Le moindre mal causerait sa mort,
Il pourra bien davantage endurer des supplices
Quand il sera grand et qu'il sera plus fort.

COUPLET N°6 :
Si tu voyais Adam, en ta présence,
Le fils de Dieu mourir par amour pour toi,
Tu pourrais bien dire : heureuse est ton offense !
Qui a mérité un si grand rédempteur.

Discographie / Enregistrement :
- Disque vinyle 33 tours puis CD "La maîtrise chante noël en Provence : divertissement pastoral, 12 noëls de Saboly" (Harmonisés par Henri TOMASI)
par la Maîtrise d'enfants de la RTF, un ensemble instrumental de Radio France et les tambourinaires de la Massetto Maïanenco,
dirigés par Jacques JOUINEAU (Ed. Deutsche Grammophon Gesellschaft, 1963 / Believe The Restoration Project, 2013)


[Remonter]

* Proufitas-me lèu / Profitez vite :

- Présentation de cette chanson : .
Classification conventionnelle : noël n°55 ou 49.

- Paroles : Écrites par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées dans son fascicule de 1674.
Dans la dernière strophe, SABOLY fait référence à la ville d'Avignon.

- Musique : Sur l'air "Changerez-vous donc ?"
Tempo assez rapide (conseillé : blanche=84).
Remarquer le début de la mélodie qui est identique à "Touro-louro-louro" mais en mode mineur au lieu de Majeur.

Version originelle :

Version originelle :

Traduction en français :

COUBLET N°1 :
Profita me leou, brauo bregado,
Profita me leou, d'aques beou ten :
Se voulez ana veire l'acouchado,
Qu'es à la bourgado
Prés de Bethleen.

COUBLET N°2 :
Aro que lou jour desia se passo
Aro que lou jour vai prendre fin,
Vautre camina coumo de limasso,
Quand m'en vou en classo,
Fou tousiour ansin.

COUBLET N°3 :
Vese que tousiour vostei sabato,
Vese que tousiour toquon lou sou,
Imagina vous qu'ana prendre dato
Boulega lei pato
Coum'vn esquirou.

COUBLET N°4 :
Trouuarés lei Pastre dei Village
Trouuarés lei pastre que ly van
Trouuarés lei Rey que s'appelon mage,
Que son lei plus sage
De tout lou Leuant.

COUBLET N°5 :
Veirés vn enfan dens vn estable,
Veirés vn enfan dous & mignon ;
S'èi iamai ren vi de plus admirable,
Ny de plus eimable
Den tout Auignon.

COUBLET N°1 :
Proufitas-me lèu, bravo bregado,
Proufitas-me lèu d'aquest bèu tèms,
Se voulès ana vèire l'Acouchado
Qu'es à la bourgado
Près de Betelèn.

COUBLET N°2 :
Aro que lou jour deja se passo
Aro que lou jour vai prendre fin,
Vautre caminas coume de limaço :
Quand m'envau en classo,
Fau toujour ansin.

COUBLET N°3 :
Vese que toujour vòsti sabato,
Vese que toujour tocon lou sòu,
Imaginas-vous qu'anas prendre dato ;
Boulegas li pato
Coume un esquiròu !

COUBLET N°4 :
Trouvarés li pastre di vilage
Trouvarés li pastre que li van ;
Trouvarés li Rèi que s'apellon Mage,
Que soun li plus sage
De tout lou Levant.

COUBLET N°5 :
Veirés un enfant dins un estable,
Veirés un enfant dous e mignoun ;
S'èi jamai rèn vist de plus amirable,
Ni de plus amable
Dins tout Avignoun.

COUPLET N°1 :
Profitez vite, braves bergers,
Profitez(-moi) vite de ce beau temps,
Si vous voulez aller voir l’accouchement
Qui est dans le faubourg
Près de Bethléem.

COUPLET N°2 :
Maintenant que le jour déjà se passe,
Maintenant que le jour va prendre fin.
Vous, vous cheminez comme des limaces :
Quand je m'en vais en classe,
Je fais toujours ainsi.

COUPLET N°3 :
Je vois que toujours vos chaussures,
Je vois toujours qu'elles touchent le sol.
Imaginez-vous que vous allez prendre racine ;
Bougez les pattes
Comme un écureuil !

COUPLET N°4 :
Vous trouverez les bergers des villages,
Vous trouverez les bergers qui y vont ;
Vous trouverez les rois que l'on appelle Mages,
Qui sont les plus sages
De tout l'Orient.

COUPLET N°5 :
Vous verrez un enfant dans une étable,
Vous verrez un enfant doux et mignon ;
On n’a jamais rien vu de plus admirable,
Ni de plus aimable
Dans tout Avignon.

Discographie / Enregistrement :
- CD "66 Noëls Provençaux à l'orgue" par Paul VERHOEVEN (Ed. SCD 870, 1994)


[Remonter]

* Quand la miejo-niue sounavo / Quand minuit sonnait :

- Présentation de cette chanson : Noël provocateur en référence à l'histoire, au roi Louis XIV.
Classification conventionnelle : noël n°44 ou 38.

- Paroles : Écrites par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées dans son fascicule de 1672.

- Musique : Sur l'air "Iéu n'aviéu uno chambriero".

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

COUBLET N°1 :
Qvand la miejo nue sounauo,
Ai souta dou liech ou sou,
Ai vis vn bel Ange que cantauo,
Millo fes pu dous qu'vn roussignou.

COUBLET N°2 :
Per de sauts & de cambado,
Nai fa mai que non poudiou,
Lors que m'a parla dvn acouchado,
Qu'auie mes ou jour lou Fis de Diou.

COUBLET N°3 :
Lei mastin dou vesinage,
Se son toutes atroupa,
Nauien iamai vis aqueou visage,
Se son tout d'vn co mes à japa.

COUBLET N°4 :
Lei moutons agneous & fedo,
Se son tous mes à bela,
Se niaguesse gis agu de cledo,
S'en sarien ana dessa dela.

COUBLET N°5 :
Lei pastre dessu la paillo,
Dourmien coumo de souquas,
Quan an ousi lou bru dei sounaillo,
An cresegu qu'ero lou soüiras.

COUBLET N°6 :
Aqueou bel ange annonsauo
Pron de causes à la fes,
Mai aquello pas que publicauo,
Deou pas estre per les Holandes.

COUBLET N°7 :
Son de gen plen d'arroganso,
Que non an ny fe ny ley,
Diou benisse les armos de Franço,
Saran leou sous lou poudé dou Rey.

COUBLET N°8 :
S'eron de gen resonable,
Vendrien sens estr'inuita,
Trouuarien dens vn petit eslable,
La lumier'amai la verita.

COUBLET N°1 :
Quand la miejo-niue sounavo
Ai sauta dóu liech au sòu ; (Bis)
Ai vist un bèl ange que cantavo
Milo fes pu dous qu'un roussignòu.

COUBLET N°2 :
Pèr de saut e de cambado,
N'ai fa mai que noun poudiéu,
Lorsque m'a parla d'uno acouchado
Qu'avié mes au jour lou fiéu de Diéu.

COUBLET N°3 :
Li mastin dóu vesinage
Se soun tóutis atroupa ;
N'avien jamai vist aquéu visage,
Se soun tout-d'un-cop mes à japa.

COUBLET N°4 :
Li móutoun, agnèu e fedo,
Se soun toui mes à bela ;
Se n'i'aguèsse ges agu de cledo,
S'en sarien ana de ça, de là !

COUBLET N°5 :
Li pastre dessus la paio
Dourmien coume de soucas ;
Quand an ausi lou bru di sounaio,
An cresegu qu'èro lou souiras.

COUBLET N°6 :
Aquéu bèl ange anounçavo
Proun de causos à la fes ;
Mai aquelo pas que publicavo
Déu pas èstre pèr lis Oulandés.

COUBLET N°7 :
Soun de gènt plen d'arouganço,
Que noun an ni fe ni lèi ;
Diéu benisse lis armo de Franço !
Saran lèu sout lou poudé dóu rèi.

COUBLET N°8 :
S'èron de gènt resounable,
Vendrien sèns èstre envita :
Trouvarien dins un pichot estable
La lumiero emai la verita.

COUPLET N°1 :
Quand minuit sonnait,
J'ai sauté de mon lit sur le sol, (Bis)
J'ai vu un bel ange qui chantait
Mille fois plus doucement qu'un rossignol.

COUPLET N°2 :
Des sauts et des enjambées,
J'en ai fait plus que je ne pouvais,
Lorsqu'il m'a parlé d'une accouchée
Qui avait mis au jour le fils de Dieu.

COUPLET N°3 :
Les mâtins du voisinage
Se sont tous attroupés,
Ils n'avaient jamais vu ce visage,
Ils se sont d'un coup mis à japper.

COUPLET N°4 :
Les moutons, agneaux et brebis,
Se sont tous mis à bêler,
S'il n'y avait pas eu de barrière,
Ils seraient partis de tous côtés.

COUPLET N°5 :
Les bergers
Dormaient comme
Quand ils ont entendu le bruit des
Ils ont cru que c'était le loup de malheur.

COUPLET N°6 :
Ce bel ange annonçait
Bien des choses à la fois
Mais cette paix qu'il proclamait
Ne doit pas être pour les Hollandais.

COUPLET N°7 :
Ce sont des gens pleins d'arrogance,
Qui n'ont ni foi ni loi ;
Dieu bénisse les armes de France,
Ils seront vite sous le pouvoir du roi.

COUPLET N°8 :
S'ils étaient des gens raisonnables,
Ils viendraient sans être invités,
Ils trouveraient dans une petite étable
La lumière ainsi que la vérité.

Discographie / Enregistrement :
- CD "Oeuvres a cappella" par Les Voix Solistes de La Maitrise Gabriel Fauré de Marseille (Ed. Musidisc, 1970)


[Remonter]

* Que disès mi bon fraire / Que dites-vous mes bons frères ? :

- Présentation de cette chanson : Noël un peu "macho"...
Classification conventionnelle : noël n°41 ou 32.

- Paroles : Écrites par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées dans son fascicule de 1672.

- Musique : Sur l'air de "Tout rit dans nos campagnes".

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

COUBLET N°1 :
Que disé mei bon fraire ;
Mei cousin, mes amis,
Dessus aquest affaire,
Qu'es aquo que fau faire,
Douna me voast' auìs.

COUBLET N°2 :
Puis que Diou nous apelo,
Et nous fai auerti,
Qu'es na d'vno pioucelo,
Son pas de bagatelo,
Fau toutaro parti.

COUBLET N°3 :
Se menen nostei feno,
Partiren pas tan leou,
Dison que qui n'en meno,
N'es pas iamai sen peno,
Fan vira lou cerueou.

COUBLET N°4 :
Garnissen nostei biasso,
Ramplissen lei barrau,
S'v'n co la camb' es lasso,
Chousiren quauquo plasso,
Dinaren en repau.

COUBLET N°5 :
La petito museto
Eme lou tabourin,
Diran la cansouneto,
Eme lei castagneto,
Tout dou lon dou camin.

COUBLET N°6 :
Quand faudra rendr'houmage,
An aqueou bel enfan,
Claude qu'es lou pu sage,
Deou aué l'auantage,
De li beisa lei man.

COUBLET N°1 :
Que disès, mi bon fraire,
Mi cousin, mis ami,
Dessus aquest afaire ?
Qu'es acò que fau faire ?
Dounas-me voste avì.

COUBLET N°2 :
Pièisque Diéu nous apello,
E nous fai averti
Qu'es na d'uno piéucello ;
Soun pas de bagatello,
Fau toutaro parti.

COUBLET N°3 :
Se menen nòsti feno,
Partiren pas tant lèu :
Dison que qu n'en meno
N'es pas jamai sèns peno :
Fan vira lou cervèu.

COUBLET N°4 :
Garnissen nòsti biasso,
Ramplissen li barrau ;
Se 'n cop la cambo es lasso,
Chausiren quauco plaço,
Dinaren en repau.

COUBLET N°5 :
La petito museto
Emé lou tambourin,
Diran la cansouneto
Emé li castagneto,
Tout dóu long dóu camin.

COUBLET N°6 :
Quand faudra rèndre óumage
A-n-aquéu bèl enfant,
Glaude, qu'es lou pu sage,
Déu avé l'avantage
De li beisa li man.

COUPLET N°1 :
Que dites-vous, mes bons frères,
Mes cousins, mes amis,
À propos de cette affaire ?
Qu'est-ce qu'il faut faire ?
Donnez-moi votre avis.

COUPLET N°2 :
Puisque Dieu nous appelle,
E nous fait avertir
Qu'il est né d'une pucelle ;
Ce ne sont pas des bagatelles,
Il faut tout de suite partir.

COUPLET N°3 :
Si nous emmenons nos femmes,
Nous partirons moins vite ;
On dit que qui en emmène
Cela ne se passe jamais sans peine,
Elles font tourner le cerveau.

COUPLET N°4 :
Garnissons nos besaces,
Nous remplirons les barils ;
Si une fois la jambe est fatiguée,
Nous choisirons quelque place,
Nous dînerons pour en reposer.

COUPLET N°5 :
La petite musette
Avec le tambourin,
Diront la chansonnette
Avec les castagnettes,
Tout le long du chemin.

COUPLET N°6 :
Quand il faudra rendre hommage
À ce bel enfant,
Claude, qui est le plus sage,
Doit avoir l'avantage
De lui baiser les mains.


[Remonter]

* Qu vòu faire grando journado / Qui veut faire grande journée :

- Présentation de cette chanson : .
Classification conventionnelle : noël n°54.

- Paroles : Écrites par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées dans son fascicule de 1674.

- Musique : Sur l'air de "Qu'on passe en douceur sa vie".

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

COUBLET N°1 :
Qvi vou faire grand iournado,
Fou que parte de matin :
Iouset & son espousado
Dauan jour son per camin,

COUBLET N°2 :
Ah ! qu'un marry ten ennuejo,
Pou iamai estre tro cour.
An begu touto la pluejo,
Tout lou san clame dou iour,

COUBLET N°3 :
Son coumo lei paures amo .

COUBLET N°4 :
N'ia jamai gis de Profeto,
Ben ressu din son païs.
Iousé demando retreto
A l'hoste dou gran lougis,

COUBLET N°5 :
Ero sour à naquel' houro,
Coum'uno gorjo de lou,
L'hoste plus cruel qu'un mouro
Li respondiè pas vn mou.

COUBLET N°6 :
Diou es plus for que lou Diable
Amai lou sara tousten.
Lei meno dins vn estable,
Ou faubour de Bethleen,

COUBLET N°7 :
Pron de causo de pau vaillo
Ben souuen venon à pon,
Aqui sus vn pau de paillo,
La Vierg'a fa son garson..

COUBLET N°1 : (Bis)
Qu vòu faire grando journado
Fau que parte de matin ;
Jóusè e soun espousado
Davans jour soun pèr camin.

COUBLET N°2 :
Ah ! Qu'un marrit tèms ennuejo,
Pòu jamai èstre trop court.
An begu touto la plueio,
Tout lou sant clame dóu jour.

COUBLET N°3 :
Soun coume li pàuri amo .

COUBLET N°4 :
N'i'a jamai ges de proufeto,
Bèn recaupu dins soun païs.
Jóusè demando retreto
À l'oste dóu grand lougis.

COUBLET N°5 :
Èro sourne à-n-aquelo ouro,
Coume uno gorjo de loup,
L'oste plus cruèl qu'un Maure
Li respoundiè pas un mot.

COUBLET N°6 :
Diéu es plus fort que lou Diable
Emai lou sara toustèn.
Li meno dins un estable,
Au faubour de Betelèn.

COUBLET N°7 :
Proun de causo de pau vaio
Bèn souvènt venon à poun,
Aqui sus un pau de paio,
La vierge a fa soun garçoun.

COUPLET N°1 : (Bis)
Qui veut faire grande journée
Doit partir dès le matin ;
Joseph et son épouse,
Avant le jour sont en chemin.

COUPLET N°2 :
Ah ! Qu'un mauvais temps ennuie,
Il ne peut jamais être trop court ;
Ils ont subi toute la pluie,
Toute la sainte journée.

COUPLET N°3 :
Ils sont comme les pauvres âmes .

COUPLET N°4 :
Il n'y a jamais de prophète
Bien reçu dans son pays.
Joseph demande retraite
À l'hôte du grand logis.

COUPLET N°5 :
Il faisait sombre à cette heure-là,
Comme une gorge de loup,
L'hôte plus cruel qu'un Maure,
Ne lui répondit pas un mot.

COUPLET N°6 :
Dieu est plus fort que le diable
Et il le sera éternellement.
Il les mène dans une étable,
Au faubourg de Bethléem.

COUPLET N°7 :
Bien des choses de peu de valeur,
Bien souvent, viennent à point :
Là, sur un peu de paille,
La vierge a fait son garçon.


[Remonter]

* Reviho-te Nanan / Réveille-toi Nathan :

- Présentation de cette chanson : Ce noël met en scène le juif Nathan dont la femme appelle à la conversion et à la reconnaissance du Messie.
Classification conventionnelle : noël n°.

- Paroles : Attribuées à Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675) ???

- Musique : .

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

COUBLET N°1 :
.

COUBLET N°2 :
.

COUBLET N°3 :
.

COUBLET N°4 :
.

COUBLET N°5 :
.

COUBLET N°6 :
.

COUBLET N°1 :
.

COUBLET N°2 :
.

COUBLET N°3 :
.

COUBLET N°4 :
.

COUBLET N°5 :
.

COUBLET N°6 :
.

COUPLET N°1 :
.

COUPLET N°2 :
.

COUPLET N°3 :
.

COUPLET N°4 :
.

COUPLET N°5 :
.

COUPLET N°6 :
.

Discographie / Enregistrement :
- CD "Les 100 plus grands titres de Noël" n°3 (Ed. Sony, 2009) ASIN : B002HSZ76K

Il existe un autre noël originaire de la Drôme dont les paroles ont été écrites sur l'air de "Reviho-te, Nanan" :

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

COUBLET N°1 : Judìo
Ai ! las ! partès bèn lèu,
Nosto bello acouchado !
Empourtas lou plus bèu
Qu'es na dins la bourgado !
Ausès sus la mountagno
La machoto miaula ;
La nue toumbo d'eigagno
Voste enfant vai jala.

COUBLET N°2 : Sant Jóusè
Bono femo de Diéu,
Toumbarié d'alabardo
Que tambèn me diriéu :
A l'ai meten la bardo.
N'en pòu toumba d'eigagno,
E faire marrit tèms :
Aquéu que m'acoumpagno
M'a di : Vite, partèn !

COUBLET N°3 : Judìo
Ma fe, se sias pas fòu .

COUBLET N°4 : Sant Jóusè
Aquéu que d'amoundaut .

COUBLET N°5 :
Au cèu vèn de trouna... .

COUBLET N°6 : Judìo
Leissas-me bajoura .

COUBLET N°7 :
- Eiluciavo, e pertout
Lou fiò courrié sus terro ;
D'un bout à l'autre bout,
Roulavo lou tounerro !
Lei roucas s'escrasavon,
Tout èro femissènt,
E leis ange beisavon
L'Enfant de Betelèn.

COUBLET N°8 :
Quand li avié 'n marrit pas,
Que la Vierge tramblavo,
Lèu, lèu, de l'autre las,
Un ange la pourtavo ;
E pèr que seis espalo
Pousquèsson s'abrila,
L'ange estendié seis alo
Pèr mies leis acata.

COUBLET N°1 : Judìo
Ai ! Las ! Partès bèn lèu,
Nosto bello acouchado !
Empourtas lou plus bèu
Qu'es na dins la bourgado !
Ausès sus la mountagno
La machoto miaula ;
La nue toumbo d'eigagno ;
Voste enfant vai jala.

COUBLET N°2 : Sant Jóusè
Bono femo de Diéu,
Toumbarié d'alabardo
Que tambèn me diriéu :
"À l'ase meten la bardo."
N'en pòu toumba d'eigagno,
E faire marrit tèms,
Aquéu que m'acoumpagno
M'a di : "Vite, parten !"

COUBLET N°3 : Judìo
.

COUBLET N°4 : Sant Jóusè
.

COUBLET N°5 :
.

COUBLET N°6 : Judìo
.

COUBLET N°7 :
Eiluciavo, e pertout
Lou fiò courrié sus Terro ;
D'un bout à l'autre bout
Roulavo lou tounerro !
Li roucas s'escrasavon,
Tout èro femissènt,
E lis ange beisavon
L'enfant de Betelèn.

COUBLET N°8 :
Quand i'avié 'n marrit pas,
Que la vierge tramblavo,
Lèu, lèu, de l'autre las,
Un ange la pourtavo ;
E pèr que sis espalo
Pousquèsson s'abrila,
L'ange estendié sis alo
Pèr mies lis acata.

COUPLET N°1 : Judie
Hélas ! Vous partez bien tôt,
Notre belle accouchée !
Vous emportez le plus beau
Qui est né dans la bourgade !
Vous entendez sur la montagne
La chouette hululer ;
La rosée de la nuit tombe ;
Votre enfant va geler.

COUPLET N°2 : Saint Joseph
Bonne femme de Dieu,
Il tomberait des hallebardes
Que pourtant je ne me dirais :
"À l'âne mettons le mord."
Il peut tomber de la rosée
Et faire mauvais temps,
Celui qui accompagne
M'a dit : "Vite, partons !"

COUPLET N°3 : Judie
Ma foi, si vous n'êtes pas fou .

COUPLET N°4 : Saint Joseph
Celui qui de là-haut .

COUPLET N°5 :
Dans le ciel, il vient de tonner... .

COUPLET N°6 : Judie
Laissez-moi bercer .

COUPLET N°7 :
Il y avait des éclairs, et partout
Le feu courait sur Terre ;
D'un bout à l'autre
Roulait le tonnerre !
Les rochers s'écrasaient,
Tout frémissait,
Et les anges embrassaient
L'enfant de Bethléem.

COUPLET N°8 :
Quand il y avait un mauvais pas,
Que la vierge tremblait,
Vite, vite, de l'autre côté,
Un ange la portait ;
Et pour que ses épaules
Puissent s'abriter,
L'ange étendait ses ailes
Pour mieux les protéger.


[Remonter]

* Sant-Jóusè m'a di / Saint-Joseph m'a dit :

- Présentation de cette chanson : On ne peut pas chanter des noëls de Provence sans parler de Satan, de la lutte entre le bien et le mal. "Et justement l’autre sant-Jóusè m’a dit de prendre garde par ici car quand il gèle, les gens méchants sortent et mieux vaut ne pas les rencontrer". Un indice si vous en croisez un, ils ont le nez de travers…
Classification conventionnelle : noël n°35 ou 26.

- Paroles : Écrites par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées sur son fascicule de 1671.

- Musique : Sur l'air "Noste paure cat".

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

Adaptation en français :

COUBLET N°1 :
San Iousé m’a di,
Pren te gardo, pren te gardo.
San Iousé m’a di
Pren te gardo pereici
Quan jale, quan neuo, lei marrìdei gen
Son per orto d’aqueou ten.

COUBLET N°2 :
M’a més quantecan
L’halabardo, l’halabardo,
M’a més quantecan
L’halabard'entre lei man :
Qui marcho, qui viuo ? Vese tres vouleur,
Qui va la ? Sian segur.

COUBLET N°3 :
Les ai vis de prés,
Qu’an de mourre, qu’an de mourre !
Lis ai vis de prés,
Qu’an de mourre de través,
De pato, de grifo, coume noste ca.
Et de coa coumo de ra.

COUBLET N°4 :
Vilen Belzebu,
Qu'as de bano, qu'as de bano,
Vilen Belzebu,
Qu'as de bano su lou su ;
Que rodes, que cerques ? saya rèn de tiou
Sian tous des enfan de Diou.

COUBLET N°5 :
Traite Lucifer,
Perque sortes, perque sortes,
Traite Lucifer
Perque sortes de l'Infer :
La casso, la pasquo, valon ren per tu,
Aro que Diou es vengu.

COUBLET N°6 :
Malhurous Satan
Qu’as les alo, qu’as les alo,
Malhurous Satan,
Qu’as les alo d’vn tauan
Que dises que grondes ? fasses pas lou fin 
Ton mèstr'es aqui dedin.

COUBLET N°7 :
Bel Ange Micheou,
Sortés vite, sortés vite.
Bel Ange Micheou
Sortés vite, venés leou.
Lei Diable barrulon à l’entour d'ou jas,
Manda les ou Pays bas.

COUBLET N°1 :
Sant-Jóusè m’a di :
Pren-te gardo, pren-te gardo !
Sant-Jóusè m’a di :
Pren-te gardo pèr ici !
Quand jalo, quand nèvo, li marrìdi gènt
Soun pèr orto d’aquéu tèms.

COUBLET N°2 :
M’a mes quatecant
L’alabardo, l’alabardo,
M’a mes quatecant
L’alabardo entre li man :
Qu marche ? Qu vive ? Vese tres voulur,
Qu va la ? Sian segur.

COUBLET N°3 :
Lis ai vist de près
Qu’an de mourre, qu’an de mourre !
Lis ai vist de près,
Qu’an de mourre de travès.
De pato, de grifo, coume noste cat,
E de co coume de rat !

COUBLET N°4 :
Vilen Belzebuth,
Qu'as de bano, qu'as de bano,
Vilen Belzebuth,
Qu'as de bano sus lou sus ;
Que rodes ? Que cerques ? Ça i'a rèn de tiéu
Sian tóuti dis enfant de Diéu.

COUBLET N°5 :
Traite Lucifèr,
Perqué sortes, perque sortes,
Traite Lucifèr
Perqué sortes de l'infèr :
La casso, la pesco, valon rèn pèr tu,
Aro que Diéu es vengu.

COUBLET N°6 :
Malurous Satan,
Qu’as lis alo, qu’as lis alo.
Malurous Satan,
Qu’as lis alo d’un tavan.
Que dises ? Que groundes ? Fagues pas lou fin !
Toun mèstre es aqui dedins.

COUBLET N°7 :
Bèl ange Michèu,
Sourtès vite, sourtès vite.
Bèl ange Michèu
Sourtès vite, venès lèu.
Li diable barrulon à l’entour dóu jas.
Mandas-lei au païs bas.

COUPLET N°1 :
Saint Joseph m'a dit :
"Prends garde ! Prends garde !"
Saint Joseph m'a dit :
"Prends garde ! Par ici,
Quand il gèle, quand il neige, les gens méchants
Sortent par ce temps-là."

COUPLET N°2 :
Il m'a mis sur le champ
(...)
La hallebarde entre les mains.
"Qui marche ? Qui vit ? Je vois trois voleurs !
Qui va là ? Nous ne sommes pas en sécurité."

COUPLET N°3 :
Je les ai vus de près
(...)
Ils ont des museaux de travers.
Des pattes, des griffes, comme notre chat,
Et des queues comme des rats !

COUPLET N°4 :
Vilain Belzébuth
(...)
Qui as des cornes sur le dessus de la tête ;
Pourquoi rodes-tu ? Qu'est-ce que tu cherches ?
Ici rien ne t'appartient,
Nous sommes tous des enfants de Dieu.

COUPLET N°5 :
Traître Lucifer,
(...)
Pourquoi sors-tu de l'enfer ?
La chasse, la pêche, ne valent rien pour toi,
Maintenant que Dieu est venu.

COUPLET N°6 :
Malheureux Satan,
(...)
Qui a les ailes d'un hanneton.
Que dis-tu ? Qu'est-ce que tu grognes ?
Ne fais pas le malin !
Ton maître est là-dedans.

COUPLET N°7 :
Bel ange Michel,
(...)
Sortez vite, venez vite.
Les diables se baladent autour de la bergerie.
Envoyez-les en enfer.

COUPLET N°1 :
Saint José m'a dit :
"Prends bien garde ! Prends bien garde !"
Saint José m'a dit :
"Prends bien garde ! Par ici,
Qu'il vente, qu'il neige, les mauvaises gens
Sortent par le mauvais temps."

COUPLET N°2 :
Il m'a fait cadeau
(...)
D'une pique et d'un flambeau.
"Qui marche ? Qui vive ? Je vois trois voleurs !
Qui va là ? J'ai froid et j'ai peur !"

COUPLET N°3 :
Quel mauvais air
(...)
Leur figure de travers.
Des pattes, des griffes, comme notre chat,
Avec une queue de rat !

COUPLET N°4 :
(...)
.


COUPLET N°5 :
Traître Lucifer,
(...)
Qui t'échappe de l'enfer.
La chasse, la pêche, te sont défendus,
Comme Dieu nous est venu.

COUPLET N°6 :
Malheureux Satan,
(...)
Qui bourdonne comme un taon.
Tu grognes, tu grondes,
Ne fais pas le fin,
Car ton maître est plus malin.

COUPLET N°7 :
Bel ange Michel,
(...)
Accoure vite, viens du ciel.
Le diable est là qui gronde à l'entour du mas.
Va des rétro Satanas !

Discographie / Enregistrements :
- CD "Saboly : Nouvè prouvençau" par Céline MAGRINI (Ed. Lou Prouvençau à l'Escolo, 2018)
- Enregistrement par Les Petits Chanteurs de Charlesbourg (2011 ?)
- CD "Noël Baroque en Pays d'Oc : Natalis Cordat & Nicolas Saboly" par La Camera delle Lacrime et Bruno BONHOURE (Ed. Alpha, 2011)
- CD "Noël Traditionnel de Provence, Chants et Musiques Sacrés" par Les Voix Solistes de La maîtrise Gabriel Fauré de Marseille (Ed. Worldwide, 2010)
- CD "Noëls provençaux" par Jean-Bernard PLANTEVIN (Ed. Croupatas, 1999)
- CD "BARCATRAILLE : De toutes les couleurs" par Barcatraille (Ed. Barcatraille, 1997)
- Disque vinyle 33 tours puis CD "La maîtrise chante noël en Provence : divertissement pastoral, 12 noëls de Saboly" (Harmonisés par Henri TOMASI)
par la Maîtrise d'enfants de la RTF, un ensemble instrumental de Radio France et les tambourinaires de la Massetto Maïanenco,
dirigés par Jacques JOUINEAU (Ed. Deutsche Grammophon Gesellschaft, 1963 / Believe The Restoration Project, 2013)
- Disque 33T "Noëls de France" (Mono Version) par l'Ensemble vocal de Jean-Paul KREDER (Ed. 1958 > Believe Digital 2018)


[Remonter]

* Segnour, n'es pas resounable / Seigneur, ce n'est pas raisonnable :

- Présentation de cette chanson : Vocabulaire d'architecture…
Classification conventionnelle : noël n°55.

- Paroles : Écrites par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées sur son fascicule de 1674.

- Musique : Sur l'air "Jeunes coeurs laissez-vous prendre".

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

COUBLET N°1 :
Seignour, n'es pas resonable,
Que lougès dins vn estable,
Venez vous metr'en repau,
Dins vn lio plus honorable,
Vous m'auez donna lei clau,
You vous doune mon houstau.

COUBLET N°2 :
Mon Doyen & mei Canonge,
Que son vn pou mai de vonge,
Gens de sen & de reson,
Faran ben ce qu'you me songe,
Garniran vosto meison,
De tout ce qu'oura beson.

COUBLET N°3 :
N'ioura ren que de doururo,
De relief d'architecturo,
D'ornamens & de Tableou,
D'vno for bello pinturo,
You espere que ben leou,
Sara qu'auquarren de beou.

COUBLET N°4 :
Per la vouto qu'es for belo,
Lis samenaran d'estelo,
Mai de millo per lou men
Lusiran coumo de candelo,
Crese qu'effectiuamen
Semblara lou firmamen.

COUBLET N°5 :
Faran fair'uno cadiero,
D'vno for belo maniero,
Per lei dous plus gran Seignour,
Que siejon su la frontiero,
Lors qu'un chacun à son tour,
Vous vendra faire sa cour.

COUBLET N°6 :
Enfin touto ma pensado,
Es que siege ben ornado :
Nioura ren de plus joli,
S'vn co pou estr'acabado,
Mai sara coumo se di,
Lou pon dou Sant Esperi.

COUBLET N°1 :
Segnour, n'es pas resounable,
Que lougès dins un estable,
Venes vous metre en repau,
Dins un liò plus ounourable,
Vous m'aves douna li clau,
Iéu vous doune moun oustau.

COUBLET N°2 :
Moun doyen e mi canounge,
Que soun un pòu mai de vounge,
Gènt de sèns e de resoun,
Faran bèn ço qu'iéu me songe,
Garniran vosto meisoun,
De tout ço qu'aura besoun.

COUBLET N°3 :
N'i'aura rèn que de doururo,
De relief d'architeituro,
D'ournamen(s) e de tabléu,
D'uno fort bello pinturo,
Iéu espère que bèn lèu,
Sara quaucaren de bèu.

COUBLET N°4 :
Pèr la vouto qu'es fort bello,
Lis samenaran d'estello,
Mai de milo pèr lou men
Lusiran coumo de candèlo,
Crese qu'efeitivamen
Semblara lou firmamen.

COUBLET N°5 :
Faran faire uno cadiero,
D'uno fort bello maniero,
Pèr li dous plus grand segnour,
Que siejon sus la frountiero,
Lorsqu'un chascun à soun tour
Vous vendra faire sa cour.

COUBLET N°6 :
Enfin, touto ma pensado
Es que siègue bèn ournado :
N'i'aura rèn de plus poulit,
S'un cop pòu èstre acabado,
Mai sara coumo se dis,
Lou pount dóu Sant Esperi.

COUPLET N°1 :
Seigneur, ce n'est pas raisonnable,
De loger dans une étable,
Venez vous mettre au repos
Dans un lieu plus honorable,
Vous m'avez donné la clef,
Moi je vous donnema maison.

COUPLET N°2 :
Mon doyen et mes chanoines
Qui sont un peu plus de onze,
Gens sensés et justes,
Feront bien ce que j'imagine,
Ils garniront votre maison
De tout ce dont elle aura besoin.

COUPLET N°3 :
Il n'y aura que des dorures,
Des reliefs d'architecture,
Des ornements et des tableaux,
D'une fort belle peinture.
Moi j'espère que, bientôt,
Ce sera quelque chose de beau.

COUPLET N°4 :
Pour la voûte qui est fort belle,
Ils sèmeront des étoiles,
Plus de mille, au moins ;
Elles brilleront comme des chandelles,
Je crois qu'effectivement,
Cela ressemblera au firmament.

COUPLET N°5 :
Ils feront faire une chaise
D'une fort belle manière,
Pour les deux plus grands seigneurs
Qui siègent sur la frontière,
Lorsque chacun à son tour
Viendra vous faire leur cour.

COUPLET N°6 :
Enfin, toute ma pensée
Est qu'elle soit bien ornée ;
Il n'y aura rien de plus joli,
Si un jour elle peut être achevée.
Mais ce sera comme l'on dit,
Le pont du Saint-Esprit.


[Remonter]

* Se vàutri sias countènt / Si vous êtes content :

- Présentation de cette chanson : .
Classification conventionnelle : noël n°39 ou 30.

- Paroles : Écrites par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées sur son fascicule de 1671.

- Musique : Sur l'air de "Vous dirai bèn soun noum".

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

COUBLET N°1 :
Se v'autre sia conten,
De ce qu'ai di dei Pastre :
Vous dirai qu'auquarren,
Dei Reèi de l'Orien
Que van aprés vn astre,
Iusquos en Bethleén.

COUBLET N°2 :
Elei tout en passan,
Veson lou Rei Herode,
Et li dison que van
Veir'vn Rei for puissan ;
Que s'an lou tem commode,
Din trei iour tournaran.

COUBLET N°3 :
Et coumo fan gran cas
De la nouuell'estelo,
La suiuon pas à pas,
Lei meno dens vn jas
Vont'er'vno pioucelo
Em'vn enfan ou bras.

COUBLET N°4 :
Aprés qu'an admira
Lou beou Rei que cercauon,
Toüi tres l'an adoura,
E piei l'an honora
Dei presen que portauon,
Et se son retira.

COUBLET N°5 :
Herode cepandan
Espero lei nouuello,
Les armos à la man,
Per ana quantequan
Den sa rage cruelo
Faire mouri l'enfant.

COUBLET N°6 :
L'Ange, que lou counei
Ven auerti lei mage,
Tournés plus ver lou Rei,
Car n'a ny fé ny lei,
Cresés me se sia sage
Leissa l'aqui vont'ei.

COUBLET N°7 :
Elei sorton dou jas
Plus vite qu'vn'auero,
S'en van d'vn aurre las,
Herode l'ou sau pas,
Incaro les espero
Em'vn gran pan de nas.

COUBLET N°1 :
Se vàutri sias countènt
De ço qu'ai di di pastre,
Vous dirai quaucarèn
Di rèi de l'Ouriènt,
Que van après un astre
Jusques en Betelèn.

COUBLET N°2 :
Éli, tout en passant,
Vèson lou Rèi Erode,
E li dison que van
Vèire un rèi fort puissant ;
Que, s'an lou tèms coumode,
Dins tres jour tournaran.

COUBLET N°3 :
E coume fan grand cas
De la nouvello estello,
La siegon pas à pas ;
Li mènon dins un jas
Vount èro uno piéucello
Em' un enfant au bras.

COUBLET N°4 :
Après qu'an amira
Lou bèu rèi que cercavon,
Toui tres l'an adoura,
E pièi l'an ounoura
Di presènt que pourtavon,
E se soun retira.

COUBLET N°5 :
Erode cependant,
Espèro li nouvello,
Lis armo(s) à la man,
Pèr ana quantecant,
Dins sa ràbi crudèlo,
Faire mouri l'enfant.

COUBLET N°6 :
L'Ange, que lou counèi,
Vèn averti li Mage :
Tournés plus vers lou Rèi,
Car n'a ni fe ni lèi :
Cresès-me, se sias sage,
Leissas l'aqui vount èi.

COUBLET N°7 :
Éli sorton dóu jas
Plus vite qu'uno vero ;
S'envan d'un autre las ;
Erode lou saup pas,
Encaro lis espèro
Em'un grand pan de nas !

COUPLET N°1 :
Si vous êtes contents
De ce que j'ai dit des bergers,
Je vous dirai quelque chose
Des rois de l'Orient,
Qui suivent un astre
Jusqu'à Bethléem.

COUPLET N°2 :
Eux, tout en passant,
Voient le roi Hérode
Et lui disent qu'ils vont
Voir un roi fort puissant ;
Que, si le temps leur est clément,
Dans trois jours, ils rentreront.

COUPLET N°3 :
Et comme ils font grand cas
De la nouvelle étoile,
Ils la suivent pas à pas.
Elle les mène dans une bergerie
Où se trouvait une pucelle
Avec un enfant au bras.

COUPLET N°4 :
Après qu'ils aient admiré
Le beau roi qu'ils cherchaient,
Tous trois l'ont adoré ;
Et puis ils l'ont honoré
Des cadeaux qu'ils portaient
Et se sont retirés.

COUPLET N°5 :
Hérode, cependant,
Attend de leurs nouvelles,
Les armes à la main,
Pour aller aussitôt,
Dans sa rage cruelle,
Faire mourir l'enfant.

COUPLET N°6 :
L'ange, qui le connaît,
Vient avertir les mages :
" Ne retournez pas auprès du roi
Car il n'a ni foi ni loi ;
Croyez-moi, si vous êtes sages,
Laissez-le là où il est."

COUPLET N°7 :
Eux, sortent de la bergerie
Plus vite qu'un troupeau ;
Ils s'en vont d'un autre côté.
Hérode ne le sait pas,
Il les attend encore
Avec un grand pied de nez !


[Remonter]

* Soun tres ome fort sage / Ce sont trois hommes fort sages :

- Présentation de cette chanson : .
Classification conventionnelle : noël n°30 ou 20.

- Paroles : Écrites par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées sur son fascicule de 1670.

- Musique : Sur l'air de "Je ne m'aperçois guère".

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

COUBLET N°1 :
Son tres home for sage,
Que van en Betlheen,
Les appellon de Mage,
Parce que son sauen :
Son tres home for sage,
Que van en Bethleen.

COUBLET N°2 :
Vno nouvell'estello
Dou cousta dou Leuan,
For brillant' & for bello,
Ly parei ou dauan,
Vno nouvell'estelo
Dou cousta dou Leuan.

COUBLET N°3 :
Sauon l'Astrologio
Per poude deuina,
Et la Philosophio
Per poude resouna ;
Sauon l'Astrologio
Per poude deuina.

COUBLET N°4 :
An iugea que l'estello
Es lou signe d'vn Rei,
Qu'es na d'vno Pioucello,
Per nous donna sa Lei.
An iugea que l'estello
Es lou signe d'vn Rei.

COUBLET N°5 :
An vi la prophetìo
Et son ista conten,
Que di que lou Messio
Vendra de Bethleen.
An vi la prophetìo
Et son ista conten.

COUBLET N°6 :
Se son mes en voyage
Per ana l'adoura,
Eissa su lou passage,
You lei vou espera,
Se son mes en voyage
Per ana l'adoura.

COUBLET N°1 :
Soun tres ome fort sage
Que van en Betelèn ;
Lis apellon de Mage,
Perço-que soun savènt.
Soun tres ome fort sage
Que van en Betelèn.

COUBLET N°2 :
Uno nouvello estello
Dóu coustat dóu Levant,
Fort brihanto e fort bello,
Li parèis au davan,
Uno nouvello estello,
Dóu coustat dóu Levant.

COUBLET N°3 :
Savon l'astroulougìo
Pèr poudé devina,
E la filousoufìo
Pèr poudé resouna.
Savon l'astroulougìo
Pèr poudé devina.

COUBLET N°4 :
An juja que l'estello
Es lou signe d'un rèi
Qu'es na d'uno piéucello,
Pèr nous douna sa lèi.
An juja que l'estello.
Es lou signe d'un rèi.

COUBLET N°5 :
An vist la proufecìo,
E soun esta countènt,
Que dis que lou Messìo
Vendra de Betelèn.
An vist la proufecìo,
E soun esta countènt.

COUBLET N°6 :
Se soun mes en vouiage,
Pèr ana l'adoura ;
Eiça, sus lou passage,
Iéu li vau espera.
Se soun mes en vouiage,
Pèr ana l'adoura.

COUPLET N°1 :
Ce sont trois hommes fort sages
Qui vont à Bethléem ;
On les appelle des mages,
Parce qu'ils sont savants.
Ce sont trois hommes fort sages
Qui vont à Bethléem.

COUPLET N°2 :
Une nouvelle étoile
Du côté du Levant,
Fort brillante et fort belle,
Leur paraît devant eux.
(...)

COUPLET N°3 :
Ils connaissent l'astrologie
Pour pouvoir deviner,
Et la philosophie
Pour pouvoir raisonner.
(...)

COUPLET N°4 :
Il ont jugé que l'étoile
Est le signe d'un roi
Qui est né d'une pucelle
Pour donner sa loi.
(...)

COUPLET N°5 :
Ils ont vu la prophétie,
Et ils ont été contents,
Qui dit que le messier
Viendra de Bethléem.
(...)

COUPLET N°6 :
Ils se sont mis en voyage
Pour aller l'adorer ;
Là sur le passage,
Moi je vais les attendre.
(...)


[Remonter]

* Sus, campanié ! Revihas-vous ! / Allez, sonneur de cloches ! Réveillez-vous ! :

- Présentation de cette chanson : Ce noël fait référence à plein d'instruments de musique... Le carillonneur lance tous les autres instruments pour annoncer la naissance de l'enfant divin !
Classification conventionnelle : noël n°67.

- Paroles : Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675).

- Musique : Sur l'air "D'un carihoun". Tempo de marche.

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

COUBLET N°1 :
Sus ! campanié, revihas-vous !
Lou jour parèis, l'aubo es levado,
Veici l'urouso matinado
Mounte devèn renaisse tous ;
Diéu vèn, e pèr soun arribado,
Sounas la proumièro sounado !
Fès que la grosso sone avan,
Din, don, din, dan !
Digue, digue, digue, dan !
Din, don, din, dan !

Diéu s'es fach enfant
Pèr sauva lou gènre uman.
Din, don, din, dan !
Foro, Satan ! (Bis)
Plus ges de guerro ! (Bis)
Que tout sié nouvèu !
La glòri au cèu,
E la pas sus la terro !

COUBLET N°2 :
La perlo ei raioun dóu soulèu
Se formo dedins la couquiho :
Diéu s'es fourma dins uno fiho
Pèr un astre plus grand qu'aquéu :
Enfin, en aquelo journado,
Aquelo perlo s'es fourmado
Pèr lou pres de nosto rançoun,
Din, dan, din, doun !
Digue, digue, digue, doun !
Din, dan, din, doun !

Veici lou segound,
Qu'es en formo de trignoun.
Din, dan, din, doun !
Foro demoun ! (Bis)
Plus ges de guerro ! (Bis)
Que tout sié nouvèu !
La glòri au cèu,
E la pas sus la terro !

COUBLET N°3 :
Courage ! veici la clarta :
Diéu la dono à sa creaturo.
Li a plus de nue dins la naturo,
Ni d'oumbro ni d'escurita :
Sus dounc pèr la joio publico,
Vióuloun, auboues, basso e musico !
Jougas-li toui un carihoun.
Din, dan, din, doun !
Digue, digue, digue, doun !
Din, dan, din, doun !

N'es-ti pas resoun
De recounèisse un tau doun ?!
Din, dan, din, doun !
E leissen dounc (Bis)
Lei causo vano, (Bis)
E que nòstei cor
Sonon plus fort
Que tóutei lei campano !

COUBLET N°4 :
Tatort ! anen, fau mai souna !
Gros campanié, prenes courage !
Que Diéu benigue voste óubrage :
Pèr reculi, fau samena.
Din, dan ! aurés la bono estreno,
La cacho-maio sara pleno :
Es au-jour-d'uei lou jour de l'an :
Din, doun, din, dan !
Digue, digue, digue, dan !
Din, doun, din, dan !

Lei bèus escut blanc
Que toumbon dins vòstei man !
Din, doun, din, dan !
Que d'escut blanc ! (Bis)
N'aurés de rèsto... (Bis)
Acò's proun souna !
Venès dina,
Pèr acaba la fèsto.

COUBLET N°1 :
Sus ! campanié, revihas-vous !
Lou jour parèis, l'aubo es levado,
Veici l'urouso matinado
Mounte devèn renaisse tous ;
Diéu vèn, e pèr soun arribado,
Sounas la proumièro sounado !
Fès que la grosso sone avans,
Din, don, din, dan !
Digue, digue, digue, dan !
Din, don, din, dan !

Diéu s'es fach enfant
Pèr sauva lou gènre uman.
Din, don, din, dan !
Foro, Satan ! (Bis)
Plus ges de guerro ! (Bis)
Que tout sié nouvèu !
La glòri au cèu,
E la pas sus la terro !

COUBLET N°2 :
La perlo i raioun dóu soulèu
Se formo dedins la couquiho :
Diéu s'es fourma dins uno fiho
Pèr un astre plus grand qu'aquéu :
Enfin, en aquelo journado,
Aquelo perlo s'es fourmado
Pèr lou pres de nosto rançoun,
Din, dan, din, doun !
Digue, digue, digue, doun !
Din, dan, din, doun !

Veici lou segound,
Qu'es en formo de trignoun.
Din, dan, din, doun !
Foro demoun ! (Bis)
Plus ges de guerro ! (Bis)
Que tout sié nouvèu !
La glòri au cèu,
E la pas sus la terro !

COUBLET N°3 :
Courage ! veici la clarta :
Diéu la dono à sa creaturo.
I'a plus de niue dins la naturo,
Ni d'oumbro ni d'escurita :
Sus dounc pèr la joio publico,
Vióuloun, auboues, basso e musico !
Jougas-li toui un carihoun.
Din, dan, din, doun !
Digue, digue, digue, doun !
Din, dan, din, doun !

N'es-ti pas resoun
De recounèisse un tau doun ?!
Din, dan, din, doun !
E leissen dounc (Bis)
Li causo vano, (Bis)
E que nòsti cor
Sonon plus fort
Que tóuti li campano !

COUBLET N°4 :
Tatort ! anen, fau mai souna !
Gros campanié, prenes courage !
Que Diéu benigue voste óubrage :
Pèr reculi, fau samena.
Din, dan ! aurés la bono estreno,
La cacho-maio sara pleno :
Es au-jour-d'uei lou jour de l'an :
Din, doun, din, dan !
Digue, digue, digue, dan !
Din, doun, din, dan !

Li bèus escut blanc
Que toumbon dins vòsti man !
Din, doun, din, dan !
Que d'escut blanc ! (Bis)
N'aurés de rèsto... (Bis)
Acò's proun souna !
Venès dina,
Pèr acaba la fèsto.

COUPLET N°1 :
Allez ! Sonneur de cloches, réveillez-vous !
Le jour paraît, l'aube se lève,
Voici l'heureuse matinée
Où nous devons renaître tous ;
Dieu vient, et pour son arrivée,
Sonnez la première sonnerie !
Faites que la grosse cloche sonne avant,
Ding dong ding dong !
Dieu s'est fait enfant
Pour sauver le genre humain.
Ding dong ding dong !
Dehors, démon ! (Bis)
Plus jamais de gerrre ! (Bis)
Que tout soit nouveau !
La gloire au ciel,
Et la paix sur la Terre !

COUPLET N°2 :
La perle est rayon de soleil
Se forme dans la coquille :
Diéu s'est formé dans une fille
Par un astre plus grand que celui :
Enfin, en cette journée,
Cette perle s'est formée
Par le prix de notre rançon,
Ding dong ding dong !
Voici le second,
Qui est en forme de carillon.
Ding dong ding dong !
Dehors, démon ! (Bis)
Plus de gerrre ! (Bis)
Que tout soit nouveau !
La gloire au ciel,
Et la paix sur la Terre !

COUPLET N°3 :
Courage ! Voici la clarté :
Dieu la donne à sa créature.
Il n'y a plus de nuit dans la nature,
Ni d'ombre ni d'obscurité :
Allez donc pour la joie du public,
Violon, hautbois, basse et musique !
Jouez leur tous un carillon.
Ding dong ding dong !
N'est-ce pas raisonnable
De reconnaître un tel don ?!
Ding dong ding dong !
Et laissons donc (Bis)
Les choses (Bis)
Et que vos cors (choeurs)
Sonnent plus fort
Que toutes les cloches !

COUPLET N°4 :
T
Gros sonneur de cloches, prenez courage !
Que Dieu bénisse votre ouvrage :
Pour cueillir, il faut semer.
Ding, dong ! Vous aurez
La
C'est aujourd'hui le jour de l'an,
Ding dong ding dong !
Les beaux écus blancs
Qui tombent dans vos mains !
Ding dong ding dong !
Que d'écus blancs ! (Bis)
Vous en aurez en reste... (Bis)
Cela a assez sonné !
Venez dîner,
Pour achever la fête.


[Remonter]

* Sus lou coutau / Sur le coteau :

- Présentation de cette chanson : Noël calme.
Classification conventionnelle : noël n°28 ou 18.

- Paroles : Écrites par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées sur son fascicule de 1670.

- Musique : Sur l'air de "Dis-moi, Grisel". En mode mineur.

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

COUBLET N°1 :
Sv lou coutau,
Lei pastres en repau,
Pré de son cabanau,
Gardauon lou bestiau,
Que non prenguesse mau ;
La negro nüé l'iauie gara la visto,
Vno clarta dou Ciel à l'improuisto,
Venguet,
Et les ébloüïguet.

COUBLET N°2 :
N'iaguet ben nou,
Puleou mato que fou,
Que de la malo pou,
Douneron tous ou sou,
Et de cap & de cou ;
L'Ange diguet, su, leva vous bregado,
Que voaste pou à la fin sie passado,
You siou
Lou messagie de Diou.

COUBLET N°3 :
Diou a douna,
Son fis Iesu, qu'es na
Que ven vous perdouna,
Vous l'y fou tous ana,
Vous l'y vole mena ;
Vous troubarés aqueou fis adourable,
En Bethleen, dens vn marrit estable,
Ou sou,
Pré d'vn as' & d'vn biou.

COUBLET N°4 :
Ourien ousi,
Volontiers à plesi,
Vn concer ben chousi,
Qu'auié déja brusi,
Mai n'auien pas lesi :
D'Ange disien dessu sei lu d'yuori,
Ou Diou d'en-hau, sie tout hounour & glori.
Et pas
Es home d'eilabas.

COUBLET N°1 :
Sus lou coutau,
Li pastre(s) en repaus,
Près de soun cabanau,
Gardavon lou bestiau,
Que noun prenguèsse mau ;
La negro niue i'avié gara la visto,
Uno clarta dóu cèu à l'emprevisto
Venguè,
E lis esblouïguè.

COUBLET N°2 :
N'i'aguè bèn nòu,
Pulèu mato que fòu,
Que, de la malo pòu,
Dounèron toui au sòu,
E de cap e de còu.
L'ange diguè : "Sus ! Levas-vous, bregado !
Que vosto pòu à la fin sié(gue) passado :
Iéu siéu
Lou messagié de Diéu.

COUBLET N°3 :
Diéu a douna
Soun fiéu Jèsu qu'es na,
Que vèn vous perdouna ;
Vous ié fau toui ana,
Vous ié vole mena ;
Vous troubarés aquéu Diéu adourable
En Betelèn, dins un marrit estable,
Au sòu,
Près d'un ase e d'un biòu."

COUBLET N°4 :
Aurien ausi
Voulountié, à plesi,
Un councert bèn chausi
Qu'avié deja brusi ;
Mai n'avien pas lesi.
D'ange disien dessus si lut d'evòri :
"Au Diéu d'en aut, sié(gue) tout ounour e glòri !
E pas
Is ome d'eilabas !"

COUPLET N°1 :
Sur le coteau,
Les bergers en repos,
Près de leur cabane,
Gardaient le bétail.
Afin qu'il ne leur arrivât pas de malheur,
La nuit noire leur avait ôté la vue,
Une clarté du ciel à l'improviste
Vînt
Et les éblouit.

COUPLET N°2 :
Il y en eut bien neuf,
Plutôt extravagants que fous,
Qui, de la male peur,
Donnèrent tous au sol,
Et de la tête et de cou.
L'ange dit : "Allons ! Levez-vous, brigants !
Que votre peur soit enfin passée,
Moi, je suis
Le messager de Dieu.

COUPLET N°3 :
Dieu a donné
Son fils Jésus qui est né,
Qui vient vous pardonner ;
Il vous faut aller vers lui,
Je veux vous y conduire ;
Vous trouverez ce fils adorable
À Bethléem, dans une mauvaise étable,
Au sol,
Près d'un âne et d'un boeuf."

COUPLET N°4 :
Ils auraient écouté
Volontiers, avec plaisir,
Un concert bien choisi
Qui avait déjà retenti
Mais ils n'en avaient pas le loisir,
Des anges disaient sur leurs luths d'ivoire :
"Au Dieu d'en haut, soit tout honneur et gloire !
Et paix
Aux hommes d'ici-bas !"

Discographie / Enregistrements :
- CD "Cantem Nadal – Noël Baroque Occitan" par Éric MONTBEL, Les Passions et Les Sacqueboutiers (Ed. Ligia Digital/Distribution Harmonia Mundi, 2009)


[Remonter]

* Tòni, Guilhen, Peiroun / Toni, Guilhem, petit Pierre :

- Présentation de cette chanson : .
Classification conventionnelle : noël n°22 ou 10.
(NB : À ne pas confondre avec "Guihaume, Tòni, Pèire" de SÉRAPION)

- Paroles : Écrites par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées en 1669 sur son deuxième fascicule.

- Musique : Sur l'air de "Tout mon plus grand plaisir".

Version originelle :

Version provençale ne graphie mistralienne :

Traduction en français :

COUBLET N°1 :
Toni, Guillèn, Peiron, Iuan, Esteve, Souuaire,
Quitta voastei mouton, laissa voste araire,

REFRIN :
Courrez, despacha vous, venez veire vitamen l'enfan eme la maire.

COUBLET N°2 :
Quitta voastei mouton, lassa voastes araire,
Lou fis de Diou es nat eissi din lou terraire,

AU REFRIN

COUBLET N°3 :
Lou fis de Diou es nat eissi din lou terraire,
Es dins vn marri jas tout descuber pechaire.

AU REFRIN

COUBLET N°4 :
Es dins vn marri jas tout descuber pechaire,
Quand sarez din lou jas veissi ce que fou faire,

AU REFRIN

COUBLET N°5 :
Quand sarez din lou jas veissi ce que fou faire :
Ana beisa lei pé dou fis de Diou lou Paire.

AU REFRIN

COUBLET N°6 :
Ana beisa lei pé dou fis de Diou lou Paire,
Et recouneissés lou comme voste bon fraire.

AU REFRIN

COUBLET N°7 :
Et recouneissés lou comme voste bon fraire,
Quand l'ourés adora, metez vous an-vn caire.

AU REFRIN

COUBLET N°8 :
Quand l'ourés adora, metez vous an-vn caire
Li deou veni trei Rei amai n'istaran gaire.

AU REFRIN

COUBLET N°9 :
Li deou veni trei Rei amai n'istaran gaire ;
Quand saran arriba, lei fagués pas mau traire.

AU REFRIN

COUBLET N°10 :
Quand saran arriba, lei fagués pas mau traire,
Car vous farien vira coume de debanaire.

AU REFRIN

COUBLET N°11 :
Car vous farien vira coume de debanaire ;
Regardas soulamen aquéli bèus afaire.

AU REFRIN

COUBLET N°12 :
Regardas soulamen aquéli bèus afaire,
E pièi gagnas dóu pèd coume lis amoulaire.

AU REFRIN

COUBLET N°1 :
Tòni, Guihèn, Peiroun, Jan, Estève, Sauvaire,
Quitas vòsti móutoun, leissas vòstis araire,

REFRIN :
Courrès, despachas-vous, venès vèire vitamen
L'enfant emé la maire.

COUBLET N°2 :
Quitas vòsti móutoun, leissas vòstis araire,
Lou fiéu de Diéu es na, eici dins lou terraire.

AU REFRIN

COUBLET N°3 :
Lou fiéu de Diéu es na, eici dins lou terraire,
Es dins un marrit jas tout descubert, pecaire !

AU REFRIN

COUBLET N°4 :
Es dins un marrit jas tout descubert, pecaire !
Quand sarés dins lou jas, veici ço que fau faire...

AU REFRIN

COUBLET N°5 :
Quand sarés dins lou jas, veici ço que fau faire :
Anas beisa li pèd dóu fiéu de Diéu lou paire.

AU REFRIN

COUBLET N°6 :
Anas beisa li pèd dóu fiéu de Diéu lou paire,
E recouneissès-lou coume voste bon fraire.

AU REFRIN

COUBLET N°7 :
E recouneissès-lou coume voste bon fraire.
Quand l'aurés adoura, metès-vous à-n-un caire.

AU REFRIN

COUBLET N°8 :
Quand l'aurés adoura, metès-vous à-n-un caire ;
Li dèu veni tres rèi, emai n'istaran gaire.

AU REFRIN

COUBLET N°9 :
Li dèu veni tres rèi, emai n'istaran gaire ;
Quand saran arriba, li fagués pas mau-traire.

AU REFRIN

COUBLET N°10 :
Quand saran arriba, li fagués pas mau-traire
Car vous farien vira coume de debanaire.

AU REFRIN

COUBLET N°11 :
Car vous farien vira coume de debanaire ;
Regardas soulamen aquéli bèus afaire.

AU REFRIN

COUBLET N°12 :
Regardas soulamen aquéli bèus afaire
E pièi gagnas dóu pèd coume lis amoulaire.

AU REFRIN

COUPLET N°1 :
Antoine, Guillaume, Pierrot, Jean, Étienne, Sauveur,
Quittez vos moutons, laissez vos charrues,

REFRAIN :
Courrez, dépêchez-vous, venez vite voir
L'enfant avec la mère.

COUPLET N°2 :
Quittez vos moutons, laissez vos charrues,
Le fils de Dieu est né, ici, dans le terroir.

AU REFRAIN

COUPLET N°3 :
Le fils de Dieu est né, ici, dans le terroir,
Il est dans une mauvaise bergerie toute découverte, peuchère !

AU REFRAIN

COUPLET N°4 :
Il est dans une mauvaise bergerie toute découverte, peuchère,
Quand vous serez dans la bergerie, voici ce qu'il faut faire...

AU REFRAIN

COUPLET N°5 :
Quand vous serez dans la bergerie, voici ce qu'il faut faire,
Allez baiser les pieds du fils de Dieu le père.

AU REFRAIN

COUPLET N°6 :
Allez baiser les pieds du fils de Dieu le père,
Et reconnaissez-le comme votre bon frère.

AU REFRAIN

COUPLET N°7 :
Et reconnaissez-le comme votre bon frère.
Quand vous l'aurez adoré, mettez-vous dans un coin.

AU REFRAIN

COUPLET N°8 :
Quand vous l'aurez adoré, mettez-vous dans un coin ;
Il doit venir là trois rois et ils ne resteront guère.

AU REFRAIN

COUPLET N°9 :
Il doit venir là trois rois et ils ne resteront guère ;
Quand ils seront arrivés, ne les importunez pas.

AU REFRAIN

COUPLET N°10 :
Quand ils seront arrivés, ne les maltraitez pas
Car ils vous feraient tourner comme des dévidoirs.

AU REFRAIN

COUPLET N°11 :
Car ils vous feraient tourner comme des dévidoirs ;
Regardez seulement ces belles affaires.

AU REFRAIN

COUPLET N°12 :
Regardez seulement ces belles affaires
Et puis jouez du pied comme les aiguiseurs de couteaux.

AU REFRAIN


[Remonter]

* Touro-louro-louro lou gau canto / Cocorico le coq chante :

- Présentation de cette chanson : Noël très populaire dans le monde entier ! Dans le troisième couplet, cette chanson fait référence à la terrible inondation de 1674 qui a eu lieu en Avignon.
Classification conventionnelle : noël n°56 ou 50.
NB : Ce noël a été imité par A.PEYROL en 1758 : "Touro-louro-louro lou chin japo".

- Paroles : De Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), écrites et éditées en 1674.

- Musique : Sur l'air "De Bourgogne".

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Version en graphie classique :

Traduction en français :

Traduction en anglais :

COUBLET N°1 :
Tovro louro louro lou gau canto,
Et n’es pas incaro iour,
You m’en vou en terro Santo
Per veire noste Seignour :
Voas tu veni ?
Nani nani,
Vendras pron ben,
N’en farai ren.
Guillaume Guillaume,
Ou m'en s’you non tourne plus
Fai me dir'vnei sessaume,
Helas mon Diou,
Que farai you!
Siou pauourous coum'vn poulet
Quan siou soulet. (Bis)

COUBLET N°2 :
Touro louro louro l’auro meno,
Et me fai boufa lei de ;
Certes you siou ben en peno,
Ai pou de mouri de fre :
Hou de l’hostau ?
Qui piqu'auau,
Voudriou louja ?
Sian tous coija,
Grangiero grangiero,
Ouurez me, siou tout jala,
Bouta me den la feniero,
Helas mon Diou !
Que farai you !
Lou paure vonte tirarai!
Beleou mourrai ! (Bis)

COUBLET N°3 :
Touro louro louro lei ribiero,
An desia tout inonda ;
Vese plus ren lei broutiero ;
Beleou me faudra neda :
Quauque barquè?
N'ia pas dequè,
Von passarai ?
Certo non sai,
Souuaire Souuaire,
Tu n'as gis de carita,
N'es pas ansin que fou faire ;
Helas mon Diou,
Que farai you !

Lou paure vonte passarai ;
Me negarai. (Bis)

COUBLET N°4 :
Touro louro louro per fortuno,
Siou sorti d’vn meichan pas :
La poade conta per vno,
Enfin ai trouba lou ias ;
Bon iour à tous,
Emais à vous,
Et que fasez
Vous lou vesez,
Mario Mario
Vous estrugue dou beou Fis
Lou veritable Messio.
Bon San Iousé
Se me cresé
Me farés veire l’Enfan,
Qu’iou ame tan. (Bis)

COUBLET N°1 :
Touro-louro-louro ! Lou gau canto,
E n’es pas encaro jour ;
Iéu m’en vau en terro santo,
Pèr vèire noste segnour.
- Vos-tu veni ?
- Nàni, nàni.
- Vendras proun bèn !
- N’en farai rèn.
- Guihaume ! Guihaume !
Au mens s’iéu noun torne plus,
Fai-me dire ùni sèt-saume.
Helas ! moun Diéu !
Que farai iéu ?
Siéu pavourous coume un poulet,
Quand siéu soulet. (Bis)

COUBLET N°2 :
Touro-louro-louro ! L’auro meno
E me fai boufa li det ;
Certo iéu siéu bèn en peno,
Ai pòu de mouri de fre.
- Hòu ! de l’oustau !
- Quau pico avau ?
- Voudriéu louja.
- Sian toui coija !
- Grangiero ! Grangiero !
Durbès-me siéu tout jala ;
Boutas-me dins la feniero.
Helas ! moun Diéu !
Que farai iéu ?
Lou paure ! vounte tirarai ?
Belèu mourrai ! (Bis)

COUBLET N°3 :
Touro-louro-louro ! Li ribiero
An deja tout inounda
Vese plus rèn li broutiero,
Belèu me faudra nada.
- Quauque barquet ?
- N'i'a pas dequé !
- Vount passarai ?
- Certo, noun sai !
- Sauvaire ! Sauvaire !
Tu n'as ges de carita,
N'es pas ansin que fau faire.
Helas ! moun Diéu !
Que farai iéu ?
Se me cresès,
Lou paure, vounte passarai ?
Me negarai ! (Bis)

COUBLET N°4 :
Touro-louro-louro ! Pèr fourtuno,
Siéu sourti d’un meichant pas ;
La pode coumta pèr uno !
Enfin ai trouba lou jas.
- Bonjour à tous !
- Emai à vous !
- De que fasès ?
- Vous lou vesès.
- Marìo, Marìo !
Vous estrugue dóu bèu fiéu,
Lou veritable messìo.
Bon Sant-Jóusè,
Se me cresès,
Me farès vèire l’enfant
Qu’iéu ame tant. (Bis)

COUBLET N°1 :
Tura-lura-lura ! Lo gau canta,
.... (bis)

COUBLET N°2 :
Tura-lura-lura ! L’aura ... ! (bis)

COUBLET N°3 :
Tura-lura-lura ! ... ! (bis)

COUBLET N°4 :
Tura-lura-lura ! Per fortuna,
... (bis)

COUPLET N°1 :
Cocorico ! Le coq chante,
Et le jour n'est pas encore levé.
Moi je m'en vais en terre sainte
Pour voir notre seigneur.
- Veux-tu venir ?
- Non, non.
- Viendras-tu ?
- Je n'en ferai rien.
- Guillaume ! Guillaume !
Au moins si je ne reviens plus,
Fais-moi dire
Hélas ! Mon Dieu !
Que ferai-je moi ?
Je suis un pauvre, comme un poulet,
Quand je suis seul. (Bis)

COUPLET N°2 :
Cocorico ! La bise souffle,
Et me fait souffler sur mes doigts.
Certes, moi je suis bien en peine,
J'ai peur de mourir de froid.
- Hola la maisonnée !
- Qui tape ici bas ?
- Je voudrais loger !
- Nous sommes tous
- Hôtesse !
Ouvrez-moi, je suis tout gelé ;
Mettez-moi dans la
Hélas ! Mon Dieu !
Que ferai-je moi ?
Le pauvre ! Où j'irai ?
Peut-être je mourrai ! (Bis)

COUPLET N°3 :
Cocorico ! Les rivières
Ont déjà tout inondé.
Je ne vois plus rien
Peut-être me faudra-t-il nager.
- Quelque barque ?
- Il n'y en a pas.
- Où je passerai ?
- Certes, je ne le sais pas !
- Sauveur ! Sauveur !
Tu n'as pas de charité,
Ce n'est pas ainsi qu'il faut faire.
Hélas ! Mon Dieu !
Que ferai-je moi ?
Si tu me croyais,
Le pauvre, où passerai-je ?
Je me noyerai ! (Bis)

COUPLET N°4 :
Cocorico ! Par fortune,
Je suis sorti d'un méchant pas.
Je l'ai échappé belle !
Enfin, j'ai trouvé la bergerie.
- Bonjour à tous !
- Également à vous !
- Que faites-vous ?
- Vous le voyez.
- Marie, Marie !
Je vous complimente pour votre beau fils,
Le véritable messie.
Bon saint Joseph,
Si vous me croyez,
Vous me ferez voir l'enfant
Que moi j'aime tant. (Bis)

COUPLET N°1 :
Touro louro louro! Cocks are crowing,
Though there is no dawning light,
For the stars are brightly glowing
In the Holy Land to night.
“Who’ll walk with me?”
(“Not I, not I”)
“Who’ll walk with me?”
(“Not I, not I”)
Oh, come now, no, come now.
Should I ne’er return a gain,
Say the sev’n Psalms in remembrance.
A lack a-day
(A lack a-day)
Like a lonely, wayward child
Alone I go. (Bis)

COUPLET N°2 :
Touro louro louro! Winds are blowing,
Making fingers blue with cold,
Trudging wearily I’m going,
Suff’ring miseries untold.
“I must find rest,”
(“No rest for you.”)
“I must find rest!”
(“No rest for you.”)
Oh, come now, good farmer,
Let me in for just one night.
In the barn I would be sleeping.
And if you don’t, where can I go?
If you’re unkind,
No rest I’ll find
No rest I’ll find. (Bis)

 

 

 

 

 

 

 

COUPLET N°4 :
Touro louro louro! Now I’m happy,
For I’ve found the manger here,
On the hay, inside the stable,
Lies the wondrous child so dear.
“Why art thou sad?”
(“Be strong and glad”)
“Why art thou sad?”
(“Be strong and glad”)
Oh, Mary! (“Oh, Mary!”)
All the world will praise thy name,
For to us is born a Savior,
Saint Joseph too,
Blessings on you.
Let us unite in singing now
To one we love. (Bis)

Ou encore :
COUPLET N°1 :

Touro-louro-louro, snow has fallen,
As across the fields I roam.
Touro-louro-louro, winds are blowing,
And I am so far from home. (Bis)

Discographie / Enregistrements :
- CD "Chanticleer sing Christmas" par Chanticleer (Ed. Warner Music, 2020)
- CD "Chants sacrés de Noël / Les plus belles polyphonies sacrées" par l'Ensemble Vocal de Paris (Ed. Coda Musique, 2018)
- CD "Les Chorales de France chantent Noël, Volume 1" par le Choeur Chantejeau (Ed. Coda Musique, 2018)
- CD "The Music of Christmas" par Glenn LEDBETTER (Ed. CDBaby, 2018)
- CD "French Traditional Christmas Songs with Piano and Harp" par Baby Sleep Ensemble (Ed. Zakari Music, 2015)
- CD "French Christmas: Background Music Box" par Nursery Tunes (Ed. Nursery Tunes, 2015)
- CD "Christmas : Hymns and Carols" par Robert Shaw Chorale (Ed. Holiday Classic Records, 2012)
- CD "Ultimate Acoustic - 101 Classic Tracks" par Simon JAMES (Ed. APM Acoustic, 2012)
- CD "Chantons Noël en Choeur" (Ed. Marianne Mélodie, 2005)
- Recording par Robert Binkley Chorale et Mc Gavock High School Madrigals groups(Ed. 2005)
- CD "Bozic u svijetu, Chistmas Across The World" par Lado (Ed. Aquarius Records, 2004)
- CD "Noel Noel" par Anne Phillips Singers (Ed. Conawago, 2002)
- CD "A Renaissance Christmas" par Knight Song (Ed. KnightSong, 2002)
- CD "Christmas Treasures par Eileen MAGER & Ellen BROWN (Ed. Mager Associates Inc, 1999)
- CD "Noëls provençaux" par Jean-Bernard PLANTEVIN (Ed. Croupatas, 1999)
- CD "Songs of Angels, Christmas Hymns & Carols" par Robert SHAW & Alice PARKER (Ed. Telarc Records, 1994)
- CD "Old Christmas Return'd" - Christmas music and song from past ages" par The York Waits (Ed. Saydisc Records, 1992)
- CD "Nadal : Traditional Mediterranean Carols" par Strada (Ed. Analekta fleurs de lys, 1992)
- Disque par Les Petits Chanteurs à la Croix de Bois
- Disque > CD "Cant e musica de Provença" du groupe Mont-Jòia (Ed. Le Chant du Monde, 1976)
- Disque "" par The Calhoun Choir (Ed. Magnificat Album, 1966)


[Remonter]

* Tu que cerques ti delice / Toi qui cherches tes délices :

- Présentation de cette chanson : Chant sur les 7 péchés capitaux.
Classification conventionnelle : noël n°53 ou 47.

- Paroles : Écrites par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées sur son fascicule de 1673.

- Musique : Sur l'air de "Amarante est jeune et belle".

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

COUBLET N°1 :
Tv que cerques tei delice
Que n'ames que tei plesi,
N'auras tu iamai lesi,
De dir'adiou a tei vice,
Puis que Diou, helas !
Cerco ren que lei suplice,
Puis que Diou, helas !
Souffro dens vn jas.

COUBLET N°2 :
Ton houstau n'es pas capable
De lougea la vanita,
Voas vn Palay encanta,
Sies tu pas ben miserable,
Puis qu'un Diou, helas,
Se countènto d'un estable,
Puis qu'un Diou, helas,
Logeo dens vn jas.

COUBLET N°3 :
Ou fon de ta cambro nouo
Lors que tires lou rideou,
Ny l'art ny mai lou pinceou,
Mancon pas à ton alcouo,
Mai Iesus, helas !
N'es pas aqui que se trouo,
Mai Iesus ! helas !
Es ou fon d'vn jas.

COUBLET N°4 :
Lei viando lei plus exquiso
Lei vin lei plus delica,
Podon iamai tro flata,
Ton gous ny ta gourmandiso :
Et Iesus, helas !
Humo lou ven & la biso,
Et Iesus, heilas !
Iuno dens vn jas.

COUBLET N°5 :
Apres qu'as ben fa ripaillo,
Te couches dens vn beou lie,
Tout garni de brodarie,
Et d'vno for bello taillo,
Et ton Diou, helas !
Coucho sus vn pau de paillo,
Et ton Diou, helas !
Coucho dens vn jas.

COUBLET N°1 :
Tu que cerques ti delice,
Que n'ames que ti plesi,
N'auras-tu jamai lesi
De dire adiéu à ti vice ?
Pièisque Diéu, ailas,
Cerco rèn que li suplice,
Pièisque Diéu, ailas !
Soufro dins un jas.

COUBLET N°2 :
Toun oustau n'es pas capable
De louja la vanita :
Vos un palai encanta,
Sies-tu pas bèn miserable,
Pièisqu'un Diéu, ailas,
Se countènto d'un estable,
Pièisqu'un Diéu, ailas,
Lojo dins un jas !?

COUBLET N°3 :
Au founs de ta chambro novo,
Lorsque tires lou ridèu,
Ni l'art, nimai lou pincèu
Mancon pas à toun alcovo ;
Mai Jèsu, ailas,
N'es pas aqui que se trovo ;
Mai Jèsu, ailas,
Es au founs d'un jas.

COUBLET N°4 :
Li viando li plus esquiso,
Li vin li plus delica,
Podon jamai trop flata
Toun goust ni ta gourmandiso ;
E Jèsu, ailas,
Umo lou vènt e la biso ;
E Jèsu, ailas,
Juno dins un jas !

COUBLET N°5 :
Après qu'as bèn fa ripaio,
Te couches dins un bèu lié
Tout garni de broudarié,
E d'uno fort bello taio ;
E toun Diéu, ailas !
Coucho sus un pau de paio !
E toun Diéu, ailas,
Coucho dins un jas !

COUPLET N°1 :
Toi qui cherches tes délices,
Qui n'aimes que tes plaisirs,
N'auras-tu jamais le loisir
De dire adieu à tes vices ?
Puisque Dieu, hélas,
Ne cherche rien que les supplices,
Puisque Dieu, hélas,
Souffre dans une bergerie.

COUPLET N°2 :
Ta maison n'est pas capable
De loger la vanité :
Tu veux un palais enchanté,
N'es-tu pas bien misérable
Puisque Dieu, hélas,
Se contente d'une étable,
Puisque Dieu, hélas,
Loge dans une bergerie.

COUPLET N°3 :
Au fond de ta chambre neuve,
Lorsque tu tires le rideau,
Ni l'art, ni même le pinceau,
Ne manque pas à ton alcôve ;
Mais Jésus, hélas,
Ce n'est pas ici qu'il se trouve ;
Mais Jésus, hélas,
Est au fond d'une bergerie.

COUPLET N°4 :
Les viandes les plus exquises,
Les vins les plus délicats,
Ne peuvent jamais trop flatter
Ton goût ni ta gourmandise ;
Et Jésus, hélas,
Hume le vent et la bise ;
Et Jésus, hélas,
Jeûne dans une bergerie !

COUPLET N°5 :
Après que tu aies bien fait ripaille,
Tu te couches dans un beau lit
Tout garni de broderies,
Et d'une fort belle taille ;
Et ton Dieu, hélas,
Couche sur un peu de paille !
Et ton Dieu, hélas,
Couche dans une bergerie !

Discographie / Enregistrements :
- CD "Renaissance en Provence" par The Terra Nova Consort (Ed. Dorian, Sue Carney & Patricia M. O'Scannell, 1998)
- CD "Noël Baroque en Pays d'Oc : Natalis Cordat & Nicolas SABOLY" par La Camera delle Lacrime et Bruno BONHOURE (Ed. Alpha, 2011)


[Remonter]

* Un ange a fa la crido / Un ange a fait l'annonce :

- Présentation de cette chanson : Les bergers annoncent la naissance du Messie aux bergers, en premier.
Classification conventionnelle : noël n°45 ou 39.

- Paroles : Écrites par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées sur son fascicule de 1672.

- Musique : Sur l'air de "Iéu n 'aviéu".

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

COUBLET N°1 :
Vn Ang'a fa la crido,
Qu'anue dens vno bastido,
Vno pioucel'a fa,
Vn pichot enfan de la.
Dourmien su l'a coulino,
Lei bergie dauan matino,
Les a reueilla tous,
Hòou ! pastre leua vous.

COUBLET N°2 :
An ousi la nouuelo,
Que l'ia di de la pioucelo,
Et nan vi per vn trau,
Vno grand clartat en hau ;
Raui d'aquelo glori,
Toutei sorton de la bori,
Et chacun fai vn sau,
Hoüi dessu lou coutau.

COUBLET N°3 :
Courron per la montagno,
Coume lebres en campagno,
Per estre lei premié,
Nicoulau resto darrié,
Que menauo sa fillo,
Son pé ferra li resquillo,
Barrulo dou coutau,
Ay ! S'es gis fa de mau.

COUBLET N°4 :
Se freto un pau lou mourre,
Pièi après se bouto à courre
Pèr atrapa si gènt,
Lis ajoun en Betelèn.
Li conto l'espetacle,
E dis qu'es un grand miracle
D'avé fach un tau saut,
Hòu ! Sèns se faire mau.

COUBLET N°5 :
Tout aquelo bregado,
Trouo la porto sarrado,
Senso gis de respé,
Chacun li piquo d'ou pé ;
L'vn buto l'autre crido,
Per intra den la bastido,
Gieton la port'ou sou,
Ploüf tout tramblet de pou.

COUBLET N°6 :
Noste brave sautaire,
S'envai saluda la maire,
Rendènt gràcis au Fiéu,
De ço qu'èro encaro viéu.
Li fai la reverènço,
E sourtènt de sa presènço,
Fèt encaro un grand saut,
Houi ! Gaiard Micoulau !

COUBLET N°1 :
Un ange a fa la crido
Qu'aniue, dins uno bastido,
Uno piéucello a fa
Un pichot enfant de la.
Dourmien sus la coulino
Li bergié, davans matino,
Lis a reviha tous :
"Hòu ! Pastre, levas-vous !"

COUBLET N°2 :
An ausi la nouvello
Que li'a di de la piéucello,
E n'an vist pèr un trau
Uno grand clarta(t) en aut ;
Ravi d'aquelo glòri,
Tóuti sorton de la bòri,
E chascun fai un saut,
Hòu ! Dessus lou coutau.

COUBLET N°3 :
Courron pèr la mountagno,
Coume lèbres en campagno,
Pèr èstre li premié.
Micoulau rèsto darrié,
Que menavo sa fiho ;
Soun pèd ferra li resquiho,
Barrulo dóu coutau,
Ai ! S'es ges fa de mau.

COUBLET N°4 :
Se freto un pau lou mourre,
Pièi après se bouto à courre
Pèr atrapa si gènt,
Lis ajoun en Betelèn.
Li conto l'espetacle,
E dis qu'es un grand miracle
D'avé fach un tau saut,
Hòu ! Sèns se faire mau.

COUBLET N°5 :
Touto aquelo bregado
Trovo la porto sarrado ;
Sènso ges de respèt,
Chascun li pico dóu pèd :
L'un buto, l'autre crido ;
Pèr intra dins la bastido,
Jiton la porto au sòu,
Plouf ! Tout tramblè de pòu.

COUBLET N°6 :
Noste brave sautaire,
S'envai saluda la maire,
Rendènt gràcis au Fiéu,
De ço qu'èro encaro viéu.
Li fai la reverènço,
E sourtènt de sa presènço,
Fèt encaro un grand saut,
Houi ! Gaiard Micoulau !

COUPLET N°1 :
Un ange a fait l'annonce
Que cette nuit, dans une maison,
Une pucelle a fait
Un petit enfant de lait.
Nous dormions sur la colline ;
Les bergers, de bon matin,
Il les a tous réveillés :
"Ho ! Bergers, levez-vous !"

COUPLET N°2 :
Ils ont entendu la nouvelle
Qu'il leur a dite sur la pucelle
Et en ont vu par un trou
Une grande clarté en haut ;
Ravis de cette gloire,
Tous sortent de la borie
Et chacun fait un saut,
Ho ! Dessus le coteau.

COUPLET N°3 :
Ils courent par la mountagne
Comme des lièvres en campagne,
Pour être les premiers.
Nicolas reste derrière,
Car il emmenait sa fille ;
Son soulier ferré glisse,
Il dégringole du coteau,
Aïe ! Il ne s'est pas fait mal.

COUPLET N°4 :
Il se frotte un peu le museau,
Puis après il se met à courir
Pour rattraper ses parents,
Les rejoint à Bethléem.
Il leur raconte le spectacle,
Et dit que c'est un grand miracle
D'avoir fait un tel saut,
Ho ! Sans se faire mal.

COUPLET N°5 :
Toute cette assemblée
Trouve la porte fermée ;
Sans aucun respect,
Chacun y tape du pied :
L'un pousse, l'autre crie,
Pour rentrer dans la grange,
Ils jettent la porte au sol,
Plouf ! Tout trembla de peur.

COUPLET N°6 :
Notre brave sauteur
S'en va saluer la mère,
Rendant grâce au fils
De ce qui était encore vivant.
Il lui fit la révérence
Et en sortant (de sa présence),
Il fit encore un grand saut :
Ouf ! Gaillard, Nicolas !

Discographie / Enregistrements :
- CD "Music for All National Festival" par Krimmel Symphonic Band (Ed. Mark Records, 2018)


[Remonter]

* Un bèu matin / Un beau matin :

- Présentation de cette chanson : .
Classification conventionnelle : noël n°23 ou 11.

- Paroles : Écrites par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées en 1669 sur son deuxième fascicule.

- Musique : Sur l'air de "Tu me défends de publier ma flamme".

Version originelle :

Version originelle :

Traduction en français :

COUBLET N°1 :
Vn beou matin veguer' vn' acouchado
Dins vn marri jas
Sus vn pau de foumeras :
Et set ou hue pastras
Vengueron faire la coulado
Ou picho qu'er' entre sei bras.

COUBLET N°2 :
Lou beou premie fasie ben tan lou mato
Qu'vn bigo ririe
De veire sei matarie :
Contro lou restelie
Gitet vno de sei sabato,
En fasènt lou pèd en arrie.

COUBLET N°3 :
Aqueou gauoa de la pu fino grano,
Sen gi de respé
S'aprochet de San Iousé :
Et rede coum' vn tré,
Lou biou li dounet de la bano,
Et l'ase li dounet dou pé.

COUBLET N°4 :
Sei compagnon van esclafa lou rire,
Et à sa fasson,
Fan peta lou gargasson ;
Din lou lio vonte son,
Ourien ben incaro fa pire,
senso que liai fa la lisson.

COUBLET N°5 :
"- Lou bèu jouguet ! La bello countenènço !
Teisas-vous un pau.
Vautre sias de grand badau,
De rire à tout prepau.
Sounjas que sias à la presènço
De Diéu, qu'es dins aquest oustau.

COUBLET N°1 :
Un bèu matin veguère uno acouchado,
Dins un marrit jas,
Sus un pau de fumeras,
E sèt o vue pastras
Venguèron faire l'acoulado
Au pichot qu'èro entre si bras.

COUBLET N°2 :
Lou bèu premié fasié bèn tant lou mato
Qu'un bigot ririé
De vèire si matarié :
Contro lou rastelié,
Jitè(t) uno de si sabato,
En fasènt lou pèd en arrié.

COUBLET N°3 :
Aquéu gavot de la pu fino grano,
Sènso ges de respèt,
S'aprouchè de Sant Jóusè,
E, rede coume un trèt,
Lou biòu li dounè de la bano,
E l'ase li dounè dóu pèd.

COUBLET N°4 :
Si coumpagnoun van s'esclafi de rire,
E, à sa façoun,
Fan peta lou gargassoun ;
Dins lou liò vounte soun,
Aurien bèn encaro fa pire,
Sènso que i'ai fa la leiçoun.

COUBLET N°5 :
"- Lou bèu jouguet ! La bello countenènço !
Teisas-vous un pau.
Vautre sias de grand badau,
De rire à tout prepau.
Sounjas que sias à la presènço
De Diéu, qu'es dins aquest oustau."

COUPLET N°1 :
Un beau matin, je vis une accouchée,
Dans une mauvaise bergerie,
Sur un peu de fumier.
Et sept ou huit bergers
Vinrent faire la révérence
À l'enfant qui était entre ses bras.

COUPLET N°2 :
Le beau premier faisait tellement l'extravagant
Qu'un bigot rirait
De voir ses extravagances :
Contre le râtelier,
Il jeta une de ses savates,
En faisant le pied en arrière.

COUPLET N°3 :
Ce Gavot de la plus fine graine,
Sans aucun respect,
S'approcha de saint Joseph
Et, rapide comme une flèche,
Le boeuf lui donna de la corne
Et l'âne lui donna une ruade.

COUPLET N°4 :
Ses compagnons s'esclaffent de rire,
Et, à leur façon,
Rient à se faire péter le gosier :
Dans le lieu où ils sont,
Ils auraient bien fait pire encore
Sans que je leur ais fait la leçon.

COUPLET N°5 :
"- Le beau jouet ! La belle contenance !
Taisez-vous un peu.
Vous êtes de grands sots,
De rire à propos de tout.
Songez que vous êtes en présence
De Dieu, qui est dans cette maison."


[Remonter]

* Uno estello / Une étoile :

- Présentation de cette chanson : .
Classification conventionnelle : noël n°43 ou 34.

- Paroles : Écrites par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées sur son fascicule de 1672.

- Musique : Sur l'air de "La bouteille me réveille".

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienn :

Traduction en français :

COUBLET N°1 :
Vn' estelo,
Dei pu bello,
Meno lei Rey de Tharsis,
De l'Isl' & de l'Arabìo,
Den l'ou jas vont' es Mario
Et lou Rey de Рaradis.

Se son riche,
Son pas chiche,
Porton de for beou presen :
An vno miejo dougeno,
De gran caisso toutei pleno,
De myrro d'or & d'encen.

COUBLET N°2 :
De jandarmo,
Sous les armo,
Nia cinq ou siei regimen,
An vn for bel equipage,
D'estafié Laquais & Page,
Habilla superbamen.

Den la villo,
Mai de millo,
An mai de pou que de mau,
An quasi tous pres l'alarmo,
En cresen que lei jandarmo
Lougearan den ses houstau.

COUBLET N°3 :
D'aquel'houro,
Lou Rey Mouro
A fa dir'a tous sei gen,
Que qu plumarie la poulo,
Sarie pendu per sa goulo
Au mitan de Bethleem.

La noblesso
Ben apresso,
Vou pas gis de concussion,
Tout'aquelo populasso :
Den lou jas vai prendre plasso,
Per veire l'adoration.

COUBLET N°1 :
Uno estello
Di plus bello,
Meno li rèi de Tarsis,
De l'Arabìo,
Dins lou jas ount es Marìo
E lou Rèi de Рaradis.

Se soun riche,
Soun pas chiche :
Porton de fort bèu presènt. (bis)
An uno miejo dougeno
De grand caisso tóuti pleno
De mirro, d'or e d'encèn.

COUBLET N°2 :
De gendarmo,
Sout lis armo,
N'i'a cinq o sièis regimen :
An un fort bèl equipage
D'estafié, lacai(s) e page,
Abiha superbamen.

Dins la vilo,
Mai de milo
An mai de pòu que de mau ;
An quàsi toui pres l'alarmo,
En cresènt que li gendarmo
Loujaran dins sis oustau.

COUBLET N°3 :
D'aquelo ouro,
Lou Rèi Mouro
A fa dire à toui si gènt
Que qu plumarié la poulo,
Sarié pendu pèr sa goulo
Au mitan de Betelèn.

La noublesso
Bèn apresso,
Vòu pas ges de councussioun ;
Touto aquelo poupulasso
Dins lou jas vai prendre plaço,
Pèr vèire l'adouracioun.

COUPLET N°1 :
Une étoile,
Des plus belles,
Mène les Rois de Tarsis,
De l'Ile et de l'Arabie,
Dans la bergerie où sont Marie
Et le Roi de Paradis.

S'ils sont riches,
Ils ne sont pas chiches,
Ils portent de fort beaux présents :
Ils ont une demi-douzaine
De grandes caisses toutes pleines
De myrrhe, d'or et d'encens.

COUPLET N°2 :
Des gendarmes,
Sous les armes,
Il y en a cinq ou six régiments ;
Ils ont un fort bel équipage
De valets, laquais et pages,
Habillés superbement.

Dans la ville,
Plus de mille
Ont plus de peur que de mal :
Ils ont presque tous pris l'alarme,
En croyant que les gendarmes
Logeront dans leurs maisons.

COUPLET N°3 :
À cette heure,
Le Roi Maure
A fait dire à tous ses gens
Que qui plumerait la poule,
Serait pendu la gueule
Au milieu de Bethléem.

La noblesse,
Bien éduquée,
Ne veut aucune concussion.
Toute cette populace
Dans la bergerie va prendre place
Pour voir l'adoration.


[Remonter]

* Un pau après li tempouro / Un peu après les Quatre-Temps :

- Présentation de cette chanson : Les Quatre-Temps sont, dans le calendrier liturgique catholique, un temps de jeûne au commencement de chacune des quatre saisons (mercredi, vendredi et samedi). À la fin du Moyen Âge, les jours des Quatre-Temps étaient encore des fêtes d'obligation. Les semaines des Quatre-Temps sont fixées comme suit :

Classification conventionnelle : noël n°6 ou 63.

- Paroles : Attribuées à Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées en 1699.

- Musique : Sur l'air "L'autre jour, dans sa colère".

Version originelle :

Version originelle :

Traduction en français :

COUBLET N°1 :
Vn pau aprés lei tempouro,
Lei Pastres eron debou ;
Sçauriou pas ben dire qu'ouro,
Fasien chu sen dire mou ;
Lou tem negre coumo un Mouro,
Ero sour enaquelo houro,
Coume uno gorjo de Lou.

COUBLET N°2 :
Lors qu'ou travers d'un gros nivo,
Que subrié de tout cousta,
Sourtet uno flamo vivo,
Que casset l'obscurita ;
Alors un chacun sabrivo
De crida, quiala ? qui vivo !
Donté ven tan de clarta.

COUBLET N°3 :
Qu'aucarèn de plus estrange
Arribet aprés l'eiliou ;
L'y perderon ren ou change,
Avien gran gau d'estre viou,
Per ousi Canta les Ange,
Qu'entounavon lei Louange,
Et la Glori dou grand Dieou.

COUBLET N°4 :
Aquesto fuguet plus bello.
Vn ange fondet en bas,
Plus subi qu'uno hirondello,
Se pousé sur un Roucas,
Per l'y dire la nouvello,
Que d'uno Maire Pioucello,
Diou ero na dins un jas.

COUBLET N°1 :
Un pau après li tempouro,
Li pastres èron debout ;
Saurriéu pas bèn dire quouro
Fasien chut, sèns dire mout.
Lou tèms, negre coume un Mouro,
Èro sour en aquelo ouro, (bis)
Coume uno gorjo de loup.

COUBLET N°2 :
Lorsqu'au travers d'un gros nivo,
Que s'ubrié de tout coustat,
Sourtè(t) uno flamo vivo,
Que cassè l'ouscurita ;
Alor un chascun s'abrivo
De crida : "Qui'a là ? Qui vive ?
D'ounte vèn tant de clarta ?
"

COUBLET N°3 :
Quaucarèn de plus estrange
Arribè(t) après l'uiéu :
Li perdèron rèn au change,
Avien grand gau d'èstre viéu
Pèr ausi canta lis ange
Qu'entounavon li louange
E la glòri dóu grand Diéu.

COUBLET N°4 :
Aquesto fuguè plus bello :
Un ange foundè(t) en bas
Plus subit qu'uno iroundello ;
Se pausè sus un roucas,
Pèr li dire la nouvello
Que d'uno maire piéucello
Diéu èro na dins un jas.

COUPLET N°1 :
Un peu après les Quatre-Temps,
Les bergers étaient debout ;
Je ne saurais pas bien dire quand
Ils faisaient chut, sans dire un mot.
Le temps, noir comme un Maure,
Était sombre à cette heure
Comme une gorge de loup.

COUPLET N°2 :
Lorsqu'au travers d'un gros nuage,
Qui s'ouvrait de tous côtés,
Sortit une flamme vive,
Qui cassa l'obscurité
Alors chacun s'active
De crier : "Qui va là ? Qui vient ?
D'où vient tant de clarté ?"

COUPLET N°3 :
Quelque chose de plus étrange
Arriva après l'éclair ;
il n'y perdirent rien au chaunge,
Ils avaient grande joie d'être en vie
Pour entendre chanter les anges
Qui entonnaient les louanges
Et la gloire du grand Dieu.

COUPLET N°4 :
Celle-là fut la plus belle :
Un ange fondit en bas
Plus rapidement qu'une hirondelle ;
Il se posa sur un rocher,
Pour dire la nouvelle
Que d'une mère pucelle
Dieu était né dans une bergerie.

Discographie / Enregistrements :
- Disque vinyle 33 tours puis CD "La maîtrise chante noël en Provence : divertissement pastoral, 12 noëls de Saboly" (Harmonisés par Henri TOMASI)
par la Maîtrise d'enfants de la RTF, un ensemble instrumental de Radio France et les tambourinaires de la Massetto Maïanenco,
dirigés par Jacques JOUINEAU (Ed. Deutsche Grammophon Gesellschaft, 1963 / Believe The Restoration Project, 2013)


[Remonter]

* Venès lèu vèire la piéucello / Venez vite voir la pucelle :

- Présentation de cette chanson : Chant populaire, joyeux.
Classification conventionnelle : noël n°12 ou 69.
NB : Une autre chanson inspirée de ce noël : "Un flambeau, Jeannette, Isabelle"

- Paroles : Écrites en 1666 par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675).

- Musique : Sur un Air de Jean-Baptiste LULLY (28/11/1632-22/03/1687) : "Qu'ils sont doux / Bouteille jolie", composé pour le Médecin malgré lui de Molière. Ternaire.

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

Adaptation en français :

COUBLET N°1 :
Venez leou,
Veire la Pioucelo ;
Venez leou,
Genti Pastoureou.
Son Enfan es pu blan que la neou,
Et trelusi coumo uno Estelo.
Ay, ay, ay, que la Maire es belo !
Ay, ay, que l'Enfan es beou !

COUBLET N°2 :
Hou Cristou,
La nuech es for claro ;
Hou, Cristou,
Sauto vite ou sou ;
Et vaiten ou Païs dei jusiou,
Veire Iesus qués causo raro.
Hou, hou, hou, me leve toutaro,
Hou, hou, toutaro ly vou.

COUBLET N°3 :
Qu es aqui,
Que ba de la sorto ?
Qu es aqui,
Sian vostes ami.
Que pourten un pareou de Cabri.
Dison qués bon ami qui porto.
Ta, ta, ta, duvré nous la porto,
Ta, ta, vené nous ouvri.

COUBLET N°4 :
Avez tor,
Vous & vostei Fillo.
Avez tor
De piqua tan for.
Vautrei Pastre sias tous de butor.
Poudé jamai teni sezillo.
Chu, chu, chu, que l'Enfan soumillo ;
Chu, chu, que lou petit dor.

COUBLET N°5 :
Gros badau,
N'auras jamai pauso.
Gros badau,
Taisa vous un pau.
Parla plan & marcha tan pu siau,
Coumo fai uno cacalauso.
Plan, plan, plan, que l'Enfan repauso.
Plan, plan, laissa len repau.

COUBLET N°1 :
Venès lèu,
Vèire la piéucello ;
Venès lèu,
Genti pastouréu.
Soun enfant es pu blanc que la néu,
E trelusi coumo uno estello.
Ay, ay, ay, que la maire es bello !
Ay, ay, que l'enfant es béu !

COUBLET N°2 :
Hòu, Cristou,
La nuech es fort claro ;
Hòu, Cristou,
Sauto vite au sòu ;
E vai t'en au païs de Jusiòu
Vèire Jèsu qu'es causo raro.
Hòu, hòu, hòu ! Me lève tout aro,
Hòu, hòu ! Tout aro l'ié vòu.

COUBLET N°3 :
Qu es aqui,
Que ba de la sorto ?
Qu es aqui ?
Sian vòstis ami
Que pourten un paréu de cabri.
Dison qu'es bon ami que porto.
Ta, ta, ta ! Durbes-nous la porto,
Ta, ta ! Venes nous durbi.

COUBLET N°4 :
Aves tor,
Vous e vòsti fiho.
Aves tor
De piqua tant for.
Vàutri pastre sias tous de butor.
Poudes jamai teni sezillo.
Chu, chu, chu... Que l'enfant soumillo ;
Chu, chu ! Que lou petit dort.

COUBLET N°5 :
Gros badau,
N'auras jamai pauso.
Gros badau,
Taisas-vous un pau.
Parlas plan e marchas tant pu siau,
Coumo fai uno cacalauso.
Plan, plan, plan, que l'enfant repauso.
Plan, plan, laissas l'en repau.

COUPLET N°1 :
Venez vite
Voir la pucelle ;
Venez vite,
Gentils bergers.
Son enfant est plus blanc que la neige
Et il resplendit comme une étoile.
Ah ! Ah ! Ah ! Que la mère est belle !
Ah ! Ah ! Que l'enfant est beau !

COUPLET N°2 :
Oh ! Christophe !
La nuit est fort claire ;
Oh ! Christophe,
Saute vite au sol ;
Et va-t-en au pays des Juifs
Voir Jésus qui est une chose rare.
Oh ! Oh ! Oh ! Je me lève aussitôt,
Oh ! Oh ! Aussitôt j'y vais.

COUPLET N°3 :
Qui est là,
Qui frappe de la sorte ?
Qui est là ?
Nous sommes vos amis
Qui apportons une paire de chevreaux.
Nous disons qu'il est bon ami, celui qui apporte ;
Toc, toc, toc ! Ouvrez-nous la porte ;
Toc ! Toc ! Venez nous ouvrir.

COUPLET N°4 :
Vous avez tort,
Vous et vos filles ;
Vous avez tort
De frapper si fort.
Vous, bergers, vous êtes tous des sots ;
Vous ne pouvez jamais tenir votre zèle.
Chut ! Chut ! Chut ! Car l'enfant sommeille ;
Chut ! Chut ! Car le petit dort.

COUPLET N°5 :
Gros badaud,
Jamais tu ne feras une pause ;
Gros badauds,
Taisez-vous un peu !
Parlez doucement et marchez autant souple
Comme le fait un escargot.
Doucement, car l'enfant se repose ;
Doucement, laissez-le en repos.

COUPLET N°1 :
Un flambeau,
Jeannette, Isabelle,
Un flambeau,
Courons au berceau.
C'est Jésus, bonnes gens du hameau
Le christ est né, Marie appelle.
Ah ! Ah ! Que la mère est belle
Ah ! Ah ! Que l'enfant est beau.

COUPLET N°2 :
Qui vient là,
Frappant de la sorte,
Qui vient là
Frappant comme ça ?
Ouvrez donc j'ai posé sur un plat
De bons gâteaux qu'ici j'apporte
Toc ! Toc ! Ouvrez-nous la porte
Toc ! Toc ! Faisons grand gala.

(...)

 

 

 

COUPLET N°4 :
C'est un tort
Quand l'enfant sommeille
C'est un tort
De crier si fort
Taisez-vous l'un et l'autre d'abord,
Au moindre bruit Jésus s'éveille
Chut ! Chut ! Il dort à merveille
Chut ! Chut ! Voyez comme il dort.

COUPLET N°5 :
Doucement
Dans l'étable close
Doucement,
Venez un moment
Approchez ! Que Jésus est charmant
Comme il est blanc, comme Il est rose
Do ! Do ! Que l'enfant repose
Do ! Do ! Qu'il rie en dormant.

Discographie / Enregistrements :
- DVD par l'Ensemble Vocal Contadin (2006 ?)
- CD "Chants religieux" par Les Petits Chanteurs à la Croix de Bois (Ed. 1949 > Les Voix d'Or - Marianne Mélodie, 2002)
- Disque vinyle 33 tours puis CD "La maîtrise chante noël en Provence : divertissement pastoral, 12 noëls de Saboly" (Harmonisés par Henri TOMASI)
par la Maîtrise d'enfants de la RTF, un ensemble instrumental de Radio France et les tambourinaires de la Massetto Maïanenco,
dirigés par Jacques JOUINEAU (Ed. Deutsche Grammophon Gesellschaft, 1963 / Believe The Restoration Project, 2013)


[Remonter]

* Venès vèire dins l'estable / Venez voir dans l'étable :

- Présentation de cette chanson : Chanson à l'ambiance nostalgique car écrite en mode mineur avec un emprunt en Majeur.
Classification conventionnelle : noël n°52 ou 46.

- Paroles : Écrites à Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées dans son fascicule de 1673.

- Musique : Sur l'air "Dans le fond de ce bocage".

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

COUBLET N°1 :
Vené veire dens l'estable
Aqueou bel Enfan qu'es na,
Vous sares tous estouna,
N'ia ren de plus admirable.

COUBLET N°2 :
Es d'vno doublo naturo
Fis de l'home, Fis de Diou,
Es miracle quan es viou,
Après lei mau qu'eou enduro.

COUBLET N°3 :
Certo, you vous pode dire
Que l'ai iamai vi ploura,
Ny gemi, ny souspira,
Mai ben souen l'ai vi rire.

COUBLET N°4 :
Iousé lou pren, lou caresso,
Et lou sarr'entre sei bras,
N'en sara pas iamai las,
Beleou mourra de tendresso

COUBLET N°5 :
Sa Maire la bono Damo,
Li di cen millo doussour,
Iesus, mon cor mon amour,
Vous sia lou Rei de mon amo.

COUBLET N°6 :
De ioyo touto rauido,
Ly parlo d'vn ton pu for,
Vous ame coumo mon cor,
Vous ame mai que ma vido.

COUBLET N°7 :
Iouset & la Vierge Maire
Nous enseignon la lisson,
Et nous mostron la fasson ;
De tout ce que deuen faire.

COUBLET N°1 :
Venès vèire dins l'estable
Aquéu bèl enfant qu'es na,
Vous sarés tous estouna,
N'i'a rèn de plus amirable.

COUBLET N°2 :
Es d'uno doublo naturo
Fiéu de l'ome, fiéu de Diéu,
Es miracle quand es viéu,
Après li mau qu'éu enduro.

COUBLET N°3 :
Certo, iéu vous pode dire
Que l'ai jamai vist ploura,
Ni gemi, ni souspira,
Mai bèn souvènt, l'ai vist rire.

COUBLET N°4 :
Jóusè lou pren, lou caresso,
E lou sarro entre si bras,
N'en sara pas jamai las,
Beléu mourra de tendresso.

COUBLET N°5 :
Sa maire la bono damo,
Li dis cènt milo douçour :
"Jèsu, moun cor, moun amour,
Vous sias lou rèi de moun amo."

COUBLET N°6 :
De joio touto ravido,
Li parlo d'un ton pu fort :
"Vous ame coumo moun cor,
Vous ame mai que ma vido."

COUBLET N°7 :
Jóusè e la Vierge Maire
Nous ensignon la leiçoun,
E nous mostron la façoun
De tout ço que deven faire.

COUPLET N°1 :
Venez voir dans l'étable
Ce bel enfant qui est né,
Vous serez tout étonné,
Il n'y a rien de plus admirable.

COUPLET N°2 :
Il est d'une double nature :
Fils de l'homme, fils de Dieu,
C'est miraculeux qu'il soit vif,
Après les maux que lui endure .

COUPLET N°3 :
Certes, moi je peux vous dire
Que je ne l'ai jamais vu pleurer,
Ni gémir, ni soupirer,
Mais bien souvent, je l'ai vu rire.

COUPLET N°4 :
Joseph le prend, le caresse,
Et le serre entre ses bras ;
Il ne sera jamais lassé,
Peut-être mourra-t-il de tendresse...

COUPLET N°5 :
Sa mère, la bonne dame,
Lui dit cent mille douceurs :
"Jésus, mon coeur, mon amour,
Vous êtes le roi de mon âme."

COUPLET N°6 :
De joie, toute ravie,
Elle lui parle d'un ton plus fort :
"Je vous aime comme mon coeur,
Je vous aime plus que ma vie."

COUPLET N°7 :
Joseph et la vierge mère
Nous enseignent la leçon,
Et nous montrent la façon
De tout ce que nous devons faire.

Discographie / Enregistrement :
- CD "Saboly : Nouvè prouvençau" par Céline MAGRINI (Ed. Lou Prouvençau à l'Escolo, 2018)


[Remonter]

* Vers lou pourtau Sant-Laze / Vers le portail saint-Lazard :

- Présentation de cette chanson : Ce noël situe l'histoire en Avignon.
Classification conventionnelle : noël n°17 ou 5.

- Paroles : Écrites par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées en 1669 sur son premier fascicule.

- Musique : Sur l'air de "Il faut pour Andremonde".

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

COUBLET N°1 :
Ver lou pourtau san Laze,
Vn pastre de matin,
Venie lon dou camin,
Monta dessu son aze,
L'iai di gai pastoureou,
L'ia-ti ren de nouueou.

COUBLET N°2 :
A bouta sa monturo
A l'abry d'vn boisson,
Et puis a sa fasson
M'a dich vn'aventuro,
Iamai n'ai ren ousi
Eme tan de plesi

COUBLET N°3 :
Quand m'a di que Mario
Reino de Paradis,
Auie fach vn beou fis,
Qu'ero lou vrai Messio,
Et qu'eou en gran respé
L'iauie beisa lei pé.

COUBLET N°4 :
M'a ben di dautrei causo,
Qu'ioü non vous dise pas,
Sur tout d'vn marri ias ;
Vonte l'enfan repauso,
Et puis ses en ana,
Parceque l'an souna.

COUBLET N°5 :
A destaca son aze,
Et lies monta dessu,
M'a di boniour moussu,
Mai que non vous desplaze ;
M'en vou vous dir' adiou,
Souuenez vous de ioü.

COUBLET N°6 :
Ai pres moun escritòri,
Ai bouta per escri,
Tout ce que m'auie di,
Et de fresquo memori,
Sur l'er que vous saué,
Ai fach aques noé.

COUBLET N°1 :
Vers lou pourtau Sant-Laze,
Un pastre, de matin,
Venié long dóu camin,
Mounta dessus soun ase ;
Li'ai di : "Gai pastourèu,
Li'a-ti rèn de nouvèu ?"

COUBLET N°2 :
A bouta sa mounturo
À l'abri d'un bouissoun,
E pièi, à sa façoun,
M'a dich uno aventuro.
Jamai n'ai rèn ausi
Emé tant de plesi :

COUBLET N°3 :
Quand m'a di que Marìo,
Rèino de Paradis,
Avié fach un bèu Fils
Qu'èro lou vrai Messio,
E qu'éu, en grand respèt,
I'avié beisa li pèd.

COUBLET N°4 :
M'a bèn di d'àutri causo
Qu'iéu noun vous dise pas,
Surtout d'un marrit jas
Vounte l'enfant repauso ;
E pièi s'es enana,
Perço-que l'an souna.

COUBLET N°5 :
A destaca soun ase,
E li es mounta dessu ;
M'a di : "Bonjour, Moussu !
Mai, que noun vous desplase,
M'envau vous dire adiéu ;
Souvenès-vous de iéu."

COUBLET N°6 :
Ai pres moun escritòri,
Ai bouta pèr escri
Tout ço que m'avié di ;
E de fresco memòri,
Sus l'èr que vous savè,
Ai fach aquest nouvè.

COUPLET N°1 :
Vers le portail saint-Lazard,
Un berger, ce matin,
Venait le long du chemin,
Monté sur son âne ;
Je lui ai dit : "Gai pastoureau,
N'y a-t-il rien de nouveau ?"

COUPLET N°2 :
Il a mis sa monture
À l'abri d'un buisson,
Et puis, à sa façon,
Il m'a dit une aventure.
Je n'ai jamais rien entendu
Avec autant de plaisir.

COUPLET N°3 :
Quand il m'a dit que Marie,
Reine du paradis,
Avait enfanté un beau fils
Qui était le vrai messie,
Et que lui, avec grand respect,
Il lui avait baisé les pieds.

COUPLET N°4 :
Il m'a bien dit d'autres choses
Que je ne vous dis pas ;
Surtout à propos d'une mauvaise bergerie
Où l'enfant repose ;
Et puis il est parti
Car on l'a appelé.

COUPLET N°5 :
Il a détaché son âne
Et il lui est monté dessus.
Il m'a dit : "Bonjour, Monsieur !
Ne vous en déplaise,
Je m'en vais vous dire adieu,
Souvenez-vous de moi."

COUPLET N°6 :
J'ai pris mon écriture,
J'ai mis par écrit
Tout ce qu'il m'avait dit ;
Et de fraîche mémoire,
Sur l'air que vous connaissez,
J'ai fait ce noël.


[Remonter]

* Vesès eici moun nouvelisto / Voyez ici mon fan de nouvelles :

- Présentation de cette chanson : Dialogue entre deux curieux de nouvelles.
Classification conventionnelle : noël n°54 ou 48.

- Paroles : Écrites par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées sur son fascicule de 1673.

Musique ???

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

1 - Vesez eissi mon Nouuvelisto,
Que resonn' a perto de visto,
Su tous les affaire d'estat,
De tout lei pu gran potenta,
Et que sau toutei ses intrigo.

2 - Et tu que sies ? peles pas figo,
Donte venes, digo m'vn pou ?
Beleou venes dou pous dei biou ?
Vont'es lou bureou de la posto,
As pres lou fuillet ; quan te costo ?

1 - You vene de l'espissarie.

2 - Se li di que de mentarié.

1 - You ai apres vno nouuello,
Qu'es for veritabl'& for bello,
Qu'uno Vierge den Bethleen,
A fach vn Fis, nia pas lon ten,
Qu'es lou veritable Messio.

2 - Dematin ala plasso pio,
Vn Iardinie de Cauaillon,
A di que l'or er'ou billon,
Que l'Emperour eme l'Espaigno,
Et pron de Prince d'Alleimaigno,
Declarauon la guerr'ou Rey.

1 - N'es pas danna qui non lou crei,
Ma nouuell'es ben miou de creire.
Di que trei Rei son ana veire,
Den l'Establ' aqueou bel Enfan,
Son toui tres vengu dou leuan,
Condus per vno bell'estello ;

2 - Quau t'a dich aquello nouuello ?

1 - Lei quatre gran courrie de Diou,
Que son, Iean, Luc, Marc, & Mathiou,
Que cridon per touto la terro,
Viuo la pas fy de la guerro.

2 - As tu trouua den ses amis,
Les affaire d'aques pays,
Lou siege dou casteou d'Ourengeo,
Que se faguet apres vendengeo,
Que fuguet pres, (coum'es escri)
Vonge iour puleou que Mestrai.

1 - Tu me faries mouri de rire
L'y sies esta ? qu'en poas tu dire ?

2 - You ai vis quan lou canonie,
Fet vn trau dens vn pigeonie,
Tout lou monde prenguet l'allarmo,
Se meteron tous les armo,
Vinta-cinq ou trento pigeon,
Gagneron vite lou dongeon,
Per souffri la dernier'attaquo.
Veissi lou canonie que braquo
Son canon contr'vn autre for,
Que lou mond'estimauo for,
Ly trouquet vno chaminëio,
D'abor cridet Villo gaignëio.

1 - N'ouras-tu iamai acaba ?
Tu non fas que me destourba :
Faut que tu saches que lei pastre,
Vegueron pas aqueou bel astre,
Mai vn Ange ly pareguet,
Su la montaign'& ly diguet,
D'ana veir'aquell'acouchado,
Dens vn estable mau lougeado,

2 - You crese qu'aquelei bergie,
Courregueron pas lou dangie,
Que courreguet mon camarado,
Veguet trento ballo ramado,
Et lou boulet d'vn foucouneou,
Que penset ly trouca la peou,
Et que crebet a ma presenso,
Vn paure laquai de Prouenso,

1 - Et tu n'agueres dis de pou.

2 - Lou boulet me coustet cinq sou,
Voas tu qu'you te lou fasse veire,

1 - N'es pas beson, te vole creire,
Mai que me creses a ton tour ;
Les Anges aqueou mesme iour,
Crideron per touto la terro,
Viuo la pas fy de la guerro,

1 & 2 : De parla sarian iamai las.
Fy de guerro ! viuo la pas !

1) Vesès eici moun nouvelisto
Que resouno à perto de visto,
Sus tóuti lis afaire d'estat,
De tóuti li pu grand poutentat,
E que saup tóuti sis entrigo.

2) E tu que siés ? Peles pas figo,
D'ounte vènes ! Digo-m'un pau ;
Belèu vènes dóu Pous-di-Brau ?
Mount es lou burèu de la posto.
As pres lou fuiet : quand te costo ?

1) - Iéu vène de l'espiçarié.

2) - Se li dis que de mentarié.

1) - Iéu ai aprés uno nouvello
Qu'es fort veritablo e fort bello :
Qu'uno Vierge, dins Betelèn,
A fach un fiéu, n'i'a pas long tèm,
Qu'es lou vertiable Messìo.

2) - De-matin à la Plaço-Pìo,
Un jardinié de Cavaioun
A di que l'or èro au bihoun ;
Que l'Emperaire, emé l'Espagno,
E proun de prince d'Alemagno,
Declaravon la guerro au Rèi.

1) - N'es pas dana quau noun lou crèi.
Ma nouvello es bèn miéu de crèire :
Dis que tres rèi soun ana vèire,
Dins l'estable, aquéu bèl Enfant ;
Soun toui tres vengu dóu levant,
Coundu pèr uno bello estello.

2) - Quau t'a dich aquelo nouvello ?

1) - Li quatre grand courrié de Dié,
Que soun Jan, Lu, Marc e Matiéu,
Que cridon pèr touto la terro :
Vivo la pas ! Fi de la guerro !

2) - As-tu trouba dins sis avis
Lis afaire d'aquest païs ?
Lou siège dóu Castèu d'Aurenjo,
Que se faguèt après vendenjo,
Que fuguè pres (coume es escri)
Vounge jour pu lèu que Mastri ?

1) - Tu me fariés mouri de rire ?
Li sies esta ? Qu'en pos-tu dire ?

2) - Iéu ai vist quand lou canounié
Fèt un trau dins un pijounié,
Tout lou mounde prenguè l'alarmo,
Se metèron toui sout leis armo ;
Vint-e-cinq o trento pijoun
Gagnèron vite lou doun joun,
Pèr soufri la derniero ataco ;
Veici lou canounié que braco
Soun canoun contro un autre fort
Que lou mounde estimavo fort :
Li trauquèt uno chaminèio...
D'abord cridè : Vilo gagnèio !

1) - N'auras-tu jamai acaba ?
Tu noun fas que me destourba.
Fau que tu saches que lei pastre
Veguèron pas aquéu bèl astre ;
Mai un ange li pareiguè
Sus la mountagno, e li diguè
D'ana vèire aquelo acouchado,
Dins un estable mau loujado.

2) - Iéu crese qu'aquélei bergié
Courreguèron pas lou dangié
Que courrèguè moun cambarado :
Veguè trento balo ramado
E lou boulet d'un faucounèu,
Que pensè li trauca la pèu,
E que crebèt, à ma presènço,
Un paure lacai de Prouvènço.

1) - E tu, n'aguères-ti pas pòu ?

2) - Lou boulet me coustè cinq sòu...
Vos-tu qu'iéu te lou fasse vèire ?

1) - N'es pas besoun, te vole crèire,
Mai que me creses à toun tour,
Lis ange, aquéu meme jour,
Cridèron pèr touto la terro :
Vivo la pas ! fi de la guerro !

Ensèn : De parla sarian jamai las.
Fi de guerro ! Vivo la pas !

1) Voyez ici mon nouvelliste
Qui raisonne à perte de vue
Sur toutes les affaires d'état
De tous les plus grands potentats
Et qui sait toutes leurs intrigues.

2) Et toi, qu'es-tu ? N'essaie pas de me rouler.
D'où viens-tu ? Dis-moi un peu.
Peut-être que tu viens du Puits-des-Boeufs ?
Où est le bureau de la poste.
Tu as prisle feuillet ; combien cela te coûte-t-il ?

1) - Moi, je viens de l'épicerie.

2) - On y dit que des mensonges.

1) - Moi, j'ai appris une nouvelle
Qui est fort véritable et fort belle :
Qu'une vierge, dans Bethléem,
A fait un fils, il n'y a pas longtemps,
Qui est le véritable messie.

2) - Dès le matin à la Place Pie,
Un jardinier de Cavaillon
A dit que l'or était au
Que l'empereur, ainsi que l'Espagne,
Et aussi des princes d'Allemagne,
Déclaraient la guerre au roi.

1) - N'est pas damné qui ne le croit pas.
Ma nouvelle est bien mieux à croire :
Elle dit que trois rois sont allés voir
Dans l'étable, ce bel enfant ;
Tous les trois sont venus du levant,
Conduits par une belle étoile.

2) - Qui t'a dit cette nouvelle ?

1) - Les quatre grands courriers de Dieu
Qui sont Jean, Luc, Marc et Mathieu,
Qui crient à travers toute la Terre :
"Vive la paix, fi de la guerre !"

2) - As-tu trouvé parmi ses ...

 

Les 2 : De parler avec toi, je n'en serais jamais las.
Fi de la guerre ! Vive la paix !


[Remonter]

* Viven urous e countènt / Nous vivons heureux et contents :

- Présentation de cette chanson : Joyeux Noël.
Classification conventionnelle : noël n°8 ou 65.

- Paroles : Écrites par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées sur le fascicule de 1699.

- Musique : Sur l'air de "Vivons heureux et content".

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

REFRIN :
Viven huroux & content, Bregado ;
Viven hurous & content.

COUBLET N°1 :
Puis qu'aquesto vesprenado,
Nous meno lou bon toustem.

AU REFRIN

COUBLET N°1 (suite) :
Adam l'avié desirado,
Et sa Moulié for lon tem.

AU REFRIN

COUBLET N°2 :
La mal'hurouso journado,
Qu'avien fa lei bravei Gen.

AU REFRIN

COUBLET N°2 (suite) :
Avien fach uno bugado,
Liavian toutei qu'auquaren.

AU REFRIN

COUBLET N°3 :
Evo l'avié proun lavado,
May sen Souleou se fay ren.

AU REFRIN

COUBLET N°3 (suite) :
Creze que lan ben gardado,
Aro soulamen s'esten.

AU REFRIN

COUBLET N°4 :
Sara ben leou eissugado,
A bon Souleou, & bon ven.

AU REFRIN

COUBLET N°4 (suite) :
Es quasi deja plegado,
Prenen chascun noste ben.

AU REFRIN

REFRIN :
Viven urous e countènt, bregado !
Viven urous e countènt !

COUBLET N°1 :
Pièisqu'aquesto vesprenado
Nous meno lou bon tous-tèms.

AU REFRIN

COUBLET N°1 (suite) :
Adam l'avié desirado
E sa moulié fort lontèms.

AU REFRIN

COUBLET N°2 :
La malurouso journado
Qu'avien fa li bràvi gènt !

AU REFRIN

COUBLET N°2 (suite) :
Avien fach uno bugado,
I'avian tóuti quaucarèn.

AU REFRIN

COUBLET N°3 :
Èvo l'avié proun lavado
Mai sèns soulèu se fai rèn.

AU REFRIN

COUBLET N°3 (suite) :
Crese que l'an bèn gardado,
Aro soulamen s'estènd.

AU REFRIN

COUBLET N°4 :
Sara bèn lèu eissugado :
A bon soulèu e bon vènt.

AU REFRIN

COUBLET N°4 (suite) :
Es quasi deja plegado :
Prenen chascun noste bèn.

AU REFRIN

REFRAIN :
Nous vivons heureux et contents, brigands !
Nous vivons heureux et contents !

COUPLET N°1 :
Puisque cette soirée
Nous mène du bon temps éternel.

AU REFRAIN

COUPLET N°1 (suite) :
Adam l'avait désirée
Et sa femme aussi, fort longtemps.

AU REFRAIN

COUPLET N°2 :
La malheureuse journée
Qu'avaient faite les braves gens !

AU REFRAIN

COUPLET N°2 (suite) :
Ils avaient fait une lessive,
Nous avions tous quelque chose.

AU REFRAIN

COUPLET N°3 :
Ève l'avait bien lavée
Mais sans soleil, rien ne se fait.

AU REFRAIN

COUPLET N°3 (suite)  :
Je crois qu'il l'ont bien gardée,
Maintenant seulement on l'étend.

AU REFRAIN

COUPLET N°4 :
Elle sera bien vite essuyée :
À bon soleil et bon vent.

AU REFRAIN

COUPLET N°4 (suite) :
Elle est presque déjà pliée,
Prenons chacun notre bien.

AU REFRAIN

Discographie / Enregistrement :
- Disque vinyle 33 tours puis CD "La maîtrise chante noël en Provence : divertissement pastoral, 12 noëls de Saboly" (Harmonisés par Henri TOMASI)
par la Maîtrise d'enfants de la RTF, un ensemble instrumental de Radio France et les tambourinaires de la Massetto Maïanenco,
dirigés par Jacques JOUINEAU (Ed. Deutsche Grammophon Gesellschaft, 1963 / Believe The Restoration Project, 2013)


[Remonter]

* Vos-tu qu'anèn en Betelèn / Veux-tu que nous allions à Bethléem ? :

- Présentation de cette chanson : .
Classification conventionnelle : noël n°58 ou 53.

- Paroles : Écrites par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées sur son fascicule de 1674.

- Musique : Sur l'air de "Chambriero, te vos-ti louga ?".

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Traduction en français :

COUBLET N°1 :
Voas tu qu'anen en Bethleen,
Aro que camines camines ben,
Veir'aqueou bel Enfan qu'es na
Aro que camines camines pla.

COUBLET N°2 :
Adoraren aquel Enfan,
Coumo tous les autre les autre fan,
Et saren de braue garson
Coumo tous les autre les autre son.

COUBLET N°3 :
Aquel Enfan es vn gran Rei,
Coumo tout lou mondo lou mondo crei,
Es louja dins vn cabanau,
Coumo tout lou monde lou monde sau.

COUBLET N°4 :
Son loujamen n'es pas gran cas
Ah ! mon Diou lou paure lou paure jas,
N'ia pas vno briso de fio,
Ah ! mon Diou lou paure lou paure lio.

COUBLET N°5 :
Su lou couuer n'ia que de trau,
Lou lio n'es pas gaire pas gaire cau,
Lou paure coucho su lou sou,
Son lie n'es pas gaire pas gaire mou.

COUBLET N°6 :
Ai que faren d'aquest Enfan,
Certos you lou plaigne lou plaigne tan,
A lou visage coum'un mor,
Certos you lou plaigne lou plaigne for.

COUBLET N°1 :
Vos-tu qu'anèn en Betelèn,
Aro que camines, camines bèn,
Vèire aquéu bèl enfant qu'es na
Aro que camines, camines bèn.

COUBLET N°2 :
Adoraren aquel enfant,
Coume tóuti lis àutri, lis àutri fan,
E saren de bravi garçoun
Coume tóuti lis àutri, lis àutri soun.

COUBLET N°3 :
Aquel enfant es un grand rèi,
Coume tout lou mounde, lou mounde crei,
Es louja dins un cabanau,
Coume tout lou mounde lou mounde sau.

COUBLET N°4 :
Soun loujamen n'es pas grand cas
Ah ! moun Diéu lou paure, lou paure jas,
N'i'a pas uno briso de fiò,
Ah ! moun Diéu lou paure, lou paure liò.

COUBLET N°5 :
Sus lou couver n'i'a que de trau,
Lou liò n'es pas gaire, pas gaire caud,
Lou paure coucho sus lou sòu,
Soun lié n'es pas gaire, pas gaire mou.

COUBLET N°6 :
Ai que faren d'aquest enfant,
Certo iéu lou plagne, lou plagne tant,
A lou visage coume 'un mort,
Certo iéu lou plagne, lou plagne fort.

COUPLET N°1 :
Veux-tu que nous allions à Bethléem ?
Maintenant que tu marches, tu marches bien,
Voir ce bel enfant qui est né,
Maintenant que tu marches, tu marches très bien.

COUPLET N°2 :
Nous adorerons cet enfant,
Comme tous les autres, les autres font,
Et nous serons de braves garçons,
Comme tous les autres, les autres sont.

COUPLET N°3 :
Cet enfant est un grand roi,
Comme tout le monde, le monde croit,
Il est logé dans une cabane,
Comme tout le monde, le monde sait.

COUPLET N°4 :
Son logement n'est pas grand chose,
Ah ! Mon Dieu, la pauvre, la pauvre bergerie.
Il n'y a pas le moindre feu,
Ah ! Mon Dieu, le pauvre, le pauvre lieu.

COUPLET N°5 :
Sur la toiture, il n'y a que des trous :
Le lieu n'est guère, guère chaud ;
Le pauvre couche sur le sol,
Son lit n'est guère, guère moëlleux.

COUPLET N°6 :
Hélas ! Que ferons-nous de cet enfant ?
Certes, je le plains, je le plains tellement ;
Il a le visage comme un mort,
Certes, je le plains, je le plains fort.


[Remonter]


II) Chansons en français :

* Ah ! Que Jésus est beau (Ah ! Que Jèsu es bèu) :

- Présentation de cette chanson : Noël écrit en français (qui n'a du coup pas été réédité dans le recueil global de 1699). Dialogue entre une femme soprano et un homme basse.
Classification conventionnelle : noël n°25.

- Paroles : Écrites par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées sur son fascicule de 1671.

- Musique : Sur l'air de "Aimons-nous mon Daphnis".

Version originelle :

Correction en bon français :

COUPLET N°1 : (Duo en alternance)
FEMME : Ah ! Que Iesus est beau,
HOMME : Ah ! Que Marie est belle,
FEMME : Ie veux l'aymer iusqu'au tombeau,
HOMME : Ie veux d'vn saint amour, brusler toûjours pour elle :

REFRAIN : (Les deux ensemble)
LES 2 : Ils font tous deux la beauté de ce jour,
Tout temply de clarté, de douceur & d'amour.

COUPLET N°2 :
FEMME : Iesus est le Soleil,
HOMME : Et Marie l'Aurore,
FEMME : Son bel esclat est sans pareil,
HOMME : Elle passe en beauté les raretés de Flore :

AU REFRAIN

COUPLET N°3 :
FEMME : Benissons cêt enfant
HOMME : Benissons cette Mere,
FEMME : Son amour pour nous est charmant,
HOMME : Elle a toûjours pour nous vn amitié sincere :

AU REFRAIN

COUPLET N°1 : (Duo en alternance)
FEMME : Ah ! Que Jésus est beau !
HOMME : Ah ! Que Marie est belle !
FEMME : Je veux l'aimer jusqu'au tombeau,
HOMME : Je veux d'un saint amour, brûler toujours pour elle :

REFRAIN : (Les deux ensemble)
LES 2 : Ils font tous deux la beauté de ce jour,
Tout templi de clarté, de douceur et d'amour.

COUPLET N°2 :
FEMME : Jésus est le soleil,
HOMME : Et Marie l'aurore,
FEMME : Son bel éclat est sans pareil,
HOMME : Elle passe en beauté les raretés de Flore :

AU REFRAIN

COUPLET N°3 :
FEMME : Bénissons cet enfant
HOMME : Bénissons cette mère,
FEMME : Son amour pour nous est charmant,
HOMME : Elle a toujours pour nous un amitié sincère :

AU REFRAIN


[Remonter]

* Dites-nous bel interprète (Digas-nous bel interprète) :

- Présentation de cette chanson : Noël écrit en français (qui n'a du coup pas été réédité dans le recueil global de 1699).
Classification conventionnelle : noël n°14.

- Paroles : Écrites par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées en 1669 sur son deuxième fascicule.

- Musique : Sur l'air de "Que vous sert-il de me dire".

Version originelle :

Correction en bon français :

COUPLET N°1 :
Dittes nous bel interprete
Qu'annoncez-vous en ces lieux,
L'alliance est doncques faite
Entre la terre & les cieux.

COUPLET N°2 :
Au bruit de cette nouvelle,
Qui comble tous nos desirs,
Toute la race mortelle,
S'abîme dans les plaisirs.

COUPLET N°3 :
L'amour par vn coup de flèche
Seconde nostre party :
Puis qu'il fait voir dans la crèche
Nostre Iuge aneanti.

COUPLET N°4 :
Vn Dieu rempli de tendresse
S'oubliant de son courroux,
Pour guerir nostre foiblesse
Se rend foible comme nous.

COUPLET N°5 :
Sa naissance tres auguste,
Semble icy nous inspirer.
Qu'il sera touiours plus iuste
De s'en taire & l'adorer.

COUPLET N°1 :
Dites-nous bel interprète ;
Qu'annoncez-vous en ces lieux ?
L'alliance est donc faite
Entre la terre et les cieux ?

COUPLET N°2 :
Au bruit de cette nouvelle
Qui comble tous nos desirs,
Toute la race mortelle,
S'abîme dans les plaisirs.

COUPLET N°3 :
L'amour, par un coup de flèche,
Seconde notre partie :
Puisqu'il fait voir dans la crèche
Notre juge anéanti.

COUPLET N°4 :
Un Dieu rempli de tendresse
S'oubliant de son courroux,
Pour guérir notre faiblesse
Se rend faible comme nous.

COUPLET N°5 :
Sa naissance très auguste
Semble ici nous inspirer.
Qu'il sera toujours plus juste
De s'en taire et l'adorer.


[Remonter]

* Par quelle étrange aventure (Pèr qunto estrange aventuro) :

- Présentation de cette chanson : Noël écrit en français (qui n'a du coup pas été réédité dans le recueil global de 1699).
Classification conventionnelle : noël n°13.

- Paroles : Écrites par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées en 1669 sur son deuxième fascicule.

- Musique : Sur l'air de "Lorsque je tiens ma brunette".

Version originelle :

Correction en bon français :

COUPLET N°1 :
Par quelle estrange adventure
Voit on cet astre qui luit ?
Comme si dans la nature
Le soleil chassoit la nuit :
Cette Vierge que j'adore,
Ce prodige nompareil,
N'est-elle pas vne aurore
Qui donne vn nouueau soleil.

COUPLET N°2 :
Cette naissance adorable,
Que l'on annonce en tout lieu,
Est vn chef-d'oeuure admirable
De la puissance d'vn Dieu :
C'est là que l'on voit ensemble
Le temps & l'Eternité,
Vn impassible qui tremble
Et l'infini limité.

COUPLET N°3 :
Venez voir sages du monde
Cent merueilles à la fois,
La Virginité féconde
Et la parole sans voix,
Vn Dieu que le froid offence
Comm'vn aigneau tendrelet,
Et toute sa prouidence
A besoin d'vn peu de lait.

COUPLET N°1 :
Par quelle étrange aventure
Voit-on cet astre qui luit ?
Comme si dans la nature,
Le soleil chassait la nuit :
Cette vierge que j'adore,
Ce prodige nompareil,
N'est-elle pas une aurore
Qui donne un nouveau soleil.

COUPLET N°2 :
Cette naissance adorable,
Que l'on annonce en tout lieu,
Est un chef-d'oeuvre admirable
De la puissance d'un Dieu :
C'est là que l'on voit ensemble
Le temps et l'éternité,
Un impassible qui tremble
Et l'infini limité.

COUPLET N°3 :
Venez voir sages du monde
Cent merveilles à la fois,
La virginité féconde
Et la parole sans voix,
Un Dieu que le froid offence
Comme un agneau tendrelet
Et toute sa prudence
A besoin d'un peu de lait.


[Remonter]

* Sortez d'ici race maudite :

- Présentation de cette chanson : Les couplets de ce chant alternent français/provençal. C'est un dialogue entre un ange et deux démons... L'ange parle en français, les démons en provençal.
(À noter : le tempo à 66, coïncidence ?)
Et la mélodie juste avant la fin qui fait la descente en mode mineur mélodique comme dans le motif thématique des Lachrimae : ré do sib la.
Classification conventionnelle : noël n°62 ou 57.

- Paroles et Musique : Écrites par Nicolas SABOLY (30/01/1614-25/07/1675), éditées en 1674.

Version originelle :

Version provençale en graphie mistralienne :

Correction en bon français et traduction :

L'ANGE : Sortez d'icy race maudite,
Quoy faudra-il de l'eau benîte,
Pour vous chasser hors de ce lieu :
Ie suis vn Ange du grand Dieu
Obeïssez à ma puissance,
Voudriez-vous faire resistance
Ne sçauez-vous pas que iadis,
Ie vous chassai du Paradis.

I. DEMON : Me n'en digues pas dauuantage,
You conneisse pron ton visage,
Sai pas se conneisses lou miou ;
You te vole dire qu'au siou.
Es you qu'ai fa lou code mestre,
Deden lou Paradis Terrestre,
Quan sous la formo d'un serpen,
Ai mes la poumo sous lei den
D'Adam, & d'Euo sa compaigno.

II. DEMON : Es you qu'ai fa prendre la laigno,
Autrefes ou bon home Io :
Lors qu'anere bouta lou fio,
Din sei troupeou, din sei bastido,
Et lors que leuere la vido,
A set ou huit de ses enfan.
Per eou, l'affligere ben tan,
Despiei lei pè iusqu'a la testo,
Que diguet que n'auiè de resto.

I. DEMON : Es you qu' ai douna lou dessen
De massacra les Innocen.

II. DEMON : Von creses tu que deuiou estre ?
Quan Iudas trahiguet son mestre,
Ere tousiour à son cousta.
Per lou seduir & lou tenta,
You l'oubligere de lou vendre,
Li counseillere de se pendre,
Li fourniguere lou licou,
Gitere sei tripos ou sou,
Apres aquo, que voas tu dire ?

I. DEMON : You ai ben fach incaro pire,
Quand siou ana dessa dela,
Per espoussa toutei lei bla.

II. DEMON : Es you que d'vn soul co de pigno,
Ai penchina toutei lei vigno,
Liai gaire leissa de rasin,
Eitamben nia gaire de vin.

I. DEMON : You ai tan fa tomba de grelo,
Qu'ai peri toutei les amelo,
Eitamben nia gis de nouga,
Ou se nia lou faudra paga.

II. DEMON : You siou vengu sens ana querre,
Veire la gleise de San-Pierre,
Lou plus gran de mes ennemis,
Que ten lei clau de Paradis,
M'a plus vougu douuri la porto,
You l'haïsse de talo sorto,
Que sei vole tout rauaja,

I. DEMON : Ar''ei es lou ten de se venja.

II. DEMON : You vol'escafa la pinturo,

I. DEMON : You vol'escailla la doururo,
Et brisa tous les ornamen.

II. DEMON : Vol'estrassa lei paramen,
Afin que sache qu'you lou morgue,

I. DEMON : You vole metr'ou sou les orgue,
Vole creba la souflarie.
Que se iogo que per darrie.

II. DEMON : Et you vole d'vn co de bano,
Li rompre toutei sei campano,
Affin que perdon lou caquet,
Coumo lou paure repiquet.

I. DEMON : You li vole cassa lei vitro,
Que son dou cousta de l'Epitro,
De l'autre las lou fariou ben,
Mai nia gis à causo dou ven.

II. DEMON : Son architectur'es din l'ordre,
Mais you la metrai en desordre,
Vole tout metre per lou sou
Creses tu de nous faire pou,
Creignen pas gaire tei menasse.

 

 

 

 

COUBLET N°2 :
PROUMIÉ DEMOUN : Me n'en digues pas davantage.
Iéu counèisse proun toun visage ;
Sai pas se counèisses lou miéu,
Iéu te vole dire quau siéu :
Es iéu qu'ai fa lou code mèstre,
Dedins lou Paradis Terrestre,
Quand sous la formo d'un serpent,
Ai mes la poumo sous li dènt

COUBLET N°3 :
D'Adam e d'Èvo sa coumpagno.
SEGOUND DEMOUN : Es iéu qu'ai fa prendre la lagno,
Autrofès, au bounome Jo :
Lorsqu'anère bouta lou fiò,
Dins si troupéu, dins si bastido,
E lorsque levère la vido,
À set o vue de sis enfant.
Pèr éu, l'afligère bèn tant,

COUBLET N°4 :
Despièi li pèd enjusqu'à la tèsto,
Que diguè que n'avié de rèsto.
PROUMIÉ DEMOUN : Es iéu qu'ai douna lou dessen
De massacra lis inoucènt.
SEGOUND DEMOUN : Vount creses-tu que deviéu èstre,
Quand Judas trahiguè soun mèstre ?
Ère toujour à soun coustat
Pèr lou sedurre e lou tenta ;

COUBLET N°5 :
Iéu l'óubliguère de lou vèndre,
Li counseière de se pèndre,
Li fourniguère lou licòu,
Jitère si tripo(s) au sòu :
Après acò, que vos-tu dire ?
PROUMIÉ DEMOUN : Iéu ai bèn fach encaro pire,
Quand siéu ana de ça, de là,
Pèr espóussa tóuti li blad !

COUBLET N°6 :
SEGOUND DEMOUN : Es iéu que, d'un soul cop de pigno,
Ai penchina tóuti li vigno ;
I'a gaire laissa de rasin :
Eitambèn n'i'a gaire de vin.
PROUMIÉ DEMOUN : Iéu ai tant fa toumba de grelo
Qu'ai peri tóuti lis amelo :
Eitambèn n'i'a ges de nougat,
O se n'i'a, lou faudra paga.

COUBLET N°7 :
SEGOUND DEMOUN : Iéu siéu vengu, sèns ana querre,
Vèire la glèiso de Sant-Pèire,
Lou plus grand de mis enemi,
Que tèn li clau dóu paradis ;
M'a plus vougu durbi la porto,
Iéu l'ahisse de talo sorto
Que ié vole tout ravaja !
PROUMIÉ DEMOUN : Aro es lou tèms de se venja.

COUBLET N°8 :
SEGOUND DEMOUN : Iéu vole escafa la pinturo.
PROUMIÉ DEMOUN : Iéu vole escaia la daururo
E brisa toui lis ournamen.
SEGOUND DEMOUN : Vole estrassa li paramen,
Afin que sache qu'iéu lou morgue !
PROUMIÉ DEMOUN : Iéu vole metre au sòu lis orgue,
Vole creba la souflarié
Que se jogo que pèr darrié.

COUBLET N°9 :
SEGOUND DEMOUN : E iéu vole, d'un cop de bano,
Li roumpre tóuti si campano,
Afin que perdon lou caquet,
Coume lou paure repliquet.
PROUMIÉ DEMOUN : Iéu vole ana cassa li vitro
Que soun dóu coustat de l'epitro ;
De l'autre las, lou fariéu bèn,
Mai n'i'a ges, à causo dóu vènt.

COUBLET N°10 :
SEGOUND DEMOUN : Soun architeituro es dins l'ordre,
Mai iéu la metrai en desordre ;
Vole tout metre pèr lou sòu.
Creses-tu de nous faire pòu ?
Cregnen pas gaire ti menaço !

COUPLET N°1 :
L'ANGE : Sortez d'ici, race maudite !
Quoi ! Faudra-t-il de l'eau bénite
Pour vous chasser hors de ce lieu ?
Je suis un ange du grand Dieu ;
Obéissez à ma puissance,
Voudriez-vous faire résistance ?
Ne savez-vous pas que, jadis,
Je vous chassai du paradis.

COUPLET N°2 :
LE DÉMON 1 : Ne m'en dis pas davantage,
Je reconnais suffisamment ton visage,
Je ne sais pas si tu reconnais le mien.
Moi, je veux te dire qui je suis :
C'est moi qui ai fait le coup de maître,
Dans le paradis terrestre,
Quand, sous la forme d'un serpent,
J'ai mis la pomme sous les dents

COUPLET N°3 :
D'Adam et d'Ève sa compagne.
LE DÉMON 2 : C'est toi qui as fait prendre la
Autrefois, au bonhomme Job,
Lorsque j'allai mettre le feu
Dans ses troupeaux, dans ses maisons,
Et lorsque j'ôtai la vie
À sept ou huit de ses enfants ;
Quant à lui, je l'affligeai tellement,

COUPLET N°4 :
Depuis les pieds jusqu'à la tête,
Qu'il dit qu'il en avait assez.
LE DÉMON 1 : C'est moi qui ai donné l'ordre
De massacrer les innoncents.
LE DÉMON 2 : Où crois-tu que je devais être
Quand Judas tahis son maître ?
J'étais toujours à son côté
Pour le séduire et le tenter ;

COUPLET N°5 : (Facultatif)
Moi, je l'obligeai à se vendre,
Je lui conseillai de se pendre,
Je lui fournissai la corde,
Je jetai ses trippes au sol :
Après ça, que veux-tu dire ?
LE DÉMON 1 : Moi, j'ai bien fait encore pire
Quand je suis allé de-ci, de-là,
Pour secouer tous les blés.

COUPLET N°6 : (Facultatif)
LE DÉMON 2 : C'est moi qui, d'un seul coup de peigne,
Ai peigné toutes les vignes ;
Je n'y ai guère laissé de raisins,
C'est pourquoi il n'y a guère de vin.
LE DÉMON 1 : Moi, j'ai fait tomber tant de grêle
Que j'ai détruit toutes les amandes ;
C'est pourquoi il n'y a pas de nougat,
Ou, s'il y en a, il faudra le payer (cher).

COUPLET N°7 :
LE DÉMON 2 : Moi je suis venu, de mon propre gré,
Voir l'église de saint Pierre,
Le plus grand de mes ennemis,
Qui tient les clefs du paradis.
Il n'a plus voulu ouvrir la porte,
Moi je le hais de telle sorte,
Qu'ici je veux tout ravager !
LE DÉMON 1 : Le moment est venu de se venger.

COUPLET N°8 :
LE DÉMON 2 : Moi, je veux effacer la peinture.
LE DÉMON 1 : Moi, je veux écailler la dorure
Et briser tous les ornements.
LE DÉMON 2 : Je veux déchirer les parures
Afin qu'il sache que je le nargue.
LE DÉMON 1 : Moi je veux jeter à terre les orgues ,
Je veux crever la soufflerie
Que l'on joue que par derrière.

COUPLET N°9 :
LE DÉMON 2 : Et moi, je veux je veux, d'un coup de corne,
Lui briser toutes ses cloches,
Afin qu'elles perdent le caquet,
Comme le pauvre carillon.
LE DÉMON 1 : Moi, je veux lui casser les vitres
Qui sont du côté de l'épître ;
De l'autre côté, je le ferais bien,
Mais il n'y en a point à cause du vent.

COUPLET N°10 :
LE DÉMON 2 : Son architecture est en ordre,
Mais je la mettrai en désordre ;
Je veux tout mettre au sol.
Crois-tu nous faire peur ?
Nous ne craignons pas du tout tes menaces.

COUPLET N°11 :
L'ANGE : Sortez, sortez de cette place,
Démons, ennemis des humains !
Dieu qui vous a lié les mains,
Redoublera toutes vos peines
Pour toutes vos paroles vaines.
Sortez, sortez donc de ce lieu :
C'est ici la maison de Dieu !


[Remonter]

Après la mort de Nicolas SABOLY,
encore de nombreux provençaux comme Antoine PEYROL, D.Xavier de FOURVIÈRES, Sylvestre FRÉCHIER, Émile RANQUET, Joseph ROUMANILLE, Jean-Henri FABRE, ... vont écrire des noëls ; mais aucun n'en fera autant que le maître SABOLY !

Aujourd'hui, de nombreux chanteurs comme Jean-Bernard PLANTEVIN, André CHIRON, le groupe CHEOPS, Li Bouco Fino, etc...
et de nombreuses chorales interprètent encore des noëls de Nicolas SABOLY !

Certains auteurs ont même écrit des chansons en l'honneur de SABOLY.

CD


[Remonter]


Pour en savoir plus :

* Bibliographie consacrée à Nicolas SABOLY :

* Discographie consacrée à Nicolas SABOLY : (liste non exhaustive)

* Autres sites Internet consacrés à Nicolas SABOLY :

+ En savoir plus sur l'Histoire de la Provence.

Pour nous écrire : >> N'hésitez pas à nous faire part de vos remarques ou des informations supplémentaires afin d'améliorer cette page...


[Remonter]

<<< Voir les autres noëls provençaux

<<< Liste des chansons en langue d'oc

© PLANTEVIN.